AccueilS'enregistrerConnexion

Venez vous faire déclarer et choisir votre armée dans CE SUJET !

Les groupes par armée sont crées ! Si vous n'avez plus de groupe ou pas le bon, il vous sera demandé de vous rendre dans le sujet ci-après rapidement.


Partagez | 
 

 L'hiver ça pue ! [PV Thorondor et Autumn]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatarMialy



Féminin
Nombre de messages : 84
Age : 23
Race : Magicienne
Ville : Les montagnes du Beors
Date d'inscription : 13/01/2013

Feuille de personnage
Song thème:
Relation(s):

MessageSujet: L'hiver ça pue ! [PV Thorondor et Autumn]   Mar 22 Jan - 18:21

L’hiver, la saison la plus froide de l’année, est une saison où le danger est bien plus grand dans les montagnes du Beors. Quand, elle était petite, Mialy avait l’habitude d’aller camper dans le désert du Hadarac avec sa mère. Mais ça c’était quand elle n’était qu’une enfant bien avant que sa mère décède et qu’elle se fasse adopter par des loups à l’âge de sept ans. Comment une enfant peut-elle se faire adopter par des loups ? Cela reste un grand mystère… Mais d’une certaine manière, elle arrivait à les comprendre, à ressentir leurs émotions comme s’ils communiquaient non pas par la parole mais par un autre moyen, le cœur. La meute était sa seule famille et ils prenaient bien soin d’elle. Quant à son père, qui sait s’il existe ?

Or l’hiver, c’était la même galère. Il fait froid ! Elle arrivait à s’abriter dans les grottes d’une montagne, à se faire du feu mais quand il s’agissait de s’habiller chaudement, c’était bien plus compliqué… Pour elle, il était hors de question qu’elle tue des animaux innocents pour récupérer leur fourrure. C’était inconcevable ! Même si celui était tué par les loups. Elle ne savait même pas comment elle devrait la nettoyer, la coudre ou bien la porter… Pauvre créature sans défense !
Heureusement que les loups comprenaient ses besoins car ils se mirent pour elle à jouer les petits chapardeurs dans les villages environnant et dès que le froid arrivait ils lui apportaient de gros manteau de fourrure bien chaud…

Voilà, bien des années qu’elle n’avait plus eu de contact avec des personnes comme elle. Elle cherchait plus à les éviter, ses chasseurs de loups ! Même si les loups n’étaient pas tout à fait innocents dans l’affaire. Elle les détestait chaque fois un peu plus lorsque ceux-ci s’attaquaient à l’un des siens. Mais, elle ne chercha jamais à se venger. Elle préférait se concentrer sur la vengeance des meurtriers de sa mère. Depuis plus de dix ans, elle les avait cherché, chassé et réduis à une mort ultime. Aujourd’hui, sur les trois meurtriers, il ne lui en restait plus qu’un. Et aujourd’hui, elle le tuerait !

Cela faisait des mois qu’elle suivait sa proie dans les montagnes rocheuses. Des trois meurtriers, il était le plus affreux. Celui, qui l’effrayait plus et qui avait fait naître des cauchemars en elle le soir. Elle voyait chaque nuit sa tête hideuse et ses yeux injectés de sang qui la regardait.
Mialy l’avait retrouvé en suivant les meurtres de nombreux voyageurs à travers la montagne. Ah ! Comme elle le détestait, le haïssait ! Il ne savait que tuer pour son propre plaisir.
Chaque jour, depuis qu’elle l’avait retrouvé, elle l’observait de loin. Elle remarqua ses manies, ses faiblesses, ses habitudes jusqu’à ce qu’elle se sente prête à l’affronter.

La nuit venait de tomber. Un, deux, trois pas et Mialy sortit des buissons juste devant son adversaire. Apparemment, il ne mit pas longtemps à comprendre qui elle était et pourquoi elle était là.

- Je t’attendais … Alors, après avoir tué mes deux frères voici mon tour. Mais je ne me laisserai pas faire par une fillette !

Mialy ne saisit pas entièrement son petit discours, ayant abandonné sa langue natale. Elle le fixait dans les yeux, sans fléchir une seule seconde. Il ne lui faisait plus peur. Elle était prête à se battre !
Mialy avança vers son adversaire avec pour seule arme, ses mains, son agilité et sa détermination.

Le combat s’annonçait rude. La neige l’empêchait de bouger correctement et ses pas étaient ralentis tandis que son adversaire continué de se défendre facilement. Si elle continuait à cette allure, elle serait vite épuisée. Il fallait qu’elle trouve une solution rapidement.
Mialy fit donc avancer son ennemi jusqu’à atteindre un arbre. A ce moment, elle sauta et attrapa la branche au-dessus d’elle à pleine main. Elle balança ses jambes qu’elle envoya de plein fouet sur son adversaire. Surpris, il n’eut même pas le temps de s’écarter et s’écrasa sur la neige.
Aussi rapide qu’une louve, Milay sauta sur lui, lui bloquant les bras et tout moyen de bouger. De sa main libre, elle chercha une pierre dans la neige mais ne trouva rien. Elle palpait le sol aussi vite que possible mais ne trouva rien d'utile. AH ! Elle n’arrivait pas à s’y retrouver avec toute cette couche blanche !
Paniquée, elle n’eut pas le temps de trouver un objet pointu que son adversaire la poussa dans la neige et se retrouva au-dessus d’elle. Elle se débâtit, le mordu jusqu’au sang, le frappa mais elle n’était assez corpulente face à son ennemi qui l’écrasait de tout son poids. Elle était finie … Il la frappa, la frappa encore et encore. Jusqu’à ce que tout son être se mit à supplier une aide quelconque.

Tout près d’elle, le sol se mit à bouger. Quelque chose traversait la neige vers eux. Sa vision brouillait par le sang ne vit pas les racines s’enchaînaient aux poignets et aux chevilles de son adversaire. Elle le sentit seulement se soulever dans les aires au-dessus d’elle et l’entendit crier de douleur avant de qu’il soit écartelé et que son corps et son sang retombe sur elle.
Horrifié devant ce carnage, elle recula et se débarrassa de la dépouille de l’Urgal, le troisième meurtrier.

Quelques instants après, la meute de loup arriva et mangea l’Urgal. Ils n’avaient pas interagie dans son combats car c’était sa vengeance pas la leur.

Mialy repartie avec sa meute en direction de sa caverne. Elle passa près d’une rivière et y nettoya ses mains salis par le sang et la terre. L’eau était glaciale comme chaque hiver. Il était hors de question qu’elle se lave la dedans ! Et comme chaque hiver, elle refusa catégoriquement de se laver dans l’eau glacée… même si ses fidèles compagnons auraient bien souhaité la jeter dedans une bonne fois pour tout.
Non mais puis quoi encore ! Elle n’avait pas envie de mourir de froid !

C’est le visage, les habits, les cheveux, et tout le reste de son corps salis par le sang et la terre qu’elle rentra dans sa caverne, à l’abri d’une tempête de neige prochaine !


Dernière édition par Mialy le Jeu 24 Jan - 7:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatarThorondor
Soldat des Vardens


Masculin
Nombre de messages : 119
Age : 25
Race : Dragonnier Humain
Armes : Ascalon=une épée blanche de 1,36métres avec une particularité que vous découvirez...........^^
Ville : Herdarth
Date d'inscription : 21/03/2012

Feuille de personnage
Song thème:
Relation(s):

MessageSujet: Re: L'hiver ça pue ! [PV Thorondor et Autumn]   Mer 23 Jan - 22:15

Le froid de l'hiver,Thorondor n'était pas hostile au froid et à la neige,mais le froid dans les Beors étaient infernales et mordants. Le dragonnier chevauchait Urthel, encapuchonné à la recherche de sa cible. Trois mois de traque et de recherche à travers le Hadarac pour finir dans les Beors. Un chef Urgal qui a commis des atrocités et entrainé des massacres dans toute l'Alagaesia.
Le vent se léve et vient balayer le flanc de la montagne, obligeant Thorondor à mettre son foulard noir sur son nez pour se protéger du froid. Urthel dit à Thorondor:

"On dirait que la montagne refuse notre présence, quel froid!"

"Je suis là pour étriper un chef Urgal, si ca ne lui plait pas c'est la même chose!"

"Encore faut il le trouver, vaste sont ces montagnes."

"Quelque chose me dit que le vent va tourner."

"Tu n'as pas tort,je sent quelque chose par là."

Urthel se dirigea vers le lieu où se dégaeait les odeurs. Une fois tout proche, Thorondor avanca seul et,discrétement, se placa derriére un rocher et observa la scéne. Il vit une scéne peu commode: une jeune humaine combattant un Urgal. L'humaine prit l'avantage mais n'arriva à finir le combat, et l'Urgal retourna la situation, massacrant la fille.
Thorondor tira Ascalon, toujours dans son dos, et se rua vers l'Urgal:

"Urthel!!"

"Compris!" déclara le dragon en prenant son envol.

Urthel s'envola mais ne pouvant pas se poser, il donna un coup de queue à l'Urgal qui s'envola, donnant le temps à Thorondor d'intervenir. L'Urgal se releva toujours sonné, il tenta de sortir son arme mais Thorondor ne lui laissa pas l'oocasion de se défendre et lui coupa les deux bras lui arrachant un cri de douleur. Thorondor lui soutira des informations avant de lui couper la tête.

"Alors?"

"J'ai une localisation approximatif de l'endroit."

"Et la demoiselle en détresse?"

Thorondor rengaina son épée et alors qu'il s'approchait de la fille, il entendit des loups derriére lui. En croisant leurs regards, il comprit qu'il valait mieu passer son chemin et il repartit vers les cieux. Aprés quelques instants, Urthel parut troublé:

"Une tempête approche, il faut nous poser."

"Regarde! Une caverne en bas.

Urthel descendit en piqué et se posa devant la caverne, une fois à l'intérieur, Thorondor retira sa capuche, alluma un feu, s'asseya contre son dragon et commenca à fumer sa pipe tranquillement:

"Tu l'as sentit?"

"Oui" répondit le dragonnier sans trahir ses émotions.

Il ne voulait pas effrayer la chose qui se terrait également dans cette grotte. Il ignorait pourquoi, mais il avait le sentiment que cette chose était capitale pour la suite.
Revenir en haut Aller en bas
avatarAutumn



Féminin
Nombre de messages : 1535
Age : 23
Race : Chat Agrou
Armes : Courgette !!
Ville : Chat Agrou.
Date d'inscription : 02/07/2010

Feuille de personnage
Song thème: Talking To The Moon – Bruno Mars
Relation(s): D=

MessageSujet: Re: L'hiver ça pue ! [PV Thorondor et Autumn]   Mer 23 Jan - 22:42

BITCH PLEASE. I'M BACK.

    Blancheur immaculée. Omniprésente. Au point que la ligne d'horizon en devient floue. Où était le ciel, où était la terre ? Tout n'est que blancheur, tout n'est que neige, tout n'est que gel. 
    Une ombre. Venue d'en haut. Elle passe au dessus de cette étendue glaciale. La survole. Et continue sa route. Créature ailée qui ne remarque pas les deux minuscules tâches noires qui tranchent sur cet ivoire éclatant. 
    Neige. Froid. L'hiver s'étend à perte de vue. Il est tôt, pourtant il fait nuit. Non pas à cause de la saison ; enfin, si, un peu. Mais surtout à cause de ces immensités gargantuesques que sont les Beors. Le soleil disparaît, remplacé par l'ombre des pics qui montent jusqu'aux cieux. 
    Le vent. Il souffle, il recouvre les autres bruits. Ce qu'il annonce et chante n'est pas bon. Ça sent la tempête. 
    Un Feorn bondit plus haut. Il court, galope, sautille. Puis disparaît. En contrebas, les deux tâches sombres continuent d'avancer. La plus grande prend l'autre entre ses mâchoires. Et accélère. À l'abri, vite. Pas qu'elle n'aime pas le froid. Pas qu'elle le sente. Pas qu'elle soit fatiguée. Mais la plus petite n'est pas encore habituée. 
    Chat noir qui court dans la neige. Quel beau tableau cela aurait-il fait. L'ombre dragonnesque repasse, mais sans la voir. Elle s'en fiche. Après tout, elle s'est toujours débrouillée seule. 
    Autumn avance, mais elle ne va pas aussi vite que d'ordinaire. La neige la ralentit, la retient. Elle s'enfonce malgré sa légèreté féline. Aussi, elle décide de se transformer. Au moins, ses membres plus longs lui feront parcourir quelques centimètres de plus par pas. 
    Ainsi apparaît une belle jeune femme. Toujours aussi blonde. Toujours aussi vive, et sauvage. Toujours taquine. Plus responsable ? Certes, oui. Mais elle reste enfantine. Et bon dieu, toujours aussi heureuse, et craquante. Dans ses bras, Ilyana reste un chaton fauve. Elle ouvre sa gueule, laissant apercevoir de minuscules dents pointues, puis s'endort. La mère enfouit quelques secondes son nez dans son doux pelage aux reflets colorés, comme pour lui dire de bien dormir, puis avance en hâte. 
    Des bruits de lutte se font entendre, portés par le vent, et captés par l'ouïe fine de la chatte-garou. Elle aurait pu se joindre à eux, mais la tempête la guette. Alors elle en fait abstraction. 
    Au loin, elle distingue l'entrée d'une caverne. (et non pas caravane comme j'ai cru lire au moins 5 fois.^^) Parfait. Les cavernes lui ont toujours porté chance. Elle y avait rencontré Jahël, l'homme de sa vie. Mais aussi Prudence, Hunter. Elle y avait construit sa vie. En bref, elle les adorait. 
    Très vite, les bruits se sont tous éteints dans un rapide silence étrange et pénétrant. Comme si le monde s'était arrêté. Comme si la Nature retenait son souffle. Quelque chose allait se passer. Quelque chose allait se produire. Quelque chose d'incroyable. De prodigieux. Entre des êtres qui semblaient pourtant n'avoir que peu de choses en commun. 

    Dehors, la tempête arrivait.


Je tiens à préciser au cas où, ma couleur d'écriture, c'est [color=#c6b4ef]
HAVE A GOOD NIGHT. 
Revenir en haut Aller en bas
avatarMialy



Féminin
Nombre de messages : 84
Age : 23
Race : Magicienne
Ville : Les montagnes du Beors
Date d'inscription : 13/01/2013

Feuille de personnage
Song thème:
Relation(s):

MessageSujet: Re: L'hiver ça pue ! [PV Thorondor et Autumn]   Jeu 24 Jan - 17:29

Mi elfe – Mi magicienne. D’une voix cristalline. La jeune femme chantonne. Pas de parole, seule le son d’une voix enchantée d’une langue qui lui était entièrement inconnue. Sous sa main naît alors, d’entre les rochers, une simple petite pousse.

« Chante, chante, mon enfant. La petite pousse grandira. Naîtra de sa croissance et de son embellissement, un fruit que tu goûteras… »

Mialy se rappelait de cette voix. La voix de sa mère. Dans les moments les plus durs de sa vie, elle lui revenait toujours en tête comme ci, elle ne l’avait jamais quitté. Cela faisait déjà dix ans… Dix ans à errer dans les montagnes du Beors avec une meute de loup. Dix ans à pourchasser les assassins de sa mère. Dix ans à vivre au jour le jour pour survivre. Dix ans qu’elle se battait à contrôler la magie que détenaient ses mains. Dix ans … Le temps passaient vite. La petite fille qui apprenait difficilement les leçons de sa mère, avait bien grandi.

Une pomme tomba dans sa main et l’arbre disparue. Sa mère lui avait appris à maîtriser un peu sa magie surtout la magie au contact de la nature. Mialy ferma les yeux et soupira de fatigue. La journée avait été bien fatigante et le temps n’arrangeait pas les choses.
Blottie dans le fond de la caverne, elle grelotta et croqua sa pomme. Deux loups l’accompagnaient et se couchèrent sur elle pour cesser ses grelottements, tandis que le reste de la meute était partie chasser avec la tempête arrive.

La jeune femme avait à peine cessé ses grelottements quand elle entendit du bruit vers l’entrée de la caverne. Peut-être le vent ? Puis, ce ne fut plus le bruit qu’elle entendit mais une sensation de chaleur qui émanait de la même direction. Qu’est ce cela pouvait bien être ?
Se levant, elle réveilla ses deux compagnons qui s’étaient assoupis. Tous ensembles, ils se dirigèrent vers l’entrée de la caverne sur la pointe de pied pour faire un minimum de bruit.
Debout, cachée derrière un rocher, elle aperçut un humain près d’un feu. Ah ! Foutu chasseur de loup ! Tout le temps dans ses pattes. Elle lui aurait bien balancé sa pomme à la figure mais une chose l’en empêcha…
Au lieu cela, sa pomme tomba de sa main et roula sur le sol de la caverne jusqu’au feu. Mialy était bouche-bée devant l’immense et imposant monstre … Heu non créature … Serpent géant ? Urgal mutant ? Elle n’avait pas la moindre idée de ce qui se tenait devant elle et ses à peines si sa mâchoire allait se décrocher.
Sa mère lui avait dit que son père était un elfe, quelqu’un avec des oreilles pointus, pâle, les trais fin, ne mangeant pas de viande, bla bla bla … Le reste, elle ne s’en souvenait plus exactement. Ça ressemblait à ça un elfe ? Mialy pencha sa tête sur le côté, perdu dans ses pensées. Non ! Non ! Qu’est-ce qu’elle pensait !? Ça pouvait pas être cette … ce … ça ! C’est assez loin de la vision d’un petit lapin qu’elle c’était faite durant son enfance.

Maintenant, traite de plaisanterie et question primordial. Devait-elle prendre ses jambes à son cou ? Devait-elle se cacher dans le fond de la caverne ? Devait-elle … Mais qu’est-ce qu’elle devait faire ? Jamais elle n’avait été confrontée à une situation de ce genre. Elle faisait tout pour les éviter. Comment n’avait-elle pas remarqué qu’un humain se trouvait dans les parages ?
A côté d’elle, les loups avaient sorti les crocs et grondaient. Mialy pensa alors qu’elle ferait mieux d’opter pour la première solution, c'est-à-dire la fuite ! Elle se tourna vers dehors mais se ravisa. Dehors la tempête commençait à faire rage et il serait suicidaire de sortir. De plus, une femme s’approchait de la caverne … Elle allait se retrouver avec deux humains et ce … cette … cette elfe mutant !

Mialy recula rapidement vers le fond de la caverne, emmenant avec elle ses deux fidèles compagnons. Elle posa sa main entre deux rochers et se remit à chantonner d’une voix fluette. Apparut sous sa paume de main, la pousse d’un buisson épineux. Elle chanta plus vite et en quelques secondes, un mur de buisson s’était élevé séparant la caverne en deux.
Que devait-elle faire ? Que devait-elle faire ? Que dois-je faire ?

La crainte avait rempli son cœur. Elle espérait une arrivée rapide du reste de la meute ou peut-être devait-elle la craindre… Elle craignait qu’ils leur soient faits du mal devant ses chasseurs de loups … ou pas.

Rah ! L'hiver ça pue les ennuis !
Revenir en haut Aller en bas
avatarThorondor
Soldat des Vardens


Masculin
Nombre de messages : 119
Age : 25
Race : Dragonnier Humain
Armes : Ascalon=une épée blanche de 1,36métres avec une particularité que vous découvirez...........^^
Ville : Herdarth
Date d'inscription : 21/03/2012

Feuille de personnage
Song thème:
Relation(s):

MessageSujet: Re: L'hiver ça pue ! [PV Thorondor et Autumn]   Sam 26 Jan - 19:33

Thorondor fumait sa pipe alors que la tempête fasait rage dehors. Urthel restait concentré sur les éventuelles présence dans la grotte.

"Un petit groupe se déplace vers la sortie, des animaux si mon nez ne me trompe pas.

"Ne fais pas comme la derniére fois où tu as confondu l'odeur d'un nain avec celui d'un Kull!"

"Ca ne compte, j'étais malade ce jour là!!" se brusqua Urthel.

Thorondor sourit devant la réaction de son dragon blanc. Le dragonnier sortit une carte des Beors et esseya de resituer la position du camp Urgal d'aprés le souvenir de sa victime du jour. Il délimita un zone ,d'aprés la légende de la carte, d'environ 10 kilométre de diamétre. Thorondor comptait explorer cette zone aprés la tempête mais les recherches prométaient d'être longue et glaciale.

"Cette magie que je ressent....."

"C'est la magie du chant des Elfes." compléta Thorondor.

"Un Elfe serait forcément venu vers nous."

Thorondor,tout en retirant sa pipe de sa bouche, se mit lui aussi à chanter. Cela faisait bien longtemps qu'il n'avait pas utilisé cet art ancestral, il s'est toujours sentit plus humain que elfe.

-Que la vie s'accéléré au son de ma voie.Que les choses qui poussent viennent à moi.Que le framboises murissent pour moi.

Un framboisier magnifique sortit de terre avec des framboises mures. Thorondor récolta les framboises dans un bol, il sortit également de ses affaires de la viande qu'il fit cuire à la broche immédiatement. Aprés avoir gouté quelques framboises, Urthel lui demanda:

"Alors soit tu as trés fin,soit tu vas partager."

"Exactement! Délicieuses ces framboises."

Thorondor se dirigea vers une haie de buisson avec un large sourire, il était trés amusé par cette audace. Et il dit à voix haute en Ancien Langage:

-Je pense que personne ne peut résister à l'odeur de la viande qui cuit. Vous ne risquez rien avec moi, alors venez vous joindre à moi. Je ne vous veux aucun mal faite moi confiance.

Aprés quelques instants, des loups sortirent de derriére les buissons avec méfiance. Thorondor attendait la sortie de quelqu'un d'autre mais Urthel l'interpella:

"Quelqu'un va entrer dans cette caverne."

Thorondor sortit sa dague de sa botte et il vit effectivement l'ombre d'une personne qui se dirigeai vers la g'entrée de la grotte. Il y a du monde aujourd'hui dans cette caverne perdue sur l'impitoyable flanc des Beors.
Revenir en haut Aller en bas
avatarAutumn



Féminin
Nombre de messages : 1535
Age : 23
Race : Chat Agrou
Armes : Courgette !!
Ville : Chat Agrou.
Date d'inscription : 02/07/2010

Feuille de personnage
Song thème: Talking To The Moon – Bruno Mars
Relation(s): D=

MessageSujet: Re: L'hiver ça pue ! [PV Thorondor et Autumn]   Mar 29 Jan - 22:03

Please, forgive me, I'm not an artist.
    Quelqu'un. C'est déjà mieux que quelque chose. 
    Vent. Bourrasques qui soufflent sur le paysage lunaire. Air en mouvement le long des parois de pierre, dans l'atmosphère glaciale qui gèle la vie même à l'intérieur d'un corps. 
    Silence. Pas un son. Et pourtant l'étrange asphyxie de l'écho. Chaque bruit est comme amplifié. Une, deux, des dizaines de respirations simultanées. Un crépitement. Un bruit de nature qui s'élance, vit brièvement, et s'éteint, éphémère. 
    Ténèbres. Sombre, il fait si sombre ici bas, après la blancheur immaculée de la neige vierge à perte de vue. Le fond de la caverne n'est qu'un abysse viscéral dans lequel le regard se perd, car aucun rayon lumineux  ne vient plus le frapper. 
    Et pourtant, lumière. Brûlante, enlaçante, attirante. Dangereuse. Lumière d'une fleur orangée qui n'est bien heureusement pas indomptée. Elle éclaire seulement un petit espace, et laisse les formes se deviner plutôt qu'apparaitre.
    Chaleur. Feu dont les crépitements résonnent contre les murs rocailleux. Flammes qui dansent et s'entrelacent. Reflets et éclats qui font tanguer la lumière. Atmosphère changeante. Elle suit les mouvements de ces gerbes flamboyantes qui ensorcellent le regard dans leur gigue ancestrale. Hypnotisante. 
    Une silhouette. Sombre, bien qu'elle se découpe des ténèbres. Immobile. Enfin presque. Pas aux yeux de la chatte-garou. Et un tout petit peu plus en profondeur de la grotte, d'autres formes. Plus basses, plus sauvages, plus allongées. Une odeur musquée, plus appropriée aux forêts qu'aux montagnes. Et derrière encore, celle d'une créature bipède, mais étrange, différente. 
    Et surtout, la masse imposante et honorable du dragon qui siégeait là. Difficile de ne pas reconnaître la forme distincte et gargantuesque qui le représentait. Sur les parois de roches, les reflets des flammes sur ses écailles immaculées dansaient et scintillaient. 
    Un dragon, son dragonnier, une meute de loup, un louve par adoption. Et la mère chat et sa fille. Quel étrange cérémonial. 
    Chaleur. Compagnie. Ils sont nombreux. Pourtant, le groupe est divisé. Ils ne se connaissent pas. Ils ne les connaissent pas. Et les deux garou ne les connaissent pas non plus. Mais l'étranger attire. Quitte à éviter la tempête, autant le faire ensemble. 
    Souplesse. Grâce. À pas mesurés, sans se presser ni ralentir, elle avance. Elle s'installe  sur une pierre, à quelques distances du feu, et de façon à tous les voir. 
    Comme les médianes d'un cercle. À chacun son tiers. Tous ont des chemins différents qui pourtant se croisent, se coupent, s'entrelacent. 
    À sa gauche, l'homme, et son compagnon de cœur. Penché en avant, comme pour s'imprégner de la chaleur du feu. Il est à l'aise. Comme elle. Sans doute n'est-ce pas sa première fois. 
    Quant à sa droite... 
    Des loups. D'où le musc. Contrairement au cliché du chat garou, elle n'avait rien contre les canidés, et les trouvait même, quoiqu'un peu patauds, empreints d'une force et d'une beauté qui leur étaient propres. 
    Une sorte de palissade végétal barrait un tunnel. Charmant. La dernière inconnue n'était donc sûrement pas très sociable. Pas étonnant. 
    Surtout, ne pas l'effrayer. 
    Cela se produit comme par évidence. En douceur. Les ronces se transformèrent en tiges et en épines d'une autre espèce. Presque tendrement, elles dessinent des arabesques et s'entrelacent jusqu'à un certain point, puis rougissent sur les pointes. Quelques roses, simples, et sûrement rares en cette saison glaciales, viennent bouturer, jusqu'à éclore et s'ouvrir, en une merveille florale, simple, et naturelle. Car même les cactus, font des fleurs, preuve qu'au milieu de tous les piques, se cache un cœur. 

    Dans ses bras, Ilyana s'était retransformée en une sage enfant, qui ouvrit ses yeux, dardés sur la nouvelle vision de ce qui l'entourait.
Revenir en haut Aller en bas
avatarMialy



Féminin
Nombre de messages : 84
Age : 23
Race : Magicienne
Ville : Les montagnes du Beors
Date d'inscription : 13/01/2013

Feuille de personnage
Song thème:
Relation(s):

MessageSujet: Re: L'hiver ça pue ! [PV Thorondor et Autumn]   Mer 30 Jan - 19:45

Timide. Craintive. Exclue. Renfermée dans les fonds de caverne. Petit cœur palpitant de peur. Respire … respire Mialy car à l’extérieur t’attend un nouveau monde remplie de couleur. Enfin, en ce moment plutôt blanc. Respire… Les palpitations de son cœur se calmèrent. Une odeur envahie soudain la caverne. Ah ! Qu’est-ce que ça pue !? Mais que faisait cet humain, ce chasseur de loup avec sa grosse bestiole ??
La jeune femme ne mit pas longtemps à comprendre que cette odeur nauséabonde n’était autre que l’odeur de la viande cuisant. Contrairement à elle qui se bouchait le nez pour éviter de sentir cette mauvaise odeur, ses amis loup étaient en train de se lécher les babines. Ses deux compagnons la regardaient, la suppliant d’ouvrir le passage. Ah la la … désespérant ! Toujours aussi solidaire cette meute !

Réfléchissant aux solutions qui s’annonçaient à elle pour se sortir de cette impasse, elle entendit l’étranger lui parlait dans une langue qui lui était totalement inconnue … Qu’est ce qui lui racontait ? Même si, elle ne comprit aucun mot, chaque syllabe ou mots résonnèrent en elle comme une évidence. Ses paroles avaient les mêmes connotations que ses chants magiques. Qui est-il ?
La curiosité et l’envie remplit son être. Une obstination. Il fallait qu’elle sache. Il fallait qu’elle en sache plus. Sinon … sinon elle risquerait de le regretter amèrement… Et peut-être n’aurait jamais t’elle l’occasion de rencontrer une personne comme celle-ci.
Certes, elle ne comprit pas ses paroles mais elle comprit ses intentions. Il ne lui voulait pas de mal… Mialy savait qu’il ne mentait. Il ne pouvait pas mentir, pas avec cette langue. C’était une conviction.

Une brèche s’ouvrit. Deux loups ressortirent vivement, attirés par l’odeur alléchante. Bande de traite ! Sa peur se dissipa peu à peu et de sous sa paume de main le buisson épineux disparue peu à peu. Elle respira profondément et saisie sa chance de sortir de sa cachette. Elle s’inspecta vite fait pour être le plus présentable possible. Ses vêtements étaient sale de terre et souillé de sang. Ses cheveux bruns attachés en une très très longue tresse étaient gras, ébouriffés et sale. Quant à son visage n’en parlons pas ! Bon … tant pis !

Mialy avança doucement vers l’entrée de la grotte, frôlant la roche, regardant par terre. Respire, respire … Adossée contre les murs rocheux de la caverne, elle leva les yeux vers ses compagnons qui étaient en train de dévorer leur morceau de viande et sourit, en voyant l’enthousiasme qu’ils mettaient à déchiqueter se morceau de viande. Son regard se leva un peu plus et elle vit la grosse bête et l’humain, tous les deux tournés vers l’extérieur. Une femme était là avec un enfant dans ses bras. Des brins de souvenir lui revint en mémoire … Une famille… voilà ce qu’elle avait oublié ou ce qu’elle avait eu différemment.

Ah bah tient quand on parle du loup, voici la meute ! La meute de loup se dirigeait en vitesse vers la caverne pour se mettre à l’abri de la tempête de neige. Leur croc était encore dégoulinant de sang. Oh oh … Mialy comprit à cet instant que ce n’était pas spécialement vers la caverne qui se dirigeait mais tout droit sur elle… Elle regarda autour d’elle cherchant un endroit autour d’elle et se rendit compte qu’ils allaient bien vite se retrouver à l’étroit avec toute ses bêtes sauvages.

PAF ! Trop tard. Elle n’y avait pas échappé. Ils s’étaient tous jeté sur elle, la léchant au visage. Beurk ! Et lui mettant encore plus de sang qu’elle n’en avait déjà sur elle. Elle se protégea avec ses bras et elle ne put s’empêcher de rire, face à cette démonstration d’affection soudaine.
Quand ce carnage cessa, la jeune femme était assise par terre, les jambes repliés vers elle avec tout autour d’elle sa meute, la cachant des intrus qui se tenaient dans cette grotte. Elle n’avait aucune idée de comment se comporter avec eux… Et son oublie de sa langue maternelle ne l’aidera pas beaucoup… Elle attendit alors … Patiente… Scrutant les moindres mouvements et les moindres traits de ses deux personnages …
Revenir en haut Aller en bas
avatarThorondor
Soldat des Vardens


Masculin
Nombre de messages : 119
Age : 25
Race : Dragonnier Humain
Armes : Ascalon=une épée blanche de 1,36métres avec une particularité que vous découvirez...........^^
Ville : Herdarth
Date d'inscription : 21/03/2012

Feuille de personnage
Song thème:
Relation(s):

MessageSujet: Re: L'hiver ça pue ! [PV Thorondor et Autumn]   Sam 2 Mar - 23:51

"Tiens,tiens, une chatte-garou!" s'excalma Urhtel en voyant la jeune femme rentrée dans la caverne.

"Effectivement." répondit Thorondor en rangeant sa dague"Fais de la place, tu veux, on commence à être serré içi."

Le dragon s'exécuta.Thorondor fixa la nouvelle venue avec beaucoup de curiosité, il remarqua la présence d'un enfant dans ses bras, apparement surpris d'un tel attroupement, ce qui fit sourire le dragonnier et son dragon. Thorondor se réinstalla contre Urthel et se remit à fumer sa pipe. Alors qu'il s'apprêtait à parle à la chatte-garou, il fut interrompu pas un bruit sourd: une meute de loup venait de se jeter sur une trés jeune fille.

"C'est la gamine de tout à l'heure, que le monde est petit."

[color:fc6d=blue"C'est une semi-elfe."]dit Urthel en voyant la fille s'installer sur un rocher éloigné,elle était apparement apeurée.

"Et comment tu sais ca toi?"

"Regarde son visage. Ca vous fait un point commun."

Le dragon blanc avait raison et Thorondor se posait des questions sur son histoire mais elle semblait avoir oublié le contact des humains, il fallait donc chercher le contact mental pour la comprendre. Il lanca alors son esprit vers celui de la jeune fille: il rencontra un esprit perturbé et affollé par ce contact nouveau, le dragonnier se mit alors à chanter en ancien language avec une voix douce:

Rejoins moi,
Toi qui ai perdu,
Entend et écoute mon coeur,
Qui n'est que bonheur et chaleur,
Viens et rejoins moi pour découvrir la vie.


Ce petit chant semblait faire son effet mais le dragonnier attendit une réponse ou un mouvement de cet esprit triste et embrouillé. Il se tourna vers la chatte-garou et lui dit:

-J'ai oublié la politesse, je m'appel Thorondor et voici mon dragon Urthel. Il est plutôt rare de croisé un chat-garou dans ces montagnes par ce temps qui plus ai avec un chargement aussi précieux. Que fais tu dans ces montagnes?

La curiosité est bien vilain défaut pour celui qui en abuse mais il fallait bien passer le temps.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'hiver ça pue ! [PV Thorondor et Autumn]   

Revenir en haut Aller en bas
 

L'hiver ça pue ! [PV Thorondor et Autumn]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: - :: MONTAGNES DES BEORS-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit