AccueilS'enregistrerConnexion

Venez vous faire déclarer et choisir votre armée dans CE SUJET !

Les groupes par armée sont crées ! Si vous n'avez plus de groupe ou pas le bon, il vous sera demandé de vous rendre dans le sujet ci-après rapidement.


Partagez | 
 

 Le chemin est encore long.. [pv Gaia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Enelya



Féminin
Nombre de messages : 290
Race : Elfe dragonnière
Armes : Arc/Epée/Dagues/tout ce qui peut être utiliser pour
Date d'inscription : 14/06/2010

Feuille de personnage
Song thème:
Relation(s): Eragon .. ; Osth, le plus gentil des frêres avec Jah ; Ma belle-soeur préférée Tutum et même Ghi qui m'aime pas :D

MessageSujet: Le chemin est encore long.. [pv Gaia]   Ven 14 Déc - 13:49

GIL'EAD

    « Pfffff »

    L'elfe, énervée, essaye tant bien que mal de se frayer un passage au milieu de la foule qui a envahit les rues de cette ville qu'elle déteste tant. Cela fait dix minutes qu'elle devrait être au lieu de rendez-vous et aurait même du y être en avance si ces stupides humains n'avaient pas tous décidés de sortir en même temps dans les rues. En réalité à cette heure, c'était la fin de matinée, il était normal que bon nombre de gens aillent au marché mais cela ne faisait que l'énerver d'avantage.

    Elle haïssait Gil'ead. Plus exactement elle haïssait l'Empire. En fait elle méprisait tout ce qui n'était pas sa forêt en ce moment. Mais Gil'ead était vraiment une des villes qu'elle détestait le plus. Longtemps sous le contrôle de Durza, les hommes lui paraissait plus dur, plus fou, plus sanguinaire encore que dans les autres cités ce qui n'était pas peu dire. Le pire dans cette ville c'était son marché d'esclaves ! Comment pouvait-on se targuer d'être humain alors même que l'on traitait ainsi ses semblables ?

    L'elfe eut un geste machinal pour vérifier que la capuche de sa cape grise couvrait toujours sa tête et fut rassurée de voir que oui. Même si elle avait remodelé son visage de manière à avoir un profil humain elle n’aimait pas être observé, et comme elle avait été forcé de mettre une robe – autre chose qui l'énervait beaucoup d'ailleurs – et qu'elle n'était pas dépourvu d'un certain charme que toute la magie du monde ne pouvait lui enlever, elle préférait être discrète. Ses chausses lui manquaient atrocement, sa longue robe verte forêt cintrée à la taille était tout ce qu'il y a de plus féminin et « gnangnan », elle détestait ça. Dans cette tenue elle avait l'air bête avec son sac de voyage usé sur le dos et les hommes ne manquaient pas de lui proposer leur aide, qu'elle déclinait le plus aimablement possible. Ou pas.

    Arrivant enfin en vue de l'auberge où elle se rendait Enelya s'empressa de se glisser à l'intérieur. C'était la meilleure auberge de la ville, celle où le roi descendait quand il venait ici autre fois, en clair, une auberge trop cher pour un rebelle, le critère principal de l'Elfe et de sa reine.

    * On est jamais mieux protégé que sous les yeux de ses ennemis, c'est bien vrai ça, personne ne viendra nous chercher ici. *

    En entrant elle avait balayé très rapidement la salle du regard avant de se diriger vers le comptoir, différents groupes de personnes riches et célèbres – ou qui croyaient l'être – étaient répartis au quatre coins de la pièce, vers l'escalier qui menait aux chambre, une personne seule et encapuchonnée sirotait un verre. Le propriétaire de l'établissement, un homme bedonnant qui se donnait de grand air pour pas grand chose, arriva alors et Enelya abaissa sa capuche, laissant cascader ses boucles blondes dans son dos.

    « Madame ! Que puis-je faire pour vous ? »
    « Bonjour cher aubergiste, j'aimerai une chambre si possible assez intime et pour deux personnes et pour une durée indéterminée s'il vous plaît, je payerai chaque matin pour la nuit si je reste encore. »
    « Pas de problème madame... A quel nom ?
    « Linda Elhoïr »

    Il lui donna les clés sans demander plus d'explication et elle paya généreusement la première nuit, elle avait suffisamment d'argent pour rester un mois ici, ce qui faisait un paquet d'or d'ailleurs. Elle aimait les établissements où l'on ne vous demandait rien et où l'on se contentait de tirer des conclusions souvent fausse. D'après leur dialogue, Enelya était persuadé que l'homme pensait qu'elle venait ici pour tromper quelque mari avec quelque gentilhomme du coin. Cette idée l'amusa un instant puis elle se dirigea vers l'escalier menant aux chambres, en passant près de la personne seule elle lui effleura ses pensées solidement barricadées et sans chercher à perçer les barrières mentales de l'autre laissa deux mots flotter tout près de la barrière de manière à être « entendu » quand même :

    * chambre 204 *

    Sans s’arrêter un instant elle monta jusqu'à sa chambre et s'assit sur le lit, quelques minutes plus tard une nouvelle personne entrait avant de refermer la porte à clé derrière elle et de se tourner vers Enelya en laissant tomber sa cape.

    « Astra esterni ono thelduin »

    Ne pas utiliser les formules de politesse de son peuple aurais pu choquer la jeune elfe et même si elle les tenait en horreur elle ne voulait pas avoir une alliée réticente et qui ne l'aimait pas.

    Tout en prononçant ces quelques mots elle examina rapidement l'elfe qui se tenait en face d'elle, car s'en était une, indubitablement. Elle avait l'air si jeune ! Déjà furieuse d'être ici et pour une mission aussi dangereuse elle se demanda pourquoi la reine lui octroyait comme seule alliée une jeune elfe. Qu'elle aurait aimé être dans sa forêt SEULE plutôt qu'ici où elle devait voler des rouleaux soit disant dangereux et indispensable à la reine pour en savoir plus sur le plan de bataille de l'Empire...

    Certes la reine avait ses raisons pour vouloir ces plans, et également pour l'envoyer elle, ancienne élève d'Oromis, disons plutôt bien qualifié et assez renommé parmi son peuple mais sortir de sa léthargie depuis la mort de son maître d'une telle manière la rendait encore moins aimable que d'habitude. Cela faisait bien longtemps que l'elfe ne riait plus, n'affichait qu'un sourire de façade et possédait une expression vide qu'elle avait tant haïs sur le visage de ses semblables, inexpressive et qui donnait l'impression d'être à part. Retenant un soupir elle attendait de voir ce que l'elfe avait à lui dire.

Revenir en haut Aller en bas
Gaïa
Membre du Staff


Féminin
Nombre de messages : 4205
Age : 24
Race : Humaine
Armes : Mon épée Minaë
Ville : Nul part.
Date d'inscription : 23/07/2008

Feuille de personnage
Song thème: Your Song - Ellie Goulding
Relation(s): Saithy - Ashu - Nayiiiii - Niime - Auron - Zara - Yuniie - Esbrouffe - Laya - Osthato & plein d'autres encore =)

MessageSujet: Re: Le chemin est encore long.. [pv Gaia]   Mer 2 Jan - 17:23


Alors que la jeune Gaïa marchait sur le chemin de Yasuac, elle fut contactée mentalement par la puissante Reine Islazandi, autrement dit sa grande Tante. Elle fut contente de sentir un contact elfique contre sa pensée, cela faisait longtemps qu’elle n’avait pas croisé d’autres elfes et il est vrai que les siens lui manquaient cruellement.

ISLAZANDI : Astra esterni ono thelduin Gaïa.
GAÏA : Astra esterni ono thelduin.
ISLAZANDI : J’ai une mission de la plus haute importance pour toi.

Une mission ? En tant que membre à part entière de l’armée des elfes, Gaïa n’avait encore jamais eu de mission à proprement parler. Surtout depuis qu’elle avait quitté le Du Weldenvarden depuis maintenant 3 mois et qu’elle n’avait aucune nouvelle de personne. Bref, la nouvelle de sa tante enchanta la jeune elfe. Enfin elle reconnaissait un peu sa valeur et lui confiait une mission. Après lui avoir tout expliqué, Gaïa n’était plus vraiment ravie.

GAÏA : Mais êtes-vous sûre de votre choix ? Non pas que je remette votre jugement en doute, mais moi ? Ma tante vous me connaissez !
ISLAZANDI : Est c’est exactement pour ça que je t’ai choisie toi. Ecoute moi bien, tu devras te rendre à Gil’ead et y retrouver une autre elfe. Elle arrivera sur les coups de 11h30 le matin. Tu l’attendras dans l’Auberge Palancar. Je te fais confiance Gaïa ne me déçoit pas.

Le lien fut rompu et Gaïa se retrouva de nouveau seule. Ok, elle avait deux jours pour arriver à Gil’head. Il faudrait qu’elle trouve un cheval et pas des moindres pour pouvoir couvrir une telle distance en si peu de temps. Elle était à Kuasta et il faudra qu’elle franchisse la montagne. Autant ne pas perdre de temps ! Elle se mit à courir dans la ville à la recherche d’un cheval compétent qui pourra tenir deux jours non-stop. Elle allait de ferme en ferme sans grand résultat. Des chevaux de traits, des vieux canassons en fin de vie ou des poneys. Non ce n’était pas bon ! Elle avait déjà perdu une heure. Si elle ne trouvait pas un cheval dans l’heure qui arrive, elle pouvait dire adieux à la mission. Non Gaïa n’est pas du genre à baisser les bras. Les échecs s’enchainèrent mais elle ne perdit pas la conviction qu’elle avait et enfin ses efforts payèrent. Elle trouva un magnifique étalon qui se terrait dans une ferme miteuse. Lorsque l’elfe paya le paysan et parti à dos de cheval, elle entra en contact avec son compagnon pour lui demander son véritable nom et non pas son surnom débile donné par l’homme. Il se trouve qu’il se prénommait Angst. Le voyage s’annonçait rude, long et fatiguant mais qu’importe, c’était la première mission de la jeune elfe et elle ne pouvait décevoir sa tante. En à peine deux heures, les deux compagnons d’infortune arrivèrent au pied de la montagne. Il va falloir la gravir et ce n’est pas une mince affaire ! Un peu d’encouragement mutuel et l’ascension débuta.

Comme prévu elle fut longue, fatigante et difficile. Mais au lever du soleil elle était enfin gravie. Gaïa apprécia quelques seconde ce magnifique lever de soleil qui bagna l’Alagaesia de sa chaleur malgré la manteau blanc de l’hiver. La descente fut beaucoup plus rapide et c’est en milieu deuxième jour que l’elfe arriva en bas de la montagne. Il était 16h, il lui restait moins de 24h pour arriver à Gil ead. Ça allait être vraiment dur mais elle savait qu’elle pouvait le faire. Les muscles de ses jambes avaient des crampes, ses mains étaient recouvertes d’ampoules et son compagnon commençait à fatiguer, mais tout comme elle il avait une mission et il la remplirait jusqu’au bout. Il aimait beaucoup cette jeune elfe qui lui avait promis de l’emmener dans les terres sacrées du Du Weldenvarden lorsque la mission sera terminée, et elle l’avait accessoirement sauvé de l’abattoir. Malgré la fatigue et la douleur, les deux mirent toute leur bonne volonté pour arriver à l’heure. Il n’était pas question de dormir et la jeune elfe chevaucha toute la nuit pour la seconde fois consécutive.

Il était 10h et enfin la ville était en vue. Cela devait bien être la première fois de l’histoire qu’un elfe était heureux de voir la cité tant détestée. Elle et Angst se mêlèrent à la foule qui entrait. Islanzandi avait prévu le coup : aujourd’hui était le jour de marché et les entrées et sorties n’étaient pas vérifiées, elle n’eut donc aucun mal à passer au travers des mailles du filet. Elle devait trouver l’auberge avant que sonne 11h. Mais avec tout ce monde il était difficile de se frayer un chemin. Lorsqu’enfin l’auberge se dévoila. Elle était plutôt de bon goût, elle porte bien son nom. L’elfe alla déposer Angst dans l’écurie de l’Auberge afin qu’il puisse se reposer lui aussi. Elle le remercia de sa précieuse aide et le congédia.

Elle entra dans l’auberge, réajustant la capuche sur sa tête et commanda un simple verre d’eau à l’aubergiste. L’homme parut interloqué mais ne dit rien, après tout elle avait payé. Elle attendit et enfin la personne qu’elle attendait arriva.

ENELYA : *Chambre 204*

C’est là qu’elle devait la rejoindre. Elle laissa passer quelques minutes pour ne pas être suspects et monta à son tour à l’étage. Elle referma à clef la porte derrière et protégea la pièce par un sort qui rend la pièce totalement insonorisée. Gaïa laissa alors tomber sa cape et se recoiffa, dévoilant ainsi sa chevelure si caractéristique et sa peau bleuté.

ENELYA : Astra esterni ono thelduin.
GAÏA : Astra esterni ono thelduin.

L’elfe à toujours trouvé ses formes d’un ennuie monstre, mais comme la femme l’avait utilisé, elle se devait de lui répondre. Elle examina rapidement son interlocutrice mais ne reconnut point les traits des elfes. Mais elle avait utilisé la forme de politesse elfique, elle ne pouvait qu’en être une, peut être un enchantement qui modifiait les traits du visage … Han l’elfe avait encore tant de chose à apprendre ! Bref. Bon à première vu, l’autre elfe avait l’air totalement fermée à toute sorte de communication. Mais elles allaient travailler ensemble et il fallait bien briser la glace. Gaïa se lança alors.

GAÏA : Enchantée, je me nomme Gaïa. Je préfère te prévenir d’avance il s’agit de ma première mission de haute importance alors je vais tout faire pour être à la hauteur. Je suis ravie de travailler avec toi.

Bon c’était nul, formel et absolument pas constructif mais c’est tout ce qu’elle avait de mieux pour débuter. Elle regretta légèrement de lui avoir dévoilé qu’elle effectuait sa toute première mission mais bon, autant qu’elle soit fixée.


TWIKS DEVIENT GAÏA

mes codes couleur : #61384d ( pour Twiks ) et #00858a (personne avec qui je RP), #e87aa3 (pour les femmes), ainsi que #63cc96 et #94b5e0 ( pour les PNJ )
Revenir en haut Aller en bas
Enelya



Féminin
Nombre de messages : 290
Race : Elfe dragonnière
Armes : Arc/Epée/Dagues/tout ce qui peut être utiliser pour
Date d'inscription : 14/06/2010

Feuille de personnage
Song thème:
Relation(s): Eragon .. ; Osth, le plus gentil des frêres avec Jah ; Ma belle-soeur préférée Tutum et même Ghi qui m'aime pas :D

MessageSujet: Re: Le chemin est encore long.. [pv Gaia]   Ven 4 Jan - 11:07

    Avant que Gaïa n'ouvre la bouche, l'elfe remarqua qu'elle la dévisageait bizarrement, ainsi tout le Du Weldenvarden la connaissait pour... Ah non ! Elle devait la regarder ainsi parce qu'elle n'avait pas effacé le sort qui lui donnait figure humaine, ça devait être ça ! Pendant que Gaïa lançait négligemment la formule d'usage qui n'avait pas l'air de l'enchanter également - peut-être était-elle fréquentable finalement - Enelya marmonna quelques phrases d'ancien langage et ses traits réapparurent fidèle à ceux de son peuple.

    « Enchantée, je me nomme Gaïa. Je préfère te prévenir d’avance il s’agit de ma première mission de haute importance alors je vais tout faire pour être à la hauteur. Je suis ravie de travailler avec toi. »

    Deux émotions contradictoires se croisèrent en même temps d'en l'esprit d'Enelya, la première, dû à ses longues années solitaire et à sa morosité actuelle était : une débutante ! La reine lui avait donné comme alliée une débutante ! Voulait-elle qu'elles se fassent capturer et tuer ? Non pas qu'elle dénigre les qualités de la jeune elfe mais cette mission était extrêmement difficile et Enelya pensait se retrouver avec quelqu'un qui avait si ce n'est plus, sinon autant d’expérience qu'elle...

    La deuxième fut beaucoup moins tragique et fit écho à une partie d'elle enfouie bien loin et qui avait été noyé par son chagrin d'avoir perdu son maître, Oromis. Cette elfe lui plaisait, elle disait les choses et tant pis pour les conséquences, et... elle la tutoyait ! C'était ce qui l'avait le plus marqué, rare était les elfes qui se tutoyaient, et plus encore quand ils s'adressaient à leur aînés ou quelqu'un qui possédait une certaine notoriété. Ce qu'Enelya, même si elle n'aimait pas ça, possédait.

    « Enchantée également, la reine est ta tante c'est ça ? Moi, maintenant que j'ai un visage un peu plus présentable, je ne sais pas si tu me connais ? Je suis Enelya, je.. n'en suis pas vraiment à ma première mission. »

    C'était vraiment pas terrible, elle qui se plaignait toujours de la froideur des elfes voilà qu'elle se mettait à faire de même. Mais elle n'avait pas envie de voir dans les yeux de Gaïa la compréhension qui ne manquerait sans doute pas de s'y allumer quand elle entendrait son prénom. Enelya était connue, qu'elle le veuille ou non. Enormémentt parce qu'elle avait été l'une des plus brillantes élèves d'Oromis, plus récemment parce qu'elle avait eu un poste haut placé dans l'armée elfique notamment pendant la bataille de Cithri,mais également, malgré elle, parce qu'elle avait fréquenté un certain dragonnier trop célèbre. Or, bien loin de s'en vanter, tout ce coté d'elle l'énervait, elle n'était qu'une elfe comme les autre qui aimait courir dans la nature, être tranquille avec les oiseaux et pratiquer la magie. Elle était aussi têtue, insolente et osait dire ce qu'elle pensait. Avant d'avoir passé trop de temps seule.

    Étrangement, cette mission quasi suicide, cette jeune elfe, tout ça lui donna envie de retrouver son coté fougueux et de protéger cette jeune elfe ainsi que de l’empêcher de devenir... barbante. Mais cette part d'elle était enfouie bien profondément et il lui faudrait plus de temps que ça pour.. ne plus être barbante elle-même.

    « Bon, je ne sais pas si tu sais exactement qu'elle est notre mission ? Nous devons nous infiltrer dans les appartements du gouverneur de la ville et récupérer des parchemins classés secret d'état pour en savoir plus sur les manigances de l'empire... Sans rien te cacher, cette mission est assez délicate... Et si j'aurai aimé quelqu'un avec un peu plus d'expérience, j'ai l'impression que ton caractère est beaucoup beaucoup mieux que celui auquel je m'attendais aussi je suis surprise moi-même, d'être contente de t'avoir comme partenaire. Si tu as des questions.. sur moi, sur la mission.. Ou même des idées quant à notre manière de procéder je serais ravie de les entendre, je n'aime pas l'idée de hiérarchie, alors entraidons-nous ! »

    Ouahou ! Autant de phrase à la suite ? C'était très rare venant d'elle ! Enelya prenait tout de même naturellement le contrôle de la situation mais pas pour écraser Gaïa et tout commander, juste parce qu'elle avait plus d'expériences, tant d'en la vie qu'au combat ou en mission, et qu'il fallait bien que quelqu'un dise quelque chose et elle ne voulait pas intimider la pauvre elfe. Un sourire amicale se dessina sur les lèvres d'Enelya et elle en fut la première surpirse.

    « Je n'ai pris qu'une chambre simple, cette auberge est déjà bien assez cher, mais prend le lit tu seras bien mieux installé, moi un canapé me suffit amplement, mettons nous à l'aise, si il faut qu'on reste ici longtemps autant s'approprier les lieux ! Excuse moi deux minutes, les robes ce n'est vraiment pas mon truc... »

    Sur ces dernières paroles elle alla poser son sac vers le canapé et entreprit d'en sortir une chemise et un pantalon ainsi que ses bonnes vieilles bottes de cuir, s'éclipsant quelques secondes dans la salle d'eau elle en revint avec sa robe à la main habillé comme à son habitude et se sentant beaucoup mieux. Elle ne s'était pas sentie autant détendue en présence d'un autre elfe depuis bien longtemps, peut-être bien que Gaïa lui rappelait sa jeunesse...

    « Aaaah, je me sens revivre, alors, tu as des questions, des idées ? »
Revenir en haut Aller en bas
Gaïa
Membre du Staff


Féminin
Nombre de messages : 4205
Age : 24
Race : Humaine
Armes : Mon épée Minaë
Ville : Nul part.
Date d'inscription : 23/07/2008

Feuille de personnage
Song thème: Your Song - Ellie Goulding
Relation(s): Saithy - Ashu - Nayiiiii - Niime - Auron - Zara - Yuniie - Esbrouffe - Laya - Osthato & plein d'autres encore =)

MessageSujet: Re: Le chemin est encore long.. [pv Gaia]   Ven 4 Jan - 16:43


Enfin l’elfe leva le charme sur son visage et Gaïa put aisément la reconnaitre. Une elfe digne de ce nom ne peut que distinguer les grands de son peuple. Les oreilles d’Enelya se mirent à pointer vers le ciel, ses yeux se fendirent en deux amandes magnifiques et son nez devint aquilin. Bref les traits si caractéristiques des elfes apparaissaient très nettement sur son visage, qui était par ailleurs magnifique.

ENELYA : Enchantée également, la reine est ta tante c'est ça ? Moi, maintenant que j'ai un visage un peu plus présentable, je ne sais pas si tu me connais ? Je suis Enelya, je n'en suis pas vraiment à ma première mission.

Tiens il faut croire que la jeune elfe avait fini par se faire connaitre, malheureusement pas pour ses talents mais pour sa tante, qui n’est autre que la reine du Beau Peuple. La fin de sa phrase sonnait bizarrement, comme si elle n’était pas spécialement rassurée d’avoir une novice avec elle. Alors oui, Gaïa est ce qu’on appelle une personne sans expérience, mais sa tante, aussi débordée soit-elle ne l’aurait pas envoyé au casse-pipe sans une idée derrière la tête. Il se trouve que Gaïa, depuis qu’elle est toute petite a un certain talent pour monter des embuscades, bref elle sait se servir de sa tête. De plus, malgré son jeune âge, elle a pu assister à plus de conférence de guerre que beaucoup d’autres elfes, aussi elle jouit d’une culture de la guerre assez impressionnante pour son âge.

La jeune elfe connaissait bien la personne qu’elle avait en face d’elle. L’élève la plus talentueuse du défunt Oromis. D’après sa tante, Enelya a eu beaucoup de difficulté à surmonter la mort de son maitre, ce qui est tout à fait compréhensible car, même si Gaïa n’a pas encore de maitre, elle imagine le lien qui unit les deux personnes. Et en dehors de ça, Oromis était un elfe particulièrement doux et généreux. Une très lourde perte pour le peuple elfique. En revanche, ce n’est pas parce qu’elle connaissait l’elfe qu’elle allait lui faire des fleurs ou tout autre style d’offrande. Non ce n’est pas son genre et il est possible que si elle est trop froide cela finisse par agacer la jeunette.

ENELYA : Bon, je ne sais pas si tu sais exactement qu'elle est notre mission ? Nous devons nous infiltrer dans les appartements du gouverneur de la ville et récupérer des parchemins classés secret d'état pour en savoir plus sur les manigances de l'empire...
GAÏA : Oui la reine Islazandi m’a tenue informé des démarches à suivre pour mener à bien cette mission.
ENELYA : Sans rien te cacher, cette mission est assez délicate... Et si j'aurai aimé quelqu'un avec un peu plus d'expérience …
GAÏA : Oui je sais que je n’en ai pas beaucoup mais …
ENELYA : J'ai l'impression que ton caractère est beaucoup, beaucoup mieux que celui auquel je m'attendais aussi je suis surprise moi-même, d'être contente de t'avoir comme partenaire. Si tu as des questions… sur moi, sur la mission... Ou même des idées quant à notre manière de procéder je serais ravie de les entendre, je n'aime pas l'idée de hiérarchie, alors entraidons-nous !

Cette elfe est définitivement bizarre. Un coup elle est désolée d’avoir un boulet comme Gaïa et la seconde d’après elle est heureuse de l’avoir avec elle. Bref elle se changea et revient avec une tenue disons plus appropriée pour ce genre de mission. Gaïa la regardais avec un air légèrement vide. Elle attendit l’espace d’un instant pour que toutes soient prêtes et se mette à réfléchir à un plan d’action pour entrer dans le château. Selon la jeune elfe, il était nécessaire de connaitre parfaitement les uses et coutumes du Seigneur et de tout son personnel. Il faudrait également s’assurer de l’endroit où se cachent les parchemins. Un plan détaillé du château sont indispensable. Bon au lieu de parler toute seule, il serait peut être judicieux d’en faire profiter sa camarade … Non ?

ENELYA : Aaaah, je me sens revivre, alors, tu as des questions, des idées ?
GAÏA : Alors non je n’ai pas de questions, mais sur le chemin pour arriver ici, j’ai commencé à réfléchir à un plan. Selon moi, nous allons devoir nous faire passer pour des domestiques, afin de recueillir des informations capitales à la réussite de la mission. Il faut que nous ayons en notre possession les tours de garde, les habitudes du seigneur, les lieux où l’on ne doit pas s’approcher et enfin un plan du château avec en prime l’emplacement des parchemins. Nous devons bien évidemment masquer notre vraie nature sans quoi nous serions immédiatement reconnues. Tu as l’air de maitriser la métamorphose à la perfection or ce n’est pas mon cas. Mon statut de boulet ici même : je dois apprendre.

Que de chose à dire. Il est vrai qu’en l’entendant parler ainsi, il y a un énorme contraste entre la jeune écervelée et la surdouée des stratégies.


TWIKS DEVIENT GAÏA

mes codes couleur : #61384d ( pour Twiks ) et #00858a (personne avec qui je RP), #e87aa3 (pour les femmes), ainsi que #63cc96 et #94b5e0 ( pour les PNJ )
Revenir en haut Aller en bas
Enelya



Féminin
Nombre de messages : 290
Race : Elfe dragonnière
Armes : Arc/Epée/Dagues/tout ce qui peut être utiliser pour
Date d'inscription : 14/06/2010

Feuille de personnage
Song thème:
Relation(s): Eragon .. ; Osth, le plus gentil des frêres avec Jah ; Ma belle-soeur préférée Tutum et même Ghi qui m'aime pas :D

MessageSujet: Re: Le chemin est encore long.. [pv Gaia]   Ven 4 Jan - 23:27

    « Alors non je n’ai pas de questions, mais sur le chemin pour arriver ici, j’ai commencé à réfléchir à un plan. Selon moi, nous allons devoir nous faire passer pour des domestiques, afin de recueillir des informations capitales à la réussite de la mission. Il faut que nous ayons en notre possession les tours de garde, les habitudes du seigneur, les lieux où l’on ne doit pas s’approcher et enfin un plan du château avec en prime l’emplacement des parchemins. Nous devons bien évidemment masquer notre vraie nature sans quoi nous serions immédiatement reconnues. Tu as l’air de maitriser la métamorphose à la perfection or ce n’est pas mon cas. Mon statut de boulet ici même : je dois apprendre. »

    Plus l'elfe parlait plus le sourire d'Enelya s'élargissait, sous ses airs de jeune qui ne connaissait pas grand chose elle avait en fait d'excellentes capacités de déduction et d'analyse, tout ce qui faisait un bon stratège ! Ravie Enelya la laissa finir avant de se lever et d'aller chercher deux parchemins finement roulé dans ses affaires.

    « Si tu étais un boulet tu ne serais pas ici, tu dois savoir mieux que moi que les décisions de notre Reine, ta tante, sont toujours longuement réfléchies, elle souhaite la réussite de cette mission. Elle avait réfléchi également à ce que tu viens de dire, qui est très juste au passage. Voilà un parchemin pour toi qui te permet de prendre ton rôle de domestique au château dès demain ainsi qu'une lettre de recommandation signé de la main de je ne sais plus quel haut gouverneur de quelques villes, cela va t'attirer la confiance du maître des lieux et tu seras surement mieux traitée que la majorité des serviteurs.. La reine a jugé plus sage que ce soit toi qui est ce rôle, tu comprends que moi et la communication ça fait deux et c'est ce qu'il te faudra le plus utiliser. Pour ma part j'ai une lettre de recommandation comme l'une des meilleures combattantes humaines, drôle non ? Par conséquent j'intégrerai la garde rapprochée, je m'occuperai des tours de gardes et de trouver un plan détaillé du château dans l'une des salle des gardes, tu pourras en apprendre plus sur les habitudes du seigneur et repérer l'exacte configuration des lieux ou je ne pourrai me rendre, les serviteurs entendent tout, tout se sait, je pense que tu glanera plus d'informations que moi. »

    Jamais elle n'avait parlé autant de ça elle était sûr, cette Gaïa... donnait envie de l'apprécier, du moins pour elle qui n'aimait pas les convenances, les autres elfes devaient s'en mordrent les doigts en revanche du caractère de cette petite.

    « Je n'ai pas vraiment le temps de t'expliquer comment remodeler ton visage en si peu de temps, du moins je ne pense pas et cela nous coûterait pas mal d'énergie non négligeable pour une mission, donc, si tu es d'accord, je modifierais moi-même tes traits, à ta convenance bien sûr. Si tu n'es pas d'accord et bien je tacherai de t'enseigner ça avant demain malgré la fatigue que cela engendrera. Je sais que se laisser manipuler n'a rien de très alléchant mais je te promet que je n'ai aucune mauvaise intention et si tu le désire, je t'apprendrai cette méthode un jour où nous aurons plus de temps, chez nous par exemple. »

    Se proposer ainsi de son plein gré pour faire quelque chose d'aussi facultatif ne lui ressemblait pas, enfin plus, ça ressemblait à l'ancienne Enelya mais pas à la nouvelle.

    « Mais pour l'instant, nous avons l'après midi pour nous préparer au mieux, c'est marrant, avec toi j'ai l'impression de retrouver mon ancien moi.. Oui oui, je sais, encore des paroles bizarre, tu dois vraiment me prendre pour une folle ! Mais si un jour nous en avons le temps et l'envie je pourrais te raconter un peu mon histoire et toi la tienne si tu veux, tu comprendrais mieux ma réflexion. Mais pour l'heure, allons faire quelques emplettes, il faut que l'on ressemble le plus possible à ce qu'on doit être alors quelques tenues de bonnes, une tenue de combat, de la nourriture également, je ne supporterai pas de manger dans cette fichue auberge pendant un mois si on doit rester un mois et nous pourrions, si ils n'ont pas fermé les portes d'ici là, aller chasser dans la forêt alentour ? A moins que tu n'aimes pas chasser bien sur ! »

    Enelya adorait chasser, l'arc, son arme favorite lui était d'un grand recours et elle n'avait pas pensé que la majorité des elfes ne mangeaient pas de viande et détestait chasser pour se nourrir... Elle espérait que Gaïa n'était pas comme ça et qu'elle ne s'offusquerait pas, pire, elle espérait que celle-ci adorerait aller chasser, elle se voyait un peu trop en elle c'était exagéré. L'air renfermé et froid d'Enelya refit surface un instant, la peur de s'attacher à nouveau à quelqu'un, elle qui n'avait plus rien l'effrayait le jour et l’empêchait de dormir la nuit, elle avait trop perdu pour croire que s'attacher valait la peine, surtout à une jeune elfe qui, tout aussi talentueuse soit-elle, elle ne connaissait que depuis moins d'une heure.

    « Il nous faudra aussi nous mettre d'accord sur l'histoire que nous servirons aux passants, à ceux qui travailleront avec nous, aux marchands, l'histoire la plus simple mais réaliste possible sur nos vies, la raison de notre venue ici, comment nous nous connaissons ect.. A moins que tu préfères que nous agissions chacune de notre côté si je suis trop bizarre pour toi ?! »
Revenir en haut Aller en bas
Gaïa
Membre du Staff


Féminin
Nombre de messages : 4205
Age : 24
Race : Humaine
Armes : Mon épée Minaë
Ville : Nul part.
Date d'inscription : 23/07/2008

Feuille de personnage
Song thème: Your Song - Ellie Goulding
Relation(s): Saithy - Ashu - Nayiiiii - Niime - Auron - Zara - Yuniie - Esbrouffe - Laya - Osthato & plein d'autres encore =)

MessageSujet: Re: Le chemin est encore long.. [pv Gaia]   Mar 8 Jan - 15:37


Alors que la jeune elfe débitait son esquisse de plan, elle put remarquer un rictus de satisfaction se dessiner sur le visage de sa collègue. A la fin de son explication Enelya se leva et alla chercher quelque chose dans son sac. Elle revint avec deux rouleaux et en tendit à l’elfe aux cheveux bleus.

ENELYA : Si tu étais un boulet tu ne serais pas ici, tu dois savoir mieux que moi que les décisions de notre Reine, ta tante, sont toujours longuement réfléchies, elle souhaite la réussite de cette mission. Elle avait réfléchi également à ce que tu viens de dire, qui est très juste au passage. Voilà un parchemin pour toi qui te permet de prendre ton rôle de domestique au château dès demain ainsi qu'une lettre de recommandation signé de la main de je ne sais plus quel haut gouverneur de quelques villes, cela va t'attirer la confiance du maître des lieux et tu seras surement mieux traitée que la majorité des serviteurs.
GAÏA : Très bien.
ENELYA : La reine a jugé plus sage que ce soit toi qui est ce rôle, tu comprends que moi et la communication ça fait deux et c'est ce qu'il te faudra le plus utiliser. Pour ma part j'ai une lettre de recommandation comme l'une des meilleures combattantes humaines, drôle non ? Par conséquent j'intégrerai la garde rapprochée, je m'occuperai des tours de gardes et de trouver un plan détaillé du château dans l'une des salle des gardes, tu pourras en apprendre plus sur les habitudes du seigneur et repérer l'exacte configuration des lieux ou je ne pourrai me rendre, les serviteurs entendent tout, tout se sait, je pense que tu glanera plus d'informations que moi.
GAÏA : Il est vrai que les murs ont des oreilles …

Gaïa pris le parchemin, le déroula pour regarder rapidement ce qu’il y avait d’écrit. Effectivement il s’agissait d’une lettre de recommandation du Seigneur Persan, intéressant tout ça. Il fallait qu’elles jouent le jeu à fond pour ne pas être repérées. Il est impératif que leur déguisement soient les plus parfait possible pour ne pas qu’elles éveillent les soupçons de leur futurs collègues. En ces temps, la délation est coutume et peut très vite devenir problématique. Mais lorsqu’elle demanda de l’aide pour apprendre convenablement à modeler son visage en celui d’une humaine tout ce qu’il y a de plus banal, Enelya remarqua quelque chose d’important : elles n’avaient pas le temps. De plus cela demandait une grande quantité d’énergie, hors si elle était épuisée avant même de commencer à travailler ça allait compromettre la mission. Non sa solution de la transformer elle était excellente et Gaïa le lui fit remarquer.

ENELYA : Je t'apprendrai cette méthode un jour où nous aurons plus de temps, chez nous par exemple.

Cette phrase marqua Gaïa. Cette elfe venait de lui offrir son aide au Du Weldenvarden. Elle venait de lui propose r de lui apprendre les secrets de cette technique … Gaïa n’avait jamais eu de mentor et était totalement autodidacte. La perspective de pouvoir apprendre de nouvelles choses en compagnie d’une elfe telle qu’Enelya était à la base inimaginable … Comme quoi tout peut arriver.

ENELYA : Mais pour l'instant, nous avons l'après midi pour nous préparer au mieux, c'est marrant, avec toi j'ai l'impression de retrouver mon ancien moi.
GAÏA : Ah oui ?
ENELYA : Oui oui, je sais, encore des paroles bizarres, tu dois vraiment me prendre pour une folle !
GAÏA : Mais non voyons !
ENELYA : Mais si un jour nous en avons le temps et l'envie je pourrais te raconter un peu mon histoire et toi la tienne si tu veux, tu comprendrais mieux ma réflexion.
GAÏA : Ce serait un grand honneur pour moi.
ENELYA : Mais pour l'heure, allons faire quelques emplettes, il faut que l'on ressemble le plus possible à ce qu'on doit être alors quelques tenues de bonnes, une tenue de combat, de la nourriture également, je ne supporterai pas de manger dans cette fichue auberge pendant un mois si on doit rester un mois et nous pourrions, si ils n'ont pas fermé les portes d'ici là, aller chasser dans la forêt alentour ? A moins que tu n'aimes pas chasser bien sur !
GAÏA : Au risque de te décevoir je ne chasse pas. Je ne peux me nourrir d’être vivants tels que les animaux. J’ai beau rechigner envers les règlements elfiques, cette règle d’être végétalienne ne peut être enfreinte … Enfin pour moi. Mais je t’accompagnerai pour aller ramasser des mets d’un autre style =)

La jeune elfe vit un instant la déception sur le visage de sa nouvelle acolyte. Mais il n’était pas question pour elle de se nourrir d’un animal, elle préfèrerait crever plutôt que de se nourrir de viande. Au début c’était dur, le corps réclamais les bienfaits de la viande mais Gaïa à sut contrôler son corps et arriver à puiser certaines vitamines impensées dans les fruits et les légumes.

ENELYA : Il nous faudra aussi nous mettre d'accord sur l'histoire que nous servirons aux passants, à ceux qui travailleront avec nous, aux marchands, l'histoire la plus simple mais réaliste possible sur nos vies, la raison de notre venue ici, comment nous nous connaissons ect.. A moins que tu préfères que nous agissions chacune de notre côté si je suis trop bizarre pour toi ?!
GAÏA : Je pense qu’il serait plus judicieux que nous agissions chacune de notre côté, on ne devrait même pas se présenter en même temps. Tu devrais venir une semaine après moi pour n’éveiller aucun soupçon. C’est une mission délicate dans laquelle aucun détail ne doit être laissé au hasard. Ce que je te propose : je vais me présenter demain au château du roi. Je vais me faire une place dans l’équipe de travail et commencer à poser des questions ingénues. Dans une semaine jour pour jour tu viendras prendre ta place au sein de la garde du Seigneur. Nous allons rester incognito pendant deux semaines. A la troisième semaine, nous aurons tous les renseignements pour nous emparer des plans et nous filerons en douce. Voilà mon plan.

Deux heures plus tard, les achats avaient été faits. Gaïa s’était acheté un tablier ainsi qu’une robe de servante. Elle était prête pour le lendemain, qui arriva bien vite. La nuit n’avait pas été bonne. Le stress l’avait empêché de dormir. Au réveil elle revêtit sa tenue, Enelya transforma son visage, sa couleur de peau et de cheveux. Elle était prête.
L’entretien c’est bien déroulé et elle put commencer la seconde d’après. Une servante lui montra les moindres recoins où se cachaient des produits pour nettoyer, les endroits où elle ne devait pas entrer sous peine d’un châtiment. Le soir, de retour à la caverne, Gaïa fit le point avec Enelya … Et ce pendant une semaine.


TWIKS DEVIENT GAÏA

mes codes couleur : #61384d ( pour Twiks ) et #00858a (personne avec qui je RP), #e87aa3 (pour les femmes), ainsi que #63cc96 et #94b5e0 ( pour les PNJ )
Revenir en haut Aller en bas
Enelya



Féminin
Nombre de messages : 290
Race : Elfe dragonnière
Armes : Arc/Epée/Dagues/tout ce qui peut être utiliser pour
Date d'inscription : 14/06/2010

Feuille de personnage
Song thème:
Relation(s): Eragon .. ; Osth, le plus gentil des frêres avec Jah ; Ma belle-soeur préférée Tutum et même Ghi qui m'aime pas :D

MessageSujet: Re: Le chemin est encore long.. [pv Gaia]   Jeu 10 Jan - 18:17

    « Je pense qu’il serait plus judicieux que nous agissions chacune de notre côté, on ne devrait même pas se présenter en même temps. Tu devrais venir une semaine après moi pour n’éveiller aucun soupçon. C’est une mission délicate dans laquelle aucun détail ne doit être laissé au hasard. Ce que je te propose : je vais me présenter demain au château du roi. Je vais me faire une place dans l’équipe de travail et commencer à poser des questions ingénues. Dans une semaine jour pour jour tu viendras prendre ta place au sein de la garde du Seigneur. Nous allons rester incognito pendant deux semaines. A la troisième semaine, nous aurons tous les renseignements pour nous emparer des plans et nous filerons en douce. Voilà mon plan. »

    Cette petite était étonnante. Elle lui donnait des ordres sans gêne comme si elle était sa supérieure, voilà au moins le seul détail chez Gaïa qu’elle n’aimait pas trop. Non pas qu’Enelya se jugeait plus apte ou plus compétente ou même qu’elle se prenne pour une chef, mais elle avait quand même plus d’expérience, beaucoup plus, et quelques années de plus également. Cependant c’était une chose qu’elle ne pouvait pas vraiment reprocher à la jeune elfe, elle n’avait jamais eu de maître, ou même quelqu’un qui s’apparente à un mentor, elle semblait s’être débrouiller seule pour tout et donc ne faire que ce qu’elle jugeait bien, c’était dangereux parfois, car si une conscience malveillante était laissé livrer à elle-même cela pouvait faire des dégâts. Mais Gaïa était une elfe et qui plus est la filleule de la Reine, il n’y avait donc pas trop de danger, néanmoins, Enelya se dit qu’elle ferait plus attention à cette elfe une fois rentré, on ne peut pas tout apprendre tout seul et quand on a que sa propre conscience pour analyser les choses on peut bien plus facilement faire fausse route.

    Voilà en gros les pensées de l’Elfe pendant qu’elle courait dans la forêt. Puisqu’elle attendait une semaine avant de se montrer, elle en profitait pour passer ses journées hors de la ville à courir aux alentours et dans une petite forêt adjacente. Tous les soirs Gaïa et elle faisaient le point sur ce que Gaïa apprenait et une nouvelle journée recommençait, identique à la précédente.

    Enelya se redécouvrait en quelque sorte, elle passait des heures assise sur une souche d’arbre à écouter la nature, à ordonner ses pensées, ses souvenirs. Le manque d’Oromis, toujours oppressant, c’était cependant atténué au fur et à mesure qu’une certitude nouvelle naissait en elle : Oromis existait toujours, en elle. Tout son savoir, toute sa sagesse, tout son amour qu’il lui avait transmis, elle avait cru qu’il avait disparu en même temps que lui, c’était faux. Elle recommençait à s’écouter, à écouter, et par la même, elle recommençait à apprendre. Même disparu, son maître lui avait tant donné, tant expliqué qu’elle comprenait qu’elle n’était pas seule, que même si matériellement Oromis n’était plus, cela n’empécher pas qu’il soit encore là pour elle. Toujours. Comme il l’avait dit. Une larme roula sur la joue de l’elfe qui fut vite balayée par le vent de sa course.

    En arrivant aux abords de la ville elle ralentit sa foulée jusqu’à marcher simplement, elle toucha machinalement son oreille gauche et ronchonna en ne trouvant pas la fine pointe habituelle. Il était tôt, cela faisait une semaine jour pour jour que Gaïa avait gagné le château, Enelya était sorti discrètement de la ville pour faire mine d’arriver dès l’ouverture de la grande porte. En passant sous ladite porte elle fut immédiatement interceptée par un garde.

    « Eh là ! Madame, si je puis me permettre, où aller vous de si bonne heure dans cette ville ? »
    « Bonjour à toi aussi, en quoi cela peut-il bien te regarder mon cher ? »
    « Je suis au service du Seigneur de cette ville, et si je te pose une question, tu me réponds petite insolente, à moins de vouloir chercher les histoires ! »
    «  Du calme, laissons donc ces histoires où elles sont. Si tu veux tout savoir, je suis ici pour rencontrer ton sympathique Seigneur, il semble qu’il te manque un supérieur, un Chef de la garde, je viens prendre le poste. »
    « Toi ? Une simple femme ? Arrête de te moquer de moi, je vais te montrer pourquoi tu ne peux pas être mon chef à moi le meilleur soldat de toute la garnison ! »

    Le soldat, énervé, voulu frapper l’insolente au visage, mais avant qu’il est pu finir son mouvement, une main s’était glissé sur la sienne, comme une caresse ? Le craquement que fit son poignet qu’en Enelya le lui brisa lui tira un cri de surprise mêlé à la douleur. Comment avait-elle pu agir aussi vite ?

    « Et voilà pourquoi, il ne faut jamais être prétentieux, considère ça comme une première leçon et non pas comme une mise en garde… »

    Et elle se perdit dans la foule avant que l’homme, qui tenait délicatement son poignet douloureux, n’est pu esquisser le moindre geste.

    L’elfe aux traits humains fut très bien reçue et, bizarrement, le bruit de l’altercation entre un soldat et la future chef des gardes arriva avant elle au palais ce qui lui assura immédiatement l’obéissance et lui évita les sarcasmes sur sa condition de femme. Tout se passa très bien et en moins d’une semaine elle connaissait par cœur tous les tours de garde du palais, les passages emprunté par certains hauts dignitaires et même les failles dans la surveillance qu’elle se garda bien de signaler au Seigneur.

    Il n’y eu aucune autre anecdote hormis un nez cassé et quelques cotes douloureuses pour un de ces soldats qui, trouvant ses courbes plus généreuses et agréables à regarder que celle de ces camarades avait tenté l’amadouer à grand renfort de sifflement et de plaisanteries oisives.

    Quittant plutôt que d’habitude le palais puisqu’on était dimanche, Enelya rejoignit rapidement Gaïa à l’auberge. Elle l’avait vu quitter le palais quelques minutes plutôt et la trouva dans la chambre quand elle entra. Vannée, Enelya se laissa tomber dans le canapé.

    « Essaye donc de faire comprendre à des gros bêtas qu’il vaut mieux utiliser sa tête que ses muscles parfois ! Ou qu’il vaut mieux se battre avec finesse qu’avec de la force brute ! Mon dieu ils m’ont épuisé, heureusement qu’ils ont enfin compris que je n’étais pas fréquentable haha ! J’ai récolté pas mal d’infos qui pourront nous être utile, les gardes sont relayés toute les deux heures, ce sera le maximum de temps que nous pourrons avoir et il serait même pas mal que l’on soit déjà loin quand ils découvriront les gardes qu’ils doivent relayer assommés… J’ai un plan du château ou j’ai répertorié les différents tours de gardes, les chemins qu’empruntent régulièrement tel ou tel personne, j’ai trouvé un petit relâchement de surveillance vers les tours Ouest, il n’y a que deux gardes pour toute la longueur du chemin de garde parce qu’il est un peu plus court que les autres… » Elle l’étala rapidement sur la table. « Qu’as-tu appris toi alors ? Sais-tu où sont les plans ? Mieux, sais-tu comment ils sont gardés ? Parce qu’on ne m’en a nullement parlé, c’est tellement important que même le Chef de la garde n’est pas informé… Mais il doit bien y avoir un serviteur qui sait quelque chose ? Quelqu’un doit bien les avoir déjà vu ?

Revenir en haut Aller en bas
Gaïa
Membre du Staff


Féminin
Nombre de messages : 4205
Age : 24
Race : Humaine
Armes : Mon épée Minaë
Ville : Nul part.
Date d'inscription : 23/07/2008

Feuille de personnage
Song thème: Your Song - Ellie Goulding
Relation(s): Saithy - Ashu - Nayiiiii - Niime - Auron - Zara - Yuniie - Esbrouffe - Laya - Osthato & plein d'autres encore =)

MessageSujet: Re: Le chemin est encore long.. [pv Gaia]   Mar 12 Fév - 16:01


Lorsque la jeune elfe avait exposé son idée à la grande Enelya, elle n’avait pas sondé une seule seconde le fait qu’elle pourrait paraitre autoritaire. Elle était plus dans l’idée de l’impressionner en réalité. Lui montrer qu’elle en avait dans la caboche pour lui dégoter le meilleur plan possible. C’est dans sa nature d’être le plus serviable possible, et si par la même occasion elle peut se revalorisé auprès d’une légende pourquoi pas ! De plus il se trouve que la jeune Gaïa est quasiment autodidacte, il est vrai que sa tante lui a enseigné deux ou trois petites choses mais rien de très poussé : aussi elle s’est formé sa propre vision de son monde, ses propres idéaux et toute sa personnalité.

La première semaine fut longue. Il n’y avait que Gaïa qui était sur place pendant qu’Enelya attendait patiemment. Mais durant cette petite semaine, la jeune elfe avait réussi à collecter un paquet d’information et le plan du château se remplissait à vue d’œil. La prochaine étape : parler des rouleaux, l’objet de leur convoitise. Mais il faudra être discrète et surtout méthodique pour avoir l’information sans donner l’impression de la chercher : pas une mince affaire !

L’arrivée d’Enelya n’était pas passée inaperçue au château. Une des gouvernantes était venue raconter à Gaïa comment la nouvelle chef de la garde avait recadré le meilleur des soldats. Gaïa ne put s’empêcher d’avoir un rictus de satisfaction, elle sait y faire avec les hommes ! Une semaine de plus passait et le temps paraissait toujours aussi longs à notre jeune elfe, récurer le sol du château c’est barbant … Et surtout elle n’avançait plus ! Les informations se faisaient rares et souvent inutiles ou redondantes … Heureusement que de son côté, Enelya n’avait pas chômé !

Aujourd’hui c’est dimanche et les employés du château sont autoriser à quitter plus tôt. Tant mieux ! Le dos de la jeune elfe commençait à se faire entendre à coup de craquement et de douleurs aux lombaires. Elle savait qu’Enelya n’allait pas tarder dans la chambre aussi elle l’attendait bien sagement allongée sur le lit. Lorsque l’elfe entra à son tour, elle se laissa choir sur ce qui leur servait de canapé.

ENELYA : J’ai récolté pas mal d’infos qui pourront nous être utile, les gardes sont relayés toute les deux heures, ce sera le maximum de temps que nous pourrons avoir et il serait même pas mal que l’on soit déjà loin quand ils découvriront les gardes qu’ils doivent relayer assommés…
GAÏA : Deux heures, c’est juste ce qu’il nous faut étant donné que nous connaissons les moindres recoins et que nous savons exactement ce que nous avons à faire !
ENELYA : J’ai un plan du château ou j’ai répertorié les différents tours de gardes, les chemins qu’empruntent régulièrement tel ou tel personne, j’ai trouvé un petit relâchement de surveillance vers les tours Ouest, il n’y a que deux gardes pour toute la longueur du chemin de garde parce qu’il est un peu plus court que les autres…
GAÏA : La tour Ouest … Ca me dit quelque chose ça !
ENELYA : Qu’as-tu appris toi alors ? Sais-tu où sont les plans ? Mieux, sais-tu comment ils sont gardés ? Parce qu’on ne m’en a nullement parlé, c’est tellement important que même le Chef de la garde n’est pas informé… Mais il doit bien y avoir un serviteur qui sait quelque chose ? Quelqu’un doit bien les avoir déjà vu ?
GAÏA : Ce qu’il y a de bien avec les gouvernantes et les domestiques, c’est qu’elles n’ont pas leur langue dans leur poche. Si aucune d’entre elles ne m’a menti, les rouleaux se trouvent à l’extrémité de la tour Sud qui est facilement accessible par la tour Ouest justement. Je sais également qu’il y a deux femmes seulement qui sont habilités à rentrer dans cette pièce pour y faire les poussières et le sol. Elles n’y vont qu’une fois par semaine. Je pense que le plan commence à t’apparaitre aussi clairement que je le vois : nous allons prendre leur place.

Le pari était risqué car il fallait être sûr de soi, les deux elfes n’auront en tout et pour tout qu’une seule chance et elle durera deux heures maximum. C’était bien court surtout qu’il faut qu’elles aient le temps d’assommer les gardes, les domestiques, qu’elles se dirigent jusqu'à la salle et qu’elles en ressortent. D’après les dires, la salle est protégée par des sortilèges très puissants qu’il est difficile de tromper.

GAÏA : Bon et bien c’est parti, demain commence l’opération vol de rouleaux !


TWIKS DEVIENT GAÏA

mes codes couleur : #61384d ( pour Twiks ) et #00858a (personne avec qui je RP), #e87aa3 (pour les femmes), ainsi que #63cc96 et #94b5e0 ( pour les PNJ )
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le chemin est encore long.. [pv Gaia]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le chemin est encore long.. [pv Gaia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: - :: L'EMPIRE :: gil'ead-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit