AccueilS'enregistrerConnexion

Venez vous faire déclarer et choisir votre armée dans CE SUJET !

Les groupes par armée sont crées ! Si vous n'avez plus de groupe ou pas le bon, il vous sera demandé de vous rendre dans le sujet ci-après rapidement.


Partagez | 
 

 Définir, c'est limiter [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatarEttelwen



Féminin
Nombre de messages : 48
Age : 25
Armes : Dague
Ville : Chat-Garou
Date d'inscription : 04/07/2007

Feuille de personnage
Song thème:
Relation(s):

MessageSujet: Définir, c'est limiter [PV]   Sam 23 Juil - 20:29

Les fauteuils vides de velours vert, moisis pour la plupart, achevaient de donner à la salle son caractère lugubre. L'allée aux dalles grinçantes parsemées d'amats de poussière menait à une scène qu'un maître de musique dominait lors de cette entracte, détail ayant rappelé à Ettelwen le chemin du grand hall de l'unique théatre de Kuasta. Sa robe pourpre balayait le sol tandis que ses pas discrets la conduisaient jusqu'au vestiaire où elle récupéra sa cape auprès d'un responsable distrait par une actrice au jeu trop convainquant pour prêter attention à cette enfant s'en allant seule. Le hall, éclairé avec zèle, offrait à ses cheveux tirés la profondeur que la lumière conférait au noir de jais, et on se retourna au passage de cette petite silhouette, qualifiée de mignonne par les termes les plus téméraires. Ettelwen attacha sa cape et revêti l'ample capuche qui la camoufflerait aux yeux de passants mal avisés envers une enfant seule dans les rues de Kuasta. Elle emprunta la grande porte et descendit les trois marches que des colonnes surplombaient. Quelques minutes plus tard, elle arpendait les rues désertes d'un pas aussi nonchalent que silencieux, les yeux rivés sur les pavés qu'une pluie violente avait récemment foncé.
Elle ne prit pas la direction du centre où se trouvait les combles qu'elle occupait clandestinement, mais celle du port, lieu qu'elle appréciait pour son animation, parfois glauque et emprunte de trafics peut orthodoxes, mais qui lui permettait d'alimenter une imagination qui perdait de son habileté au fur et à mesure que les mois passaient dans l'ennui et la solitude. Son apparence infantile ne lui permettant pas d'avoir une quelconque activité malgré ses vingt-quatre ans, sa vie actuelle ne tenait qu'au vol et à la supercherie. Bien sûr, elle pouvait tout aussi bien, sous les traits d'un jeune maine-coon au regard craquelé d'or, profiter des bonne intentions d'une famille aimante, a la disposition d'humains qui en lui offrant feu de cheminée et repas lui oteraient liberté et indépendance.
Les quais constituaient un des lieux de prostitution les plus actifs de la ville, et Ettelwen se plaisait à admirer le jeu de ces femmes, ce théatre au bord de l'eau, cette facilité d'adaptation et de maquillage qu'elles cultivaient avec une intelligence insoupçonnée qui empruntait tout à la manipulation. Elle montait généralement sur le toit d'un entrepot et admirait la manière qu'elles avaient de harponner ces pauvres marins dont toute la faiblesse devenait évidente dès leur approche tapageuse. Le reste ne l'intéressait guère, la pièce s'achevait dès lors qu'elles partaient, virilement accompagnées, dans ces lieux sombres allant de la taverne crasseuse à la ruelle étroite. Parfois elle écoutait les conversations des commerçants, déchargeant les marchandises des bateaux, apprenait de folles rumeurs dont elle ne se souviendrait pas quelques heures plus tard. Ou encore, elle était l'invisible témoin de duels officieux, dont le dénouement se soldait par le bruit d'un corps jeté dans les eaux grises. Ce soir là elle ne monta pas sur un toit. Pour la première fois, elle se rendit sur les quais sous forme humaine, sans idée de voyeurisme. Sa robe trainant dans les flaques boueuses et sa capuche camoufflant ses traits, elle avançait d'un pas lent mais non pas dénué d'assurance dans le port marchand, frôlant presque ces créatures fascinante qu'elle avait longuement observé des nuits durant, qui à leur tour la regardait passer, telle une ombre incertaine, sans expression aucune. Sa petite taille trahissait sans aucun doute sa plus grande faiblesse, on la voyait comme une proie facile, et elle en avait purement conscience. C'était peut être la raison de son passage ici même, ce soir, la fascination inconsciente d'un risque énorme pris en connaissance de causes.
Elle passa les quais, arrivant à proximité d'une auberge mal famée où une rixe éclatait. Ettelwen s'assit au bord de l'eau, admirant l'ingéniosité d'un phare dressé tout près, au milieu des roches. Son coeur se serrait à chaque cri provenant de l'auberge, mais elle ne bougea pas. Elle attendait quelque chose, sans avoir la moindre idée de la nature de cette attente. La porte de la taverne s'ouvrit bruyamment, et on expulsa trois hommes imbibés d'alcool, qui se ramassèrent sur les pavés avant que la porte ne soit refermée. Deux d'entre eux restèrent au sol, seul un se releva. Ettelwen le sentit approcher. Sans aucun doute était-il trois fois plus grands qu'elle. Ses pas incertains résonnaient dans la tête de l'enfant qui n'avait pas pris la tête de se retourner pour voir ses traits. Elle ressentait une peur inexplicablement attirante, une peur qui ne laisse aucune place à quelconque angoisse, une peur qui donne à la palette des sentiments tout son charme indescriptible et complet. Elle sentit une forte odeur de crasse et d'alcool mêlées avant qu'un bras puissant ne la soulève, la tenant par le poignet. La seule chose que nota Ettelwen fut qu'il manquait à l'homme deux dents sur le devant, et que son haleine empestait des substances qu'elle ne connaissait pas à son grand bonheur.


" T... t'eeees toute seule? "


Elle n'eut pas à prendre la peine de répondre. L'un des deux autres hommes s'était relevé et avait foncé sur eux, les percutant de plein fouet. La querelle des deux hommes repris bruyamment. Personne n'entendit la tête d'Ettelwen taper contre le bord du quais, ni son corps tomber à l'eau. Personne ne la vit sombrer.
Elle repris connaissance sur une plage. La nuit était avancée et elle ne voyait pas à trois mètres. Un mal de tête carabiné la tambourrinait, et dont les cheveux mouillés dégageaient une odeur de sel et dans lesquels on trouvait quelques algues crasseuses. Elle se leva rapidement, chancela. Retomba sur le sable. Aucun souvenir ne lui revenait, si ce n'étaient ceux d'un enfant qui l'appelait sur une plage comme celle ci, puis qui disparaissait dans les eaux. Elle se releva après quelques minutes et commença à marcher sur la plage d'un pas incertain.



Dernière édition par Ettelwen le Mer 27 Juil - 11:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatarWezern



Masculin
Nombre de messages : 3
Ville : tieffelin
Date d'inscription : 17/07/2011

Feuille de personnage
Song thème: wait and bleed
Relation(s):

MessageSujet: Re: Définir, c'est limiter [PV]   Mar 26 Juil - 22:38

Wezern avait finalement rejoint Narda tôt dans la matinée. N’ayant rencontré aucune difficulté à y parvenir, il décida de poursuivre son chemin vers Teirm jusqu'à la tombée de la nuit.

Il arriva finalement dans la nuit à destination et rentra dans le premier bar qu’il rencontra. L’endroit était plutôt mal famé mais il passa inaperçu. S’asseyant à une table proche de l’entrée, il commanda un mélange rougeâtre et mousseux, qui paraissait être la spécialité de la maison à en croire la pancarte du comptoir. Le gout n’était pas mauvais un mélange de baies et de sang d’après lui, la question restant de savoir le sang de qui. Son interrogation sur la composition d’un tel cocktail fut abrégée par le venu d’un homme à l’allure crasseuse, doté d'un œil aveugle blanc, l’autre louchant a moitié.

« Toi t’es là pour faire le mal, et ce n’est pas pour me déplaire vois-tu.»

Wezern regardant l’homme avec méfiance lui demanda ce qu’il voulait exactement et qu’insinuait-il par faire le mal.

« Toujours en quête de savoir n’est-ce pas, le savoir une chose précieuse dont les gens n’ont plus le temps de s’occuper avec cette guerre, pourtant il est synonyme de pouvoir. »

Il montra une marque sur l’avant bras de Wezern, symbolisé par un livre surplombé d’une épée gravé dans l’armure.

« Cette marque c’est l’ancienne inquisition celle qui a sombré dans les ténèbres, on pensait qu’elle avait disparu. Mais moi je n’ai pas oublié, si tu veux mon conseil évite de la montrer. Je ne veux pas savoir ou tu as trouvé cette armure et je ne parlerais à personne de ça mais j’ai une offre à te proposer en échange. Rend toi a Kuasta, là bas trouve un antiquaire véreux qui vend principalement des parchemins et des livres récupéré dans les maisons dévastées par l’empire, il dispose d’un document qui m’appartient, tue le et récupère ce document. Tu ne peux pas le rater il est empreint de sang. Voilà ma condition pour acheter mon silence.»

Wezern réfléchit un instant, certes ce serait l’occasion pour lui de se distraire et d’avoir un réel objectif, mais il se demanda aussi qu’elle importance avait la marque inscrite sur son armure. Depuis sa naissance il n’avait jamais songé à la provenance de son armure et encore moins à la signification de cette marque. Finalement il accepta et paya un coup à boire à l’individu pour conclure leur accord.

Apres une bonne nuit de sommeil, il décida d’entreprendre directement la mission qu’il lui avait été confié et partit sur le chemin de Kuasta. Sur le trajet plein de question lui vinrent a l’esprit. Pourquoi ce document avait une telle importance ? Pourquoi avoir fait appel a lui ? Ou retrouverais t-il l’aveugle une fois sa mission accomplie et qui était-il ? Ayant tout de même pris en compte ce que l’homme lui avait dit, il avait caché son avant bras d’un bout de tissu noir.

Au bout de quelques heures de marche il quitta le chemin pour longer la côte. La pluie se mit a tomber, le tumulte des vagues et les rafales de vent eurent tôt fait de donner une atmosphère apocalyptique à la plage, auquel vint s’ajouter un brouillard épais. Wezern décida de se mettre à l’abri sous un petit amas de rocher. Au bout d’un moment il vit une petite silhouette s’approcher vers lui, il dégaina son épée par précaution, et s’avança sous la pluie a la rencontre de l’individu….


Dernière édition par Wezern le Ven 30 Déc - 21:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatarEttelwen



Féminin
Nombre de messages : 48
Age : 25
Armes : Dague
Ville : Chat-Garou
Date d'inscription : 04/07/2007

Feuille de personnage
Song thème:
Relation(s):

MessageSujet: Re: Définir, c'est limiter [PV]   Lun 1 Aoû - 10:39

Elle longea la plage, sous la pluie orageuse, sa robe mouillée trainant dans le sable et ayant comme elle perdu toute l'élégance qui était sienne en début de soirée. L'enfant apparaissait, l'appelait, puis disparaissait aussitôt qu'elle tournait la tête dans la direction du cri et l'apercevait. Elle croyait devenir folle.
Plusieurs fois, elle tomba. Ses vêtements, ses cheveux, son visage, tout accrochait le sable imbibé d'eau de pluie. Bientôt elle ne se releva plus. Allongée sur le dos, laissant l'averse nettoyer précairement sa peau au grain enfantin. Elle ouvrit les yeux pour voir l'enfant la surplomber, debout à coté d'elle, la toisant avec mépris.
- Qu'est ce que tu fais, Ettelwen? Lève-toi. Tu es pitoyable. Marche, oriente-toi. Et trouve-moi.
C'était un ton sans appel, emprunt de cette autorité qu'ont les parents suffisament sévères et justes à la fois. Elle s'appuya sur un coude. Il repartait déjà, d'un pas tranquille. Son port droit fascina la jeune fille à tel point qu'elle en perdit les mots qu'elle aurait souhaité lui crier. Elle voulait qu'il l'attende, revoir cet être dont elle n'avait discerné que les traits angéliques encadrés par des cheveux foncés par la pluie. Elle s'assit. Il avait disparu. Le charisme et la force qui s'étaient dégagé de lui la laissait confuse. Il paraissait pourtant si immatériel, comme une illusion. Pourtant elle se refusa à douter de son existence. Chancelant toujours, elle se releva et commença à marcher dans la direction qu'elle l'avait vu prendre, où il s'était effacé, quelques minutes auparavant. Il l'avait sommée de le retrouver, il fallait qu'elle s'exécute.
Au loin elle aperçu la lumière d'un phare. Sans doute arriverait-elle dans un endroit régit par les hommes d'ici quelques heures. Elle continua lentement, dans son piètre état physique et son incompréhension à son comble. L'enfant n'était pas réapparu.
Ce fut quand elle atteint des amonts de roches qu'une présence se fit ressentir. Sa vision encore légèrement trouble, elle ne vit qu'une forme, un bipède, plus grand qu'elle à l'évidence. Ce n'était pas l'enfant. La personne s'avançait vers elle, d'un pas beaucoup plus sûr et plus déterminé qu'elle-même. Quand il ne fut qu'à quelques mètres, elle articula sans grande adresse et d'un ton toujours emprunt d'une incertitude inconditionnelle:
- Vous l'avez vu...? Vous êtes avec lui... il m'a dit de le retrouver...
Il était à présent suffisamment proche pour qu'elle distingue une épée dégainée dans la main de son interlocuteur. Dans un mouvement de recul qui la fit tomber, elle releva des yeux pleins de terreur vers le visage de l'homme armé.
Revenir en haut Aller en bas
avatarWezern



Masculin
Nombre de messages : 3
Ville : tieffelin
Date d'inscription : 17/07/2011

Feuille de personnage
Song thème: wait and bleed
Relation(s):

MessageSujet: Re: Définir, c'est limiter [PV]   Ven 30 Déc - 23:16

Surpris par la chute de l’individu, et ne comprenant pas un mot de ce qu’on venait de lui dire, Wezern fut intrigué. Il s’approcha et rengaina son cimeterre a la vue apeuré de ce petit bout de femme. Méfiant il l’aida tout de même à se relever. A son allure sale du fait de ses habits emprunts de sable, Wezern pensa dans un premier temps qu’il s’agissait d’une clocharde ; ou encore d’une de ses trainées délaissées que l’on pouvait trouver dans les endroits malfamé. Il proposa à la jeune femme de l’accompagner et de se mettre à l’abri de la pluie pour lui raconter ce qui lui etait arrivée. Elle acquiesça d’un signe de tête.




Tandis qu’ils marchaient Wezern remarqua les détails de la robe ceci ne pouvait provenir que d’une famille aisé et encore. Peut-être les avait-elle volé songeât-il. Au bout de quelques minutes sous le déluge il aperçu une petite route sur le coté qui menait a une étable. La lumière d’une chaumière juxtaposée permettrait de mieux voir de qui il s’agit.

Arrivé à l’ abri il découvrit une jeune fille plutôt maigre aux cheveux noirs et aux yeux dorées. Celle-ci hésita puis lui demanda de se découvrir avant de lui donner quelconque explication sur ce qui venait de lui arriver. Wezern refusa il ne lui était pas coutume de hotter sa capuche et de s’exposer à la vue de tout le monde. Il décida de lui raconter plutôt ce qui l’avait conduit jusqu’ici pour la rassurer. Il remplaça le terme assassiner par négocier et il sembla que cela l’ai mise en confiance, il l’écouta donc…
Revenir en haut Aller en bas
avatarEttelwen



Féminin
Nombre de messages : 48
Age : 25
Armes : Dague
Ville : Chat-Garou
Date d'inscription : 04/07/2007

Feuille de personnage
Song thème:
Relation(s):

MessageSujet: Re: Définir, c'est limiter [PV]   Mar 31 Jan - 22:43

Sûrement devenait-elle inconsciente, quoi qu'il en fut elle ne rechigna pas quand l'inconnu l'aida à se relever. Elle le laissait approcher non sans crainte, son coeur battant à une vitesse fulgurante. Elle avait toujours abhorré les armes, quelles qu'elles furent, sans qu'elle ne sache pourquoi. Un mal de tête difficilement supportable la torturait, et la petite fille ne voulait pas rester seule sur cette plage sinistre. Elle avait peur qu'il revienne, que le spectre qui lui dictait son chemin revienne. Elle n'était pas folle, elle le savait pertinement, et tenait à ce que l'inconnu le voit également s'il réapparaissait, cela la rassurerait.
Ce fut donc sans réfléchir qu'elle accepta de l'accompagner, sans savoir vraiment où il se rendait, ormis que l'endroit serait plus pratique aux vues de la pluie battante. Elle marchait d'un pas tout à fait normal, son équilibre recouvert, mais la texture poisseuse de sa robe la maintenait au froid désagréablement. Par moment elle tournait la tête, cherchant le fantôme apparu un peu avant, mais celui ci ne se manifestait plus. Jetant un oeil sur son accompagnateur, elle se dit qu'elle prenait très certainement le bon chemin.

Le fait qu'il se cache l'effrayait quelque peu et alimentait un mystère certain sur lui, mais elle n'insista pas quand il refusa d'oter sa capuche. Peut-être était-il lamentablement défiguré, ou autre chose. Elle eu froid dans le dos à cette pensée. Quand il se justifia, il optint toute son attention. Le procédé ne lui sembla pas rare, et elle se garda de prêter attention à l'atrocité de la mission.
Ce mal de tête ne la lachait pas. Ni l'angoisse que l'enfant spectral revienne.

- Ettelwen.

Elle avait prononcé ces quelques syllabes tout bas. Il l'avait appelée ainsi, la pressant de le trouver.

- Il veut que je le retrouve. Il m'appelle Ettelwen. C'est mon nom, il m'appelle comme ça.

Elle s'adressait à l'inconnu tout en se rassurant elle-même. Elle n'avait pas le moindre souvenir de ce qui s'était passé avant qu'elle ne se réveille sur cette plage, quelques temps plus tôt. Elle demanda à l'homme devant elle son nom, et où ils se trouvaient. Reprise par l'angoisse d'être seule, elle articula avant toute réponse:

- Je peux venir?

C'était de grands yeux mordorés implorant qui se présentaient à lui, sincères et appeurés. Elle ne voulait pas rester seule sur cette plage.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Définir, c'est limiter [PV]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Définir, c'est limiter [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: - :: L'EMPIRE :: kuasta-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit