AccueilS'enregistrerConnexion

Venez vous faire déclarer et choisir votre armée dans CE SUJET !

Les groupes par armée sont crées ! Si vous n'avez plus de groupe ou pas le bon, il vous sera demandé de vous rendre dans le sujet ci-après rapidement.


Partagez | 
 

 Transformation d'Orégane en Camigwen [fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatarCamigwen



Féminin
Nombre de messages : 15
Age : 24
Armes :
Ville : Aucun pour le moment
Date d'inscription : 03/01/2011

Feuille de personnage
Song thème:
Relation(s): Ma Ghirstounette, Silou, Hiimie, Lena, Jaja, Kai, Insi, Qade, Lalou, Vein', et bien d'autre encore ^^

MessageSujet: Transformation d'Orégane en Camigwen [fini]   Sam 16 Avr - 9:59




    BAST
    CAMIGWEN

    (c) eclipse


      NOM : Bast

      PRENOM(S) : Camigwen

      SURNOM(S) : Cami’, ‘Gwen, Mimi…

      GROUPE : Humaine-Magicienne

      LIEU DE NAISSANCE : Belatona

      ÂGE : 24 ans

      SITUATION FAMILIALE : C'est parents vive toujours à Belatona, mais n'ont aucune nouvelle d'elle depuis qu'elle est partie.

      ARMEE : La confrérie des Chuchotteure




      Me and Myslef


    &&. PHYSIQUE :

    • Si mes souvenirs sont bons, mon père était grand, environ un mètre nonante-huit et pas spécialement fin. Ma mère était également grande, près d’un mètre septante-neuf, mais aussi très forte pour ne pas dire Grosse. Elle était cuisinière dans un manoir de Belatona et mon père écuyer au service du propriétaire. Ni musclé, ni fort, il avait une carrure un peu enveloppée avec un bon petit ventre sur lequel je jouait quand j’étais gamine… Mais je m’égare, ce n’est pas eux qui vous intéresse, mais moi… Mais tout ça pour vous dire combien il est étonnant et étrange que je sois leur fille.

      Je mesure à peu près un mètre cinquante-cinq et ne suis pas très grosse… on peu même dire que je suis maigre et sèche. Déjà il faut savoir que je suis née prématurément et que je n’ai certainement pas reçut les vitamines et nutriment nécessaire à ma bonne croissance.

      Néanmoins, ma petitesse et ma maigreur me permettent d’être très souple, silencieuse et habile. Dés ma plus tendre enfance, je montrais certaine aptitude à la gymnastique, la voltige, l’escalade et l’utilisation d’ustensile. Je dois peut-être ma finesse de taille à cela en fin de compte…

      Il est vrai que j’ai passé le plus claire de mon temps à courir à travers les couloirs du manoir, me faufilant dans les pièces silencieusement, grimpant sur les façades et les corniches. Tous ces exercices consumaient les graisses et autre nutriment que ma mère me faisait avaler, transformant vite mon corps de petite fille en celui d’un athlète.

      Mes cheveux descendent jusque dans le creux de mes reins en de belle boucle noir comme la profondeur de la nuit, noir comme l’ébène ou encore le charbon, donnant reflet à mes yeux sombre et persan. J’ai toujours aimé mes yeux, ils sont légèrement ovale, en amande, leur iris d’un bleu marin surnaturel et leur pupille attentive à tout mouvement me donne un air félin… mais pas autant que chez les elfes…

      Mes pommettes sont légèrement saillantes, mon menton petit et mon nez aquilin. J’aime mon nez, il sait sentir la moindre petite odeur délicate… j’ai de petite oreille ronde aiguisée au moindre bruit. J’y ai accroché un anneau noir, souvenir de mon premier assassina.

      Il parait que j’ai un sourire charmeur, qui fait craquer les hommes… c’est peut-être pour ça que j’ai toujours eu facile à les approcher pour les tuer.

      La peau qui recouvre mon corps est légèrement bronzée et mate… parfois il arrive qu’elle devienne rouge par endroit, résulta d’une trop longue exposition au soleil.

      J’ai toujours eu pour habitude de couvrirai mon corps svelte d’un pantalon de cuir sombre, d’un corset, d’une tunique et d’une longue cape. A mes avant bras, je porte également deux bracelet de lanière croisée qui remonte de mes poignet a mes coude. Ma cape est simple, sombre avec dessus un motif argenté de dragon au niveau de ma poitrine et une ceinture avec une boucle également argentée en forme de flamme.

      Il m’arrive aussi, principalement pour des missions, d’enfiler une de mes robes sobres et légères qui laisse découvrir mes formes. Généralement je porte avec celle-ci de grande botte à talon, pas trop haut puisque je préfère être terre à terre… mais j’aime mieux chausser des botte de voyage qui me recouvre et protège les mollets de toute attaque.

      J’endosse souvent mon carquois avec mes flèches et mon arc… arc qui me fut offert par la femme de notre maitre lorsque je devais avoir huit ans. Ou alors j’emporte mes deux sabres, croisés dans mon dos. Des sabres fin, incurver, fait parfaitement à ma main, dont leur poignée semblable est de couleur noir, parcourut de motif en fils doré et rouge représentant deux dragons qui se batte. Je porte également à la ceinture une série de dix couteaux finement aiguisé et un poignard caché dans une de mes bottes.
      Mais je parle, je parle de ma voix claire comme de l’eau de roche, je vous raconte presque ma vie alors que je dois juste me décrire… alors passons à la suite.

      Ha oui avant que je n’oublie, je porte trois tatouages. Un qui court le long de mon épaule et bras droit, représentant un dragon crachant des flammes. Un autre qui représente un symbole dont je garderai le secret, partant de mon œil gauche et descendant sur la pommette en dessous de celui-ci. Et le dernier ce trouve sur mon front représentant également un symbole.



    &&. CARACTERE :

    • Hé bien… il parait, et je l’ai entendu dire plus d’une foi, que j’ai très bon caractère, que je suis la femme parfait, qui ne râle pas et accepte tout… ne me regardez pas comme ca, ce sont les homes que j’ai séduit avant de les tuer qui mon dit ça…

      Bon trêve de plaisanterie et soyons sérieux.

      Il est étrange que je sois quelqu’un de nerveux et rancunier, lorsque l’on connaît mes parents qui sont calme, stable dans leur caractère, poser dans leur argument et ni rancunier, ni vengeur. Depuis que j’ai dut quitter mes parents pour des raisons que j’expliquerai plus loin, je garde une profonde tristesse ancrée dans mon cœur. Mes parents mon bien éduqué, je respecte toujours l’autorité supérieur bien qu’il m’arrive de sortir de mes gon et de dire ses quartes vérité à la personne qui est devant moi. J’aime être seul, dans le noir à méditer sur le passé, le présent et le devenir. Vous me direz que je suis une ombre solitaire, une folle, mais non vous vous trompez… je suis quelqu’un de solitaire mais je ne refuse pas la présence d’autrui… Je réfléchis énormément, parait même que je réfléchis de trop sans prendre plaisir à ce qui m’arrive, sans profiter de la vie.

      J’ai tendance à vite m’emporter, voir même en venir aux mains, d’où ma vocation d’assassine. Je suis née comme un pré destiné… prédestinée au meurtre et au sang. Je suis lunatique, et vengeresse. J’aime les plats froid et juteux. Bien que le sang n’est pas spécialement bon. Vous avez déjà remarqué ce gout métallique qu’on a en bouche quand on avale du sang ??? J’ai toujours trouvé ça répugnant. Pas vous ?
      Il faut savoir aussi que j’ai une passion débordante pour la magie, les être magique comme les dragons. Ils m’ont toujours fasciné et poussé jusqu’à mes extrêmes pour pouvoir en voir un voler au dessus de moi.

      Bref je suis quelqu’un de maudit par sa naissance… Quelqu’un qui ne sais aller contre la volonté de son destin.



    &&. PRINCPALE QUALITE & DEFAUTS:

    • Alors défaut? J’ai un grain de beauté dans le cou !!! Non je rigole. Malgré mes apparences, je suis bourrée de défauts. A commencer par le fait que je sois une assassine, une tueuse… Je suis aussi quelqu’un qui panique facilement quand la situation tourne de manière imprévue et pourtant je reste impulsive et réfléchie. Bien que je sois fascinée par les dragons, j’en ai une peur bleu quand je me retrouve face à l’un d’eux.

      Vous pouvez demander à mes deux maitre, ils vous diront la même chose… je suis une élève douer et motivée. Et oui deux maitre… un pour la magie parce que je suis magicienne, et un pour la formation d’assassin. Mais vous saurez tout ca plus tard.




    &&. AUTRE:

    • ///



    My life

    &&. HISTOIRE :

    • Le décor était sobre pour une auberge. Quelque petite table entourée de chaise, un barre avec des tabourets bien ranger devant. Sur l’étagère derrière, était aligné une multitude de différent alcool. La sale n’était pas remplie, bien au contraire, nous étions très peu nombreux. J’étais assise dans un coin sombre, le visage couvert par ma capuche, mes yeux observant la clientèle présente. Devant moi se trouve une bouteille d’hydromel déjà largement entamée, ainsi que les marques de quelques goute d’eau écrasée sur le bois acajou… des gouttes, ou plutôt des larmes. Oui je pleurais. Je pleurais parce que j’avais une foi de plus arraché la vie à un être innocent. Innocent pas si innocent que cela en fin de compte. C’était un homme de l’empire. Un mercenaire qui avait cherché à tromper la guilde. Mais à présent je pense à sa femme. Peut-être avait-il des enfants qui sont à présent orphelin de père. Vous pouvez le dire, je suis pathétique, mais sachez que mon existence n’a pas été aussi misérable.

      C’était il y a vingt-quatre ans, ma mère était couchée sur son lit, trempée de sueur, un petit ballot de linge dans ses bras. Je la regardais de mes yeux ronds innocents. Et pourtant, j’étais déjà marquée par le destin… je n’étais pas seul à devoir venir au monde ce jours la. J’avais une sœur jumelle à qui j’avais pris l’oxygène et que j’avais bloquée dans une petite partie de la poche amniotique. Sa mort après les sept mois de grossesse avait provoqué le début des contractions utérines et la rupture de la poche des eaux. La naissance fut difficile et la sage femme avait craint, après avoir vu ma sœur morte née, que je ne sois pas viable. Mais mon Dieu en à décidé autrement, me gardant moi, une enfant déjà marquée par le sang avant même de naître… Moi, une enfant de la mort.

      Durant toute mon enfance, je vécu comme une enfant normale, jouant dans les couloirs du manoir, mais devant supporter les regards accusateur de ma mère. Regard qui me rappelait que pour pouvoir vivre j’ai tué ma propre sœur… La maitresse du domaine était gentille… elle me gâtait comme sa propre enfant. N’ayant pas d’enfant, elle me coïnciderait comme sa fille et m’offrait des jouets, des habits et alla même jusqu’à m’offrirai des cours avec un maitre d’escrime qui m’appris à maîtriser l’épée, bien qu’elle ne fut jamais mon arme de prédilection, les couteaux et les sabre. D’ailleurs je tien mes deux magnifique sabre de lui. Il me les offrit en récompense à la fin de mon entrainement, me félicitant de mon talent et de mon courage. Ils étaient semblable, sortant du même bloque de m’étale. Dame Mégline m’offrit également une monture de choix, produit de sa propre jument avec le meilleur étalon de leur écurie : un grand étalon alezan avec quatre balzane haute chaussée et une liste lui descendant jusqu’au bout des naseaux. Je me souviens encore de cette soirée dans l’écurie, soirée de sa naissance.


      [ ~Flashback~]


      C’était une nuit d’hivers, je venais d’avoir sept ans. Dame Mégline m’avait demandé de l’accompagner pour veiller sa jument sur le point de pouliner… et lorsque celui-ci naquis, elle se pencha sur moi et me demanda de le bâtier.

      Je le regardai longtemps en silence. Ce grand poulain roux magnifique, sa petite crinière hérissée sur son encolure telle de flamme courant sur cette crête.


      • -Urane. La flemme en ancien langage… ce nom lui ira comme un gant.

      J’avais dis cela en regardant la petite créature se lever, les jambes flageolante, et aller, maladroitement, attraper une des mamelles de sa mère pour boire ce liquide chaud et enivrant qui lui permit de vivre jusqu’à la tétée suivante.

      • -Tu as raison, cela lui ira bien… et j’espère que tu en prendras grand soin…

      J’eu du mal à comprendre ce qu’elle venait de dire et quand je repris parole, je me mis a bégailler.

      • -Tu … tu veux dire… qu’il…qu’…qu’il sera à moi ?


      Elle acquiesça, en m’embrassant sur le front et me sourit.

      • -Oui. C’est ton cadeau d’anniversaire.


      [ ~Fin du flashback~]


      On peut dire que j’ai été gâtée. Pour mes sept ans, elle m’offre un cheval, pour mes huit ans, un arc, et pour mes neuf ans, un petit frère. Elle venait enfin de réaliser son rêve d’être mère. Elle avait enfin son propre enfant, de sa propre chair et de son propre sang. Mais c’est aussi à partir de ce moment la que ma vie prit un tout autre tournant. Je devins jalouse, et de cette jalousie naquit ma magie.

      Un matin d’été, alors que j’étais partie en chasse avec mon belle arc, je croisai un homme qui me regarda longuement avec insistance avant de s’approcher et de me plaquer contre le mur d’une ruine. Je suppose que vous avez compris ce qu’il voulait faire de moi… Mais je ne me laissai pas faire, et dans mes mouvement pour me dégager, je brisai instinctivement une sorte de barrière que j’avais dans mon esprit et parlai en ancien langage… je me souviens d’une puissance énorme qui s’échappait de mon corps, puis d’un trou noir… Ce fut quelques heures après que je me réveillai avec un mal de crâne carabiné et un cadavre étendu devant moi… deuxième être vivant humains que je tuais…

      Ma mère m’avait toujours regardé avec une pointe de reproche dans les yeux, mais à partir de ce jour, elle me reprochait ouvertement la mort de ma sœur et celle de l’homme dans les bois. Elle me jurait que ma jumelle aurait été mieux que moi, que je n’étais qu’une erreur de la nature, qu’un monstre assoiffé de sang.

      Je devais avoir douze ou treize ans quand je décidai, ne pouvant et ne voulant plus supporter cette pression permanant, de partir avec mon poulain de quatre ans, mes armes et mes objets qui me tenais le plus à cœur… je vagabondai pas longtemps avant qu’un magicien en voyage ne me recueille et ne m’apprenne à lire, parler et utiliser l’ancien langage. Je fus une élève attentive, assidue et en trois ans j’appris la plus grande partie théorique et technique du maniement de la magie, de ses règles, de ses interdits et de ses limites. Trois ans où je le suivis, écoutant la moindre de ses recommandation, de ses consigne, la moindre de ses remarque, buvant littéralement ses paroles.

      Mais un jours, il devint grave, et me demanda brutalement de partir…


      [ ~Flashback~]

      • -Emballe tes affaires et sauve-toi…


      Son regard était grave, sévère, sa voix sombre.

      • -Mais pourquoi ?


      Il me regarda droit dans les yeux, grondant à voix basse.

      • -J’ai un travaille à finir, c’est dangereux et je ne veux pas qu’on puisse remonter à toi… tu ne me connais pas, et tu ne ma jamais vu. Oublie mon enseignement, il ne t’apportera que malheur.


      J’avais peur, et la peur me poussa à partir loin, très loin… seulement c’est bien de partir… mais pour aller où ? Je n’avais pas fais attention à cette question et, quand je me retrouvai loin avec un Urane essoufflé sous ma selle, je n’avais ni nourriture, ni abri pour la nuit. Et je me mis à errer comme une âme en peine à travers une forêt où raisonnait des cris de bête étrange.

      Je n’avais que seize ou dix-sept ans et je ne connaissais que très peu ces régions de l’empire et ne pouvait vivre en loup solitaire… du moins pas encore.

      La nuit fut longue et terrible, mais le lendemain matin me réserva une surprise de taille. J’arrivai à une petite fermette qui avait l’air habitée et je me permis de frapper à la porte… Mais ce que je vis lorsque je la poussai après avoir renouvelé mon acte plusieurs foi, dépassa la compréhension de mon esprit.

      Assi à la table dans la salle commune, ce trouvait cinq cadavre en putréfaction. Je n’aurais sus dire ni la date, ni la cause de leur mort, mais ceci n’était pas naturel.

      Ma raison me criait de fermer cette porte et de partir sur le champ, mais mon estomac criait famine et la faim l’emporta sur l’esprit. Je rentrai silencieusement, les yeux river devant moi, évitant de d’entrer en contacte avec les globes matte et blanc des macabés.

      J’emportai avec moi du pain sec, le peu de viande encore mangeable et les quelques fruit et légumes qui n’étaient pas gâté. Je rangeai le tout avec grand soin dans les sacoches de ma selle et repris précipitamment la route afin de mettre le plus de distance possible entre ce monument de mort et moi.

      Mais étrangement, le fait de m’éloigner du lieu ne me rassura gère. Je me sentais comme observée, suivie. Mais ce ne fut que quelques jours plus tard que je rencontrai mon poursuivant… J’étais partie chassé, lorsque j’entendis le craquement distinct d’une branche écrasée. Je me retournai en lâchant mon arc et en m’emparant de mes sabres et le regardai froidement. Je ne ressentais aucune crainte en le voyant face à moi. Juste une haine face à cette être qui avait osé me suivre durant près d’une semaine, me contraignant à voyager le plus possible.


      • -Que me voulez-vous ?


      Il me regarda attentivement, jaugeant mes capacités, durant de longues minutes avant de sourire.

      • -Je ne veux que ton bien… je veux t’aider avec ton destin… et tu m’accompagneras… Enfant de la mort.

      Je le regardais interdite. C’était un elfe, beau, élégant, les cheveux gris comme la lune, les yeux sombres, il portait une tunique et un pantalon sobre. Il avait tout pour faire craqué une femme.

      « Enfant de la mort »… je savais ce que cela voulait dire. On désignait comme tels les enfants qui étaient pré destiné au meurtre. La guilde avait des espion partout, l’un d’eux avait surement entendu parler de ce nourrisson qui avant même de naitre avait tué sa propre sœur et qui, plus tard, tua un homme dans la forêt.


      • - Pourquoi me suivez-vous ? Et pourquoi vous accompagnerais-je ?

      Il ricana, ironique et fier.

      • -Les jeunes comme toi ne trouve pas leur place dans ce monde… les autres on peur d’eux, de leur capacité, de leur geste. Dés qu’ils savent qui vous êtes, ils vous rejettent La guilde est la pour récupérer ces jeunes et les éduquer, leur donner une vrai formation pour utiliser au mieux leur compétence…

      Il me regarda droit dans les yeux, m’hypnotisant avec son regard profond.

      • -Et si tu n’accepte pas, je serai obliger de te tuer parce que tu représente un danger. Tu as déjà reçut l’enseignement magique d’un des notre… tu fais donc partie du groupe… Il te faut donc encore apprendre les arts du meurtre, l’habileté et les différentes manières de tuer.

      Je ne bougeais pas, je me contentais de l’écouter.

      • -J’ai été envoyé pour te retrouver et te ramener au quartier générale de la guilde où le chef te désignera un maitre qui te donnera son savoir durant une période de cinq ans.

      Prestement il se retrouva devant moi, un poignard sous ma gorge.

      • -Et ne t’avise pas de t’échapper, sinon je te tuerai de mes propres mains. Tu es une élue… accepte ton destin.


      [ ~Fin du flashback~ ]


      Après avoir tenté plus d’une fois de m’échapper, je me résignai à le suivre, lasse de fuir. Et si la était vraiment mon destin ? Il m’emmena jusque sur la crête où il me présenta à Nicholas Benvenuto, leur chef. Il mit a ma disposition une chambre, un box pour ma monture et demanda à l’elfe d’être mon maître.

      Durant les cinq années d’entrainement, je suivis mon maître dans chacune de ses mission, préparant ses armes, le poison quand il en utilisait, récupérant les objets rechercher dans le bâtiment où les affaire de la victime. J’étais devenue son second jusqu’à devenir moi aussi une assassin lorsqu’il me demanda de tuer un ambassadeur de l’empire…

      A partir de ce jour, je fus accueillie comme un membre complet de la guilde et reçus des missions un peu partout sur la terre d’Alagaësia. Ma vie est dure et ma forgée, comme le forgeron fait ses lames, à devenir une machine à tuer. Mais je reste sensible à la vie, gardant espoir qu’un jour je parvienne à sortir de se destin que je considère comme ne m’appartenant pas.




    Behind the computer



    (c) crédit
      PRENOM &/ou SURNOM : Lucie

      CELEBRITE SUR L'AVATAR : Amy Lee

      COMMENT AVEZ-VOUS DECOUVERT LE FORUM ? Connaissais déjà

      CE DERNIER VOUS PLAIT-IL? oui énormément

      CODE :OK by Hiime




Dernière édition par Camigwen le Dim 17 Avr - 13:58, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatarCamigwen



Féminin
Nombre de messages : 15
Age : 24
Armes :
Ville : Aucun pour le moment
Date d'inscription : 03/01/2011

Feuille de personnage
Song thème:
Relation(s): Ma Ghirstounette, Silou, Hiimie, Lena, Jaja, Kai, Insi, Qade, Lalou, Vein', et bien d'autre encore ^^

MessageSujet: Re: Transformation d'Orégane en Camigwen [fini]   Dim 17 Avr - 13:25

Voili voilou, j'ai fini l'histoire de ma belle Camigwen. Au plaisir qu'elle vous plaise et à bientot dans des rp.
Revenir en haut Aller en bas
 

Transformation d'Orégane en Camigwen [fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: - :: LE REGISTRE :: présentations :: validées-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit