AccueilS'enregistrerConnexion

Venez vous faire déclarer et choisir votre armée dans CE SUJET !

Les groupes par armée sont crées ! Si vous n'avez plus de groupe ou pas le bon, il vous sera demandé de vous rendre dans le sujet ci-après rapidement.


Partagez | 
 

 Le chemin est encore long.. [pv Gaia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Enelya



Féminin
Nombre de messages : 290
Race : Elfe dragonnière
Armes : Arc/Epée/Dagues/tout ce qui peut être utiliser pour
Date d'inscription : 14/06/2010

Feuille de personnage
Song thème:
Relation(s): Eragon .. ; Osth, le plus gentil des frêres avec Jah ; Ma belle-soeur préférée Tutum et même Ghi qui m'aime pas :D

MessageSujet: Le chemin est encore long.. [pv Gaia]   Ven 14 Déc - 13:47

GIL'EAD

    « Pfffff »

    L'elfe, énervée, essaye tant bien que mal de se frayer un passage au milieu de la foule qui a envahit les rues de cette ville qu'elle déteste tant. Cela fait dix minutes qu'elle devrait être au lieu de rendez-vous et aurait même du y être en avance si ces stupides humains n'avaient pas tous décidés de sortir en même temps dans les rues. En réalité à cette heure, c'était la fin de matinée, il était normal que bon nombre de gens aillent au marché mais cela ne faisait que l'énerver d'avantage.

    Elle haïssait Gil'ead. Plus exactement elle haïssait l'Empire. En fait elle méprisait tout ce qui n'était pas sa forêt en ce moment. Mais Gil'ead était vraiment une des villes qu'elle détestait le plus. Longtemps sous le contrôle de Durza, les hommes lui paraissait plus dur, plus fou, plus sanguinaire encore que dans les autres cités ce qui n'était pas peu dire. Le pire dans cette ville c'était son marché d'esclaves ! Comment pouvait-on se targuer d'être humain alors même que l'on traitait ainsi ses semblables ?

    L'elfe eut un geste machinal pour vérifier que la capuche de sa cape grise couvrait toujours sa tête et fut rassurée de voir que oui. Même si elle avait remodelé son visage de manière à avoir un profil humain elle n’aimait pas être observé, et comme elle avait été forcé de mettre une robe – autre chose qui l'énervait beaucoup d'ailleurs – et qu'elle n'était pas dépourvu d'un certain charme que toute la magie du monde ne pouvait lui enlever, elle préférait être discrète. Ses chausses lui manquaient atrocement, sa longue robe verte forêt cintrée à la taille était tout ce qu'il y a de plus féminin et « gnangnan », elle détestait ça. Dans cette tenue elle avait l'air bête avec son sac de voyage usé sur le dos et les hommes ne manquaient pas de lui proposer leur aide, qu'elle déclinait le plus aimablement possible. Ou pas.

    Arrivant enfin en vue de l'auberge où elle se rendait Enelya s'empressa de se glisser à l'intérieur. C'était la meilleure auberge de la ville, celle où le roi descendait quand il venait ici autre fois, en clair, une auberge trop cher pour un rebelle, le critère principal de l'Elfe et de sa reine.

    * On est jamais mieux protégé que sous les yeux de ses ennemis, c'est bien vrai ça, personne ne viendra nous chercher ici. *

    En entrant elle avait balayé très rapidement la salle du regard avant de se diriger vers le comptoir, différents groupes de personnes riches et célèbres – ou qui croyaient l'être – étaient répartis au quatre coins de la pièce, vers l'escalier qui menait aux chambre, une personne seule et encapuchonnée sirotait un verre. Le propriétaire de l'établissement, un homme bedonnant qui se donnait de grand air pour pas grand chose, arriva alors et Enelya abaissa sa capuche, laissant cascader ses boucles blondes dans son dos.

    « Madame ! Que puis-je faire pour vous ? »
    « Bonjour cher aubergiste, j'aimerai une chambre si possible assez intime et pour deux personnes et pour une durée indéterminée s'il vous plaît, je payerai chaque matin pour la nuit si je reste encore. »
    « Pas de problème madame... A quel nom ?
    « Linda Elhoïr »

    Il lui donna les clés sans demander plus d'explication et elle paya généreusement la première nuit, elle avait suffisamment d'argent pour rester un mois ici, ce qui faisait un paquet d'or d'ailleurs. Elle aimait les établissements où l'on ne vous demandait rien et où l'on se contentait de tirer des conclusions souvent fausse. D'après leur dialogue, Enelya était persuadé que l'homme pensait qu'elle venait ici pour tromper quelque mari avec quelque gentilhomme du coin. Cette idée l'amusa un instant puis elle se dirigea vers l'escalier menant aux chambres, en passant près de la personne seule elle lui effleura ses pensées solidement barricadées et sans chercher à perçer les barrières mentales de l'autre laissa deux mots flotter tout près de la barrière de manière à être « entendu » quand même :

    * chambre 204 *

    Sans s’arrêter un instant elle monta jusqu'à sa chambre et s'assit sur le lit, quelques minutes plus tard une nouvelle personne entrait avant de refermer la porte à clé derrière elle et de se tourner vers Enelya en laissant tomber sa cape.

    « Astra esterni ono thelduin »

    Ne pas utiliser les formules de politesse de son peuple aurais pu choquer la jeune elfe et même si elle les tenait en horreur elle ne voulait pas avoir une alliée réticente et qui ne l'aimait pas.

    Tout en prononçant ces quelques mots elle examina rapidement l'elfe qui se tenait en face d'elle, car s'en était une, indubitablement. Elle avait l'air si jeune ! Déjà furieuse d'être ici et pour une mission aussi dangereuse elle se demanda pourquoi la reine lui octroyait comme seule alliée une jeune elfe. Qu'elle aurait aimé être dans sa forêt SEULE plutôt qu'ici où elle devait voler des rouleaux soit disant dangereux et indispensable à la reine pour en savoir plus sur le plan de bataille de l'Empire...

    Certes la reine avait ses raisons pour vouloir ces plans, et également pour l'envoyer elle, ancienne élève d'Oromis, disons plutôt bien qualifié et assez renommé parmi son peuple mais sortir de sa léthargie depuis la mort de son maître d'une telle manière la rendait encore moins aimable que d'habitude. Cela faisait bien longtemps que l'elfe ne riait plus, n'affichait qu'un sourire de façade et possédait une expression vide qu'elle avait tant haïs sur le visage de ses semblables, inexpressive et qui donnait l'impression d'être à part. Retenant un soupir elle attendait de voir ce que l'elfe avait à lui dire.

Revenir en haut Aller en bas
 

Le chemin est encore long.. [pv Gaia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: - :: L'EMPIRE :: gil'ead-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit