AccueilS'enregistrerConnexion

Venez vous faire déclarer et choisir votre armée dans CE SUJET !

Les groupes par armée sont crées ! Si vous n'avez plus de groupe ou pas le bon, il vous sera demandé de vous rendre dans le sujet ci-après rapidement.


Partagez | 
 

 Une rencontre mouvementée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatarNicholas Benvenuto



Masculin
Nombre de messages : 85
Ville : Humain
Date d'inscription : 21/03/2009

Feuille de personnage
Song thème: Haggard - Hijo de la Luna
Relation(s):

MessageSujet: Une rencontre mouvementée    Dim 3 Avr - 13:23

*BAM*

Nicholas se réveille en sursaut. Comble de maladresse, en se levant il se cogne la tête au lit superposé et faillit bien se rendormir directement. Un soupir douloureux sort de sa bouche pendant que sa main masse péniblement le haut de son crâne. Après s’être assuré qu’il ne s’était pas ouvert le crâne, Nicholas sortit de lit péniblement à la recherche du bruit qui le réveilla quelques secondes auparavant. En face de lui, se tenait le coupable avec un grand sourire aux lèvres. Marco, son oncle venait de faire tomber son épée alors qu’il essayait de l’enfiler.

« - Mon oncle, vous n’êtes plus tout jeune alors… si vous pouviez éviter de boire autant qu’hier soir, je vous en saurais gré. Autant pour ma plénitude que pour mes heures de sommeil…
- Oh ça va ! Quel rabat-joie tu fais. Bon… où est-ce que je foutus mon pantalon ? »

Nicholas leva les yeux au ciel et sortit du lit. Il prit comme unique arme ses gantelets piégés par la lame meurtrière de son invention puis il descendit les escaliers à la rencontre du cuisinier de l’auberge où ils venaient de passer la nuit. Il était uniquement vêtu de sa chemise blanche et de son pantalon en cuir ; ses pieds étaient nus et le contact froid du bois finissait de le réveiller. Arrivée en bas, il salua la femme de la tenancière qui, vu sa tête, n’avait pas trop apprécié que mon oncle invite son mari à rejoindre sa beuverie. Après quelques excuses sur l’emportement de l’oncle, la femme alla chercher du pain, du beurre, un pot de confiture, un gobelet et une cruche d’eau afin de constituer le petit déjeuner de notre assassin. Nicholas arracha un morceau de pain, le recouvrit légèrement de beurre avant d’étaler une confiture à la pomme qui dégageait une odeur entêtante. Ces bonnes odeurs finirent par réveiller le jeune homme ainsi que d’ouvrir son appétit. L’assassin mordit avidement dans sa tartine et apprécia le déferlement de saveur. L’auberge où lui et son oncle avait été hébergé n’était certainement pas très somptueuse mais la nourriture était merveilleuse et les lits confortables même si les nuits étaient un peu bruyante.

Lorsqu’il termina son repas, Nicholas remonta dans sa chambre pour prendre ses bottes puis il sortit se dégourdir les jambes avant de reprendre la route. Il y avait très peu de monde dans la rue, sûrement parce que le soleil venait à peine de se lever alors Nicholas profita de cette accalmie pour faire un peu d’exercice. L’assassin s’étira lentement puis il se propulsa en avant avec une puissante détente, sa course était rapide, ses enjambées étaient longues. Après une trentaine de mettre de sprint, Nicholas se dirigea vers un mur et commença à l’escalader. Son ascension fut rapide et très vite, il atteint la corniche et se hissa sur le toit. A ce moment, il prit quelques secondes pour reprendre son souffle avant de se déplacer de toit en toi. Sa tête était toujours en mouvement, à la recherche de la meilleure trajectoire. Il savait à l’avance quels seront ses prochains gestes, cela était nécessaire car si jamais il se ratait, la chute pouvait être mortelle. Il continua cette petite course lorsque soudain des bruits de combat et des hurlements captèrent son attention. A quelques mètres de lui, quatre soldats en armure poursuivait une jeune femme, particulièrement agile qui sautait avec grande dextérité les obstacles tendit que les soldats eux, perdait un temps fou à les contourner. Depuis les toits, Nicholas suivit la jeune femme au cas où il devrait intervenir. Quelques minutes plus tard, la jeune femme tourna dans une petite ruelle. Depuis sa position, Nicholas pouvait tout voir et il remarqua que cette ruelle donnait sur une impasse. Il cria à la jeune femme de ne pas diriger par là mais celle-ci ne sembla pas l’écouter. Pendant ce temps, les soldats avaient regagné du terrain et lorsqu’ils aperçurent que celle qu’ils poursuivaient était rentrée dans l’impasse, ils se mirent à rire. De là où il était, Nicholas avait du mal à entendre leur conversation et dès que les soldats rentrèrent dans la ruelle, Nicholas prit son élan pour se jeter de l’autre côté de la rue et atteindre les toits avoisinant la ruelle. Il rata de peu la corniche et faillit tomber au sol mais il réussit tant bien que mal à se hisser de nouveau sur les toits. Fatigué par le saut et légèrement blessé par sa mauvaise réception, Nicholas se dirigea lentement au bout du toit pour voir que les soldats avaient acculés la jeune femme, leurs épées dégainés. Il s’accroupit au rebord pour écouter ce qu’ils se disaient. Si la jeune femme était une criminelle justifiée, il la laisserait et retournerait à l’auberge. Si c’était le contraire, il interviendrait et rependrait sur le sol le sang pourpre de ces hommes.


« - Et bien, tu nous as fait courir toi ! Mais maintenant, on fait moins les malins hein ! s’écria le soldat qui semblait être le commandant de la patrouille.
- Ouai ! En plus, t’avec c’te tête, qu’tu s’rai pas un’ d’ces elfes que ça m’tonn’rai pas.
- Vérifions ça ! »

L’un des hommes se dirigea vers la jeune femme, la tira par les cheveux découvrant une paire de longues oreilles. Le chef rit aux éclats et prit la parole :

« - Et bien, on va pouvoir en tirer un paquet aux marchés aux esclaves ! »

Ce fur sans doute ses derniers mots. Nicholas en avait assez attendu et sans attendre, il fléchit ses avant-bras révélant dans un cliquetis sonores ses deux lames meurtrières puis il se jeta sur les deux gardes qui se tenaient derrière le capitaine. Ses deux lames se plantèrent dans leurs nuques respectives les tuant sur le coup, sans douleur. Le capitaine se tourna, son épée pointée sur Nicholas mais il était trop tard, l’assassin avait retiré ses lames et d’un geste rapide, il égorgea le capitaine, envoyant une immense gerbe rouge éclaboussé le mur avoisinant. Le dernier soldat lâcha les cheveux de l’elfe pour s’élancer sur l’assaillant mais Nicholas fut le plus rapide, il fit culbuté le soldat sur le dos et l’acheva en lui planta sa lame dans sa gorge. D’un coup sec, Nicholas retira sa lame avant de la planter dans son cœur pour abrégé les souffrances de l’homme. L’assassin porta sa main sur le visage de l’homme et lui abaissa les paupières.

« - Repose en paix. Que la mort t’apporte calme et sérénité. »

Nicholas essuya ses lames sur le corps sans vie du soldat avant de leur faire réintégrer leur cache. Il se releva ensuite et approcha de l’elfe. Arrivé en face d’elle, il lui tendit la main.

« - Vous allez bien ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatarNienna Telrunya



Féminin
Nombre de messages : 37
Race : Elfe
Armes : Une épée et un arc chanté dans du chêne
Ville : Neutre
Date d'inscription : 25/07/2009

Feuille de personnage
Song thème: Requiem pour cordes - Mime de Benetnasch, guerrier divin de l'étoile d'Eta
Relation(s): Rien pour l'instant.

MessageSujet: Re: Une rencontre mouvementée    Mer 20 Avr - 12:24

[HJ : je modifie quelque peu les paroles des soldats, j'espère que ça te dérange pas trop ^^]

    Ceunon. Ville de l'Empire située tout au nord de l'Alagaësia, entre les montagnes de la Crête et l'immense forêt du Du Weldenvarden. C'était la première fois que Nienna revenait aussi près de cette forêt depuis qu'elle avait été contrainte de la quitter, il y a maintenant plusieurs années. Mais pourquoi était-elle venue dans ce lieu si reculé ? Elle-même ne le savait pas. Mais ce qui était sûr, c'est que ce serait ici que se produirait le changement dans sa vie actuelle. Ici qu'elle trouverait un véritable but à son existence.

    C'est aux premières lueurs du jour que Nienna parvint en vue de la ville. Elle était épuisée par sa longue marche pour arriver jusqu'ici, même si cela ne se voyait pas à sa démarche. Une dizaine de minutes plus tard, elle entrait dans la ville. Dès lors, elle se mit en quête d'un endroit où elle pourrait prendre quelques heures de repos. Elle avançait tranquillement dans la rue principale de la ville quand, passant devant un groupe de quatre soldats, son passage dans cette ville prit fin. Et dire qu'elle venait simplement d'arriver, quelle ironie du destin. Enfin, elle ne sait pas pourquoi, mais d'un coup, l'un des gardes se tourna vers et, la voyant, fit signe à ses camarades, qui se tournèrent à leur tour vers elle. Nienna ne leur jeta qu'un brève coup d'œil, mais cela dut leur suffire. Quoi qu'ils aient pu voir d'elle, cela les incita à vouloir l'interpeller, mais Nienna ne se laissa pas faire et partit en courant. La situation présente lui permit de se découvrir une petite réserve d'énergie qu'elle utilisa pour tenter de semer ses poursuivants. Elle se mit à courir dans les rues encore peu fréquentées de Ceunon, évitant avec une agilité et une dextérité surprenante les divers obstacles qui se dressaient sur son chemin, et ce, jusqu'à arriver dans une impasse. Le temps qu'elle s'en rende compte et tente de faire demi-tour, les gardes en bloquaient déjà l'entrée, leurs épées dégainées.

    La voyant prise au piège dans l'impasse, les gardes se mirent à rire, puis, celui qui semblait être le capitaine prit la parole.

      - Eh bien, tu nous as bien fait courir, toi ! Mais maintenant, tu fais fait moins la maligne, hein ! Dit-il.
      - Ouais ! En plus, avec c'te tête, qu'tu s'rai pas un d'ces elfes que ça m'tonn'rai pas! renchérit le soldat qui se trouvait juste à la gauche du capitaine.
      - Il n'y a qu'à vérifier... ajouta un troisième.


    Le capitaine acquiesça à cette idée et ordonna d'un geste à l'un de ces hommes de se saisir de Nienna. Cette dernière n'avait pas dit un mot depuis qu'ils l'avaient coincée dans cette ruelle sans issue, et quand l'autre soldat voulu l'attraper, elle tenta de l'esquiver, mais n'y parvint que partiellement et l'autre l'attrapa par ses cheveux, révélant les oreilles pointues de l'elfe. Nienna se rendit alors compte de ce qu'elle avait oublier de faire avant d'entrer dans la ville. Ce qu'elle faisait à chaque fois : masquer son apparence à l'aide de sa magie. Et voilà le résultat maintenant. Ses pensées furent interrompues par le capitaine qui s'exclama :

      - Eh bien, on va pouvoir en tirer un paquet aux marché aux esclaves!
      - Jamais ! dit la jeune elfe.


    Mais elle n'eut même pas le temps de réagir qu'un autre homme atterrit juste derrière les soldats. D'un simple coup, du moins est-ce ainsi que le vit Nienna, il tua les deux soldat qui étaient restés à l'arrière, puis il égorgea le capitaine avec une lame qui sortait de son poignet. Voyant cela, le soldat qui tenait toujours Nienna la lâcha et se rua sur l'inconnu, mais il ne fit pas le poids contre ce dernier, qui l'acheva rapidement.

    Quand le soldat qui la tenait l'avait lâché, Nienna s'était effondrée sur le sol et le temps qu'elle se relève, l'inconnu qui venait de l'aider en avait déjà terminé avec les quatre soldats. Elle se contenta de l'observer d'un œil doré quand il essuya les lames qu'il portait aux poignets et murmura quelque paroles que même l'elfe ne comprit pas. Puis il se releva, faisant rentrer d'un geste ses armes à leur place, puis il vint vers elle et lui demanda si elle allait bien.

      - Ça va, grâce à vous, merci, répondit l'elfe avec un sourire.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.eragon.superforum.fr
avatarNicholas Benvenuto



Masculin
Nombre de messages : 85
Ville : Humain
Date d'inscription : 21/03/2009

Feuille de personnage
Song thème: Haggard - Hijo de la Luna
Relation(s):

MessageSujet: Re: Une rencontre mouvementée    Dim 29 Mai - 10:25

Nicholas fut content de lui, il avait pour habitude de prendre des vies mais c’était la première fois qu’il sauvait directement quelqu’un. Mais à quel prix ? Ces hommes étaient peut-être pourri jusqu’à la moelle, mais ils avaient sûrement de la famille… et peut-être étaient-ils de bons pères et de bons maris. Nicholas se persuada qu’il n’y avait aucune famille qui les attendait, le remord était un luxe qu’il ne pouvait pas avoir. Avec un grand sourire, il aida la jeune fille à se relever puis ils sortirent de la rue qui venait d’être redécoré par des macchabées.

« - J’ai à vous parler, mais pour l’instant, disparaissons avec que quelqu’un ne nous voit. »

Conduisant l’elfe à bout de bras, Nicholas se dirigea à toute vitesse dans une petite rue sombre qui se trouvait en face d’eux. Sa précipitation était une bonne chose car quelques minutes plus tard, une patrouille déboula dans la ruelle pour découvrir les meurtres de leur camarade. Nicholas jeta un coup d’œil furtif sur la rue qu’ils avaient quitté pour s’apercevoir que deux hommes armés se dirigeaient dans leur direction. Ne souhaitant pas verser plus de sang, l’assassin saisit la main de l’elfe et se jeta dans ce qui semblait être une trappe à charbon. Après quelques roulées boulées, Nicholas se cogna durement la tête contre le sol ; le choc le secoua un peu et lorsqu’il reprit conscience après quelques secondes de flou, il remarqua que la jeune elfe lui était tombée dessus dans une position très embarrassante (pour elle), ses mains étant nonchalamment posées sur ses fesses et elle assise sur son bas ventre. L’elfe se releva quasi-instantanément et Nicholas en fit de même accompagné de quelques toussotements gêner. Laissant la jeune fille se remettre de ses émotions, Nicholas frappa ses habits pour faire disparaitre le plus gros tas de poussière de charbon qui couvrait ses habits. Prudemment, il se rapprocha de la trappe qu’il avait franchi auparavant et lorsqu’il entendit les bottines des soldats, il recula d’un bon pour sortir du rayon de lumière et fit signe à l’elfe de se taire.

« - Bon dieu, mais qui a pu commettre ce carnage ?
- Aucune idée, ils devaient être une dizaine au minimum ! »

Lorsque le soldat dit cela, Nicholas eut du mal à retenir un rire mais il réussit tout de même à se contenir. Finalement, les soldats passèrent leur chemin mais Nicholas préféra rester dans la cave, c’était plus sûr. Il se tourna vers l’elfe et s’approcha d’elle.

« - Je m’appelle Nicholas. Je m’excuse en même temps pour la petite chute mais sans ça, on se serait fait prendre. Et vous ? Vous vous nommez ? »

Lorsque l’elfe eut répondu, Nicholas la salua d’une révérence.

Quelques minutes s’écoulèrent avant que Nicholas jugea que sortir ne comportait aucun risque. Il aida l’elfe à sortir puis, revenu dans la ruelle, ils se dirigèrent dans la foule pour éviter d’être repéré. Après une dizaine de minute de marche, Nicholas arriva à son auberge et il fit signe à l’elfe d’entrer. Les lieux étaient étrangement calme, il n’y avait pas de client ce qui semblait plaire à la tenancière, un peu de calme de temps en temps ne font pas de mal avait-elle dis en voyant l’air surpris de Nicholas. La femme d’un certain âge leur fit signe de s’asseoir à la table se situant juste en face de son comptoir puis elle leur demanda s’ils voulaient boire ou manger quelques choses.


« - Je prendrais bien une chope de lait. Et vous Nienna ? Ne vous inquiétez pas, je vous offre le couvert, si vous voulez manger prenez ce qui vous fait plaisir. »

Lorsque la tenancière revint avec les victuailles, Nicholas s’empressa de combler sa curiosité. Rencontrer une elfe dans une ville de l’empire était particulièrement rare.

« - Alors, dites-moi, que venez-vous faire ici ? C’est dangereux pour les elfes de se montrer dans l’empire. »
Revenir en haut Aller en bas
avatarNienna Telrunya



Féminin
Nombre de messages : 37
Race : Elfe
Armes : Une épée et un arc chanté dans du chêne
Ville : Neutre
Date d'inscription : 25/07/2009

Feuille de personnage
Song thème: Requiem pour cordes - Mime de Benetnasch, guerrier divin de l'étoile d'Eta
Relation(s): Rien pour l'instant.

MessageSujet: Re: Une rencontre mouvementée    Dim 12 Juin - 19:45

    • J'ai à vous parler, mais pour l'instant, disparaissons avant que quelqu'un ne nous voit.

    Telles furent les paroles de l'inconnu avant que celui-ci ne l'attrape par le bras et ne l'entraîne hors de la ruelle. Ils n'allèrent pas bien loin, juste histoire de n'être pas découvert par d'autres soldats. Nienna eut tout juste le temps de reprendre son équilibre après un arrête plutôt brusque, qu'elle fut à nouveau tirée en avant par l'homme, qui sauta dans ce qui devait être une cave à charbon, entraînant Nienna derrière lui. Tous deux chutèrent quelques secondes avant d'atterrir assez durement sur le sol. La jeune elfe était en train de se relever alors que deux hommes inspectaient la ruelle qu'ils venaient de quitter. Elle retint son souffle en les entendant parler entre eux :

    • Bon dieu, mais qui à bien pu commettre un tel carnage ? demanda le premier.
    • Aucune idée, répondit son collègue. Ils devaient être aux moins une dizaine...

    Les soldats s'éloignèrent, n'ayant rien trouvé de susceptible de les aider dans leur enquête. Quand ils furent assez loin, Nienna soupira de soulagement. Elle se mit ensuite à épousseter ses vêtement recouvert de suie. L'homme qui l'avait secouru s'approcha d'elle. Elle sursauta légèrement, car elle avait complètement oublié sa présence.

    • Je m'appelle Nicholas. Je m'excuse en même temps pour la petite chute, mais sans cela, on se serait fait prendre. Et vous, vous vous nommez...

    Nienna le regarda de ses yeux dorés. Elle le voyait parfaitement et ce malgré la pénombre qui régnait dans la cave. Elle hésita avant de répondre à Nicholas, puisque tel était son nom, mais ce dernier venait de lui éviter l'esclavage, car elle n'aurait certainement pas eu la force de s'en sortir seule. Finalement, elle répondit :

    • Nienna. Je m'appelle Nienna. Encore merci.

    Quand il eut entendu son nom, l'homme la salua d'une révérence, puis il attendit encore quelques instants avant de juger que sortir était sans risques. Tous deux sortirent et s'esquivèrent de cette partie de la ville, se mêlant à la foule qui commençaient à envahir les rues. Nienna avait pensé quitter discrètement la ville et reprendre ses errances, mais elle voulait en savoir plus sur ce Nicholas. Pourquoi était-il venu l'aider, elle, une parfaite inconnue de son point de vue. Elle le suivit donc dans les rues pendant une dizaine de minutes, jusqu'à arriver devant une auberge. Lui faisant signe, l'elfe entra à sa suite. La salle commune de l'endroit était presque déserte. Seule une femme s'y trouvait, debout derrière le comptoir, ce qui indiqua à l'elfe qu'elle en était la tenancière. Cette dernière ne semblait pas mécontente du calme qui régnait dans l'auberge, bien au contraire.

    • Un peu de calme de temps en temps ne fait pas de mal, dit la femme en voyant l'air surpris de Nicholas.

    Elle leur indiqua ensuite de s'installer tous deux à la table près du comptoir et elle leur demanda ensuite s'il voulait commander quelques chose. L'homme demanda du lait, puis se tourna vers elle pour savoir si elle désirait quelque chose elle aussi. Il lui annonça qu'il paierai ce qu'elle consommerait, si elle avait envie de quelque chose. Avec un sourire, elle le remercia – encore – puis demanda un verre d'eau, ainsi que quelques fruits. Et, alors que la tenancière s'en allait chercher la commande, l'elfe tira de le poche de son manteau un minuscule petit flacon rempli d'un liquide transparent, dont elle but une petite gorgée. Immédiatement, elle sentit ses forces lui revenir. Le faelnirv avait cet effet sur quiconque en buvait et Nienna était bien contente de savoir comment s'en procurer, c'est une bonne des plus utiles lorsqu'on voyage autant qu'elle.

    La tenancière revint avec la commande, puis retourna à ses occupations. L'homme en face d'elle n'attendit pas plus longtemps et lui demanda, afin de satisfaire sa curiosité :

    • Alors, dites-moi, que venez-vous faire ? C'est dangereux pour les elfes de se montrer dans l'Empire.

    Nienna prit le temps d'avaler un peu d'eau et de croquer dans une pomme avant de répondre :

    • Quelque soit l'endroit où l'on se trouve, c'est dangereux, dit-elle en se souvenant du jour où ses parents avaient été tués. Je n'avais pas d'autre but, en arrivant ici, que celui de trouver un endroit où je pourrais me reposer quelques temps. J'avais voyagé toute la nuit.

    Elle se tut, prenant de le temps de manger un peu avant de reprendre :

    • J'étais réellement épuisée en arrivant que je n'ai pas prises toutes les précautions que je prends d'ordinaire en entrant dans une ville de l'Empire. Je suis presque sûre que je n'aurais pas eu tant d'ennuis si je l'avait fait. Et vous, puis-je vous demander quelle raison vous a poussé à vous jeter ainsi du haut d'un toit ? demanda-t-elle avec un sourire. Non pas qu'elle fut mécontente qu'il l'ait fait, mais elle voulait, elle aussi, en savoir plus sur l'homme qui l'avait sauvé. Sans lui, elle aurait sans doute retrouver l'enfer qu'elle avait déjà connu durant quatre longues années.


[HJ: Dsl, je rajoute peu pour t'aider à répondre, mais je voyais pas quoi ajouter d'autre.]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.eragon.superforum.fr
avatarNicholas Benvenuto



Masculin
Nombre de messages : 85
Ville : Humain
Date d'inscription : 21/03/2009

Feuille de personnage
Song thème: Haggard - Hijo de la Luna
Relation(s):

MessageSujet: Re: Une rencontre mouvementée    Ven 15 Juil - 19:04

L’assassin fut heureux de voir que l’elfe avait de l’appétit malgré les évènements de ces quelques heures, il se contenta de boire son lait tandis que l’elfe lui faisait la conversation.

« - Quelque soit l'endroit où l'on se trouve, c'est dangereux, dit-elle en se souvenant du jour où ses parents avaient été tués. Je n'avais pas d'autre but, en arrivant ici, que celui de trouver un endroit où je pourrais me reposer quelques temps. J'avais voyagé toute la nuit. »

Elle croqua de nouveau dans sa pomme avant de reprendre :

« - J'étais réellement épuisée en arrivant que je n'ai pas prises toutes les précautions que je prends d'ordinaire en entrant dans une ville de l'Empire. Je suis presque sûre que je n'aurais pas eu tant d'ennuis si je l’avais fait. Et vous, puis-je vous demander quelle raison vous a poussé à vous jeter ainsi du haut d'un toit ? demanda-t-elle avec un sourire. »

Nicholas pris une nouvelle gorgée de son lait puis dans un sourire il déclara :

« - Et bien je faisais mon sport dans le coin quand je vous ai vu vous faire poursuivre par des soldats, je vous ai suivi pour m’assurer si cette poursuite était mérité ou pas. Quand j’ai su que votre seul délit était celui de faciès je suis intervenu. Lorsque vous étiez dans cette impasse moi j’étais sur le toit et la manière la plus rapide de vous aider était de tombé sur les gardes. »

Nicholas prit une pomme, la fit tourner dans sa main avant d’y mordre à pleine dent. Il mâcha lentement puis continua :

« - Et si vous vous demandez : qu’est-ce serait-il passé si j’avais été une voleuse ou une tueuse et bien, je vous aurai peut-être laissé avec les gardes ou pas. Hmmm, en faites, non, je pense que je vous aurai quand même aidé. Je n’ai pas vraiment aimé comment ils vous ont traités. Il a des demi-mesures tout de même et je suis totalement contre l’esclavage. »

L’homme se leva et fit quelques pas avant de se retourner vers Nienna, il s’approcha et s’assit à côté d’elle.

« - Quelque soit l’endroit où l’on se trouve, c’est dangereux, c’est ce que vous avez dis non ? Que diriez-vous si je faisais en sorte que ce ne soit plus le cas. Du moins, que je fasse en sorte que vous ne vous retrouviez plus jamais dans une telle situation. Je pourrai vous apprendre à vous fondre dans la population, à disparaitre quelques soit les situations même encerclé par vos ennemis. Je sais beaucoup de chose et je ne prétends pas être aussi fort que les elfes cela va de soit mais je suis sûr que je peux vous rendre la vie plus agréable. Et pas qu'à vous. »

Nicholas se releva alors et tandis la main vers Nienna :

« - Mon nom est Nicholas mais je suis également Mascarilla, maître assassin. Nienna, j’ai une question à vous poser, je vous laisserai tout le temps d’y réfléchir quoique j’espère que votre réponse soit positive. Je suis le maître d’une confrérie, nous avons peu de membre à l’heure actuelle mais nous sommes tous réuni pour une même cause, celle de protéger le monde dans lequel nous vivons des guerres et des tyrans. C’est vrai, nous promouvons la paix mais le meurtre est notre moyen… c’est… ironique et pourtant c’est le seul moyen. Cependant, je ne te demanderai pas de tuer de sang froid si tu ne le veux pas car nous faisons bon nombre de chose en plus de cela, vol, marchandage et bien d’autre. Quand dis-tu ? Je t’offre un logis, le couvert, la sécurité et nos secrets. Je te formerai. Tout ce que je sais tu le sauras à ton tour. Alors, cela te dirait ? De faire partie de ma famille ? »

Nicholas venait d’être direct, peut-être le regretterai-t-il mais bon, il voulait recruter le plus de monde possible en très peu de temps. L’elfe pouvait dire oui comme non, peut-être que l’idée d’aider ce monde à retrouver la paix serait-il suffisant comme il l’a été pour d’autre. Nicholas se rassit au côté de l’elfe et la regarda tendrement. Puis il éclata de rire.

« - C’est un choix difficile n’est-ce pas ? Vous voyez, j’ai besoin d’aide. J’ai besoin de toute l’aide possible, quelque soit la personne, je me fous que ce soit un elfe, un nain, un humain ou même un urgal, que ce soit un homme ou une femme. Ce que je veux c’est guérir ce monde des atrocités qui le blesse et si je dois commettre moi-même des atrocités pour qu’il en soit ainsi, tant pis. Je suis prêt à en payer le prix lorsque le temps sera venu mais… Comprenez-moi. S’il y avait un autre moyen, je l’aurai choisi mais l’option que je vous propose est celle qui nécessitera le moins de vie. Galbatorix ne veut qu’une chose, c’est dominer le monde et il ne fera aucune concession. Une guerre se prépare et il est peut-être trop tard pour moi dans l’empêcher mais je dois essayer de sauver le plus de vie possible même si pour cela je dois en prendre une autre. Dites-moi ? Si en tuant une personne vous pouviez en sauver des milliers, ne le feriez-vous pas ? »

Nicholas laissa l'elfe répondre puis il continua :

« - Si vous avez des questions sur moi ou sur la confrérie, j'y répondrai en échange, quelques soit votre réponse final, je veux que vous gardiez cette conversation secrète. »
Revenir en haut Aller en bas
avatarNienna Telrunya



Féminin
Nombre de messages : 37
Race : Elfe
Armes : Une épée et un arc chanté dans du chêne
Ville : Neutre
Date d'inscription : 25/07/2009

Feuille de personnage
Song thème: Requiem pour cordes - Mime de Benetnasch, guerrier divin de l'étoile d'Eta
Relation(s): Rien pour l'instant.

MessageSujet: Re: Une rencontre mouvementée    Mer 3 Aoû - 14:36

    L'homme en face de Nienna prit le temps de boire un "schlouck" de son lait avant de répondre en souriant qu'il ne faisant que son sport matinal. L'elfe haussa un sourcil, car ce n'était pas courant de rencontrer des gens qui se baladaient sur les toits et qualifiaient cela de sport. C'était du haut d'un toit qu'il avait vu les soldats courir après elle et avait décidé de suivre à son tour afin de voir si les soldats avaient une excellente raison de pourchasser l'elfe. Il continua son explication en disant :

    • Et vous vous demandez surement : qu'aurait-il fait si j'avais été une voleuse ou une meurtrière ? Eh bien, je vous aurais peut-être laissé au soin de ces soldats – ou pas. En fait, finalement, je serais tout de même intervenu. J'ai pas vraiment apprécié la façon dont ils vous ont traité. Il y a des demi-mesures tout de même et je suis totalement contre l'esclavage.
    • Eh bien, nous sommes d'accord sur ce point au moins,répliqua Nienna avec un sourire. Je n'ai pas l'intention de revivre cet enfer ! ajouta-t-elle dans un murmure.

    L'homme fut quelque peu surpris par ses paroles, mais elle ne put déterminer si c'était à cause des ses paroles murmurées ou non. Quoiqu'il en soit, il ne fit pas de remarque à ce sujet et se leva pour faire quelque pas. Quelques instants plus tard, il revint s'assoir à côté d'elle et dit :

    • Quelque soit l'endroit où l'on se trouve, c'est dangereux. C'est ce que vous avez dit, n'est-ce pas ? Et que diriez-vous si je faisais en sorte que ce ne soit plus le cas ? Du moins, que je fasse en sorte que ce ne soit plus votre cas, que vous ne vous retrouviez plus dans une telle situation ? Je pourrais vous apprendre à vous fondre dans les foules, à disparaître quelques soit les situations, même encerclée par vos ennemis. Je sais beaucoup de choses. Je ne prétends pas être aussi fort que les elfes, cela va de soit, mais je suis sûr que je pourrais vous rendre la vie plus agréable. Et pas qu'à vous, d'ailleurs. Il fit une pause pendant qu'il se relevait et fit face à la jeune elfe, avant de lui tendre la main. Mon nom est Nicholas, mais je suis également Mascarilla, Maître Assassin. Nienna, j'ai une question à vous poser. Je vous laisserais le temps pour y réfléchir, mais j'espère que votre réponse sera positive. Je suis le Maître d'une confrérie. Nous avons peu de membres à l'heure actuelle, mais nous sommes tous réunis par un même but : celui de protéger ce monde, dans lequel nous vivons, des tyrans et des guerres. C'est vrai, nous promouvons la paix, mais le meurtre est notre moyen. C'est... ironique, mais pourtant le seul moyen efficace. Cependant, je ne vous demanderais pas de tuer de sang froid si vous ne le voulez pas. Nous avons d'autre moyens en plus de l'assassinat : vol, marchandage, et bien d'autres encore. Qu'en dites-vous ? Je vous offre un logis, le couvert, la sécurité et nos secrets. Je vous formerais. Tout ce que je sais, vous le saurez à votre tour. Alors, ça vous dirait ? De faire partie de ma famille ?

    Nienna était restée silencieuse à la suite de ce long discours. Elle venait d'apprendre beaucoup de choses et n'avait pas encore réussi à tout assimiler. Nicholas, alias Mascarilla, continua sur sa lancée :

    • C'est un choix difficile, n'est-ce pas ? Vous voyez, j'ai besoin d'aide, de toute l'aide que je peux trouver et peu importe d'où elle vient. Que ce soit un elfe, un nain, un humain ou même un urgal, que ce soit un homme ou une femme. Ce que je veux, c'est guérir ce monde des atrocités qui le blesse et si je dois moi-même commettre des atrocités pour ce faire, qu'il en soit ainsi ! Je suis prêts à payer le prix lorsque le temps sera venu, mais... comprenez-moi. S'il y avait un autre moyen, je l'aurais choisi, mais l'option que je vous propose nécessitera le moins de vie. Galbatorix ne veut qu'une chose : dominer ce monde et il ne fera aucune concession. Une guerre se prépare et il est peut-être trop tard pour l'empêcher, mais je dois essayer de sauver le plus de vie possible, même si pour cela je dois en prendre une autre. Dites-moi, si en tuant une personne, vous pouviez en sauver des milliers d'autres, le feriez-vous ?

    Il laissa le temps à Nienna de répondre et cette dernière dit :

    • Ca fait beaucoup d'informations en un coup. Je ne saurais prendre une décision tout de suite et profiterais du temps que vous me laisserez pour y réfléchir. Cependant, je dois avouer que votre proposition est très tentante.
    • Si vous avez des questions, sur moi ou sur la confrérie, j'y répondrais, mais je vous demanderais juste de ne pas répéter ce que je viens de vous révéler, que votre réponse soit affirmative ou négative.
    • Je comprends cette demande et vous promets de ne révéler à personne le moindre détail de cette conversation. En attendant, si vous permettez, je vais aller prendre un peu de repos et réfléchir plus avant à votre proposition.

    L'elfe se leva et alla voir la tenancière pour lui demander une chambre pour qu'elle puisse prendre un peu de repos. Cette dernière parut surprise par sa demande et Nienna expliqua qu'elle avait voyagé toute la nuit. La femme la rabroua quelque peu comme le ferait une mère avec sa fille, mais Nienna resta impassible. Elle n'avait pas à se justifier non plus, mais elle se dit qu'elle n'avait pas tort non plus. Si elle avait dormi cette nuit, elle n'aurait certainement pas eu d'ennuis en arrivant ici. La tenancière l'emmena alors à l'étage et lui indiqua une chambre inoccupée où Nienna pourrait se reposer. Cette dernière la remercia et prit congé. Une fois seule, Nienna put enfin se détendre. Elle alla à la fenêtre, l'ouvrit et observa un moment le soleil qui achevait de s'extraire des arbres de la forêt. De sa forêt. Un instant, elle se demanda quel effet cela ferait si elle y retournait, mais chassa bien vite cette idée de son esprit. Non, elle n'y retournerait pas. Ce domaine n'était plus le sien, et ce depuis bien longtemps. Se détournant de la fenêtre, l'elfe se défit de ses vêtements et alla s'allonger. Elle s'endormit sitôt couchée.

    Elle se réveilla quelques heures plus tard, parfaitement reposée. Elle se leva, fit ses ablutions et s'habilla, avant de retourner devant la fenêtre toujours ouverte. Le soleil était très haut dans le ciel. Il ne devait pas être loin de la mi-journée. Pendant un bon moment, elle resta accoudée à la fenêtre, regardant les pins de sa forêt natale se balancer sous le vent. Elle se ressaisit. Pourquoi, tout d'un coup, une attirance pareille envers cette forêt. On l'avait forcée à la quitter plus de vingt ans auparavant et elle n'y avait jamais remis les pieds. Encore aurait-il fallu qu'elle sache où elle se trouvait le jour où elle s'était enfuie. Et aujourd'hui, elle se retrouvait juste à côté. Peut-être au fond d'elle voulait-elle voir à comment avait changé cette endroit. Mais quelque chose lui disait que rien avait changé. Les cités elfiques seraient toujours les mêmes, des villes où elle n'avait plus sa place. Elle tourna le dos à la fenêtre et à la forêt et sortit de la chambre pour descendre dans la salle commune de l'auberge. Cette dernière était animée, sans être pleine à craquer. Pas étonnant, vu l'heure qu'il était, tout le monde commençait à avoir faim. Elle aussi d'ailleurs. Elle masqua son apparence à l'aide de sa magie et alla s'installer à une table libre, avant de faire signe à une des serveuses. Elle lui commanda un menu composé de légumes et de fruits, avec du pain et du fromage, ainsi qu'un pichet d'eau. Alors que la serveuse s'éloignait pour chercher la commande de l'elfe. En attendant, Nienna repensa à la discussion qu'elle avait eu avec Nicholas le matin même. Il lui proposait de devenir une tueuse, une voleuse ou autre chose du même style. Hum pourquoi pas après tout. Elle préférait éviter qu'une situation comme celle qui lui était arrivée ce matin-là ne se reproduise. Bien sûr, elle savait se battre et utiliser la magie, mais quand on était épuisé, ces deux aptitudes ne servaient à rien. Elle réfléchit et tenta de se rappeler ce que lui avait l'homme plus tôt. Il avait parlé de se fondre dans la foule pour échapper à des poursuivants. Et même plus. L'offre était tentante. Et pourquoi pas, après tout elle n'avait aucun but, alors pourquoi ne pas adhérer aux idéaux de ce Nicholas. Voilà, sa décision était prise ! Elle allait accepter l'offre de l'homme.

    La serveuse revint avec une assiette qu'elle posa devant la jeune femme, ainsi qu'une cruche d'eau. Puis elle fit demi-tour. L'elfe commença à manger son déjeuner, quand une autre personne vint s'asseoir en face d'elle. Elle leva la tête et vit que c'était Nicholas Benvenuto.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.eragon.superforum.fr
avatarNicholas Benvenuto



Masculin
Nombre de messages : 85
Ville : Humain
Date d'inscription : 21/03/2009

Feuille de personnage
Song thème: Haggard - Hijo de la Luna
Relation(s):

MessageSujet: Re: Une rencontre mouvementée    Sam 17 Sep - 12:43

L’assassin était heureux de voir que la jeune fille se pliait au jeu du secret… il serait sûrement très déçu si elle lui annonçait qu’elle ne voulait pas faire parti de la confrérie. Trouver des gens de cette valeur était sûrement rare à de nos jours mais bon, Nicholas se pliera aux choix de l’elfe. Qu’elle l’ait écouté jusqu’au bout était déjà inespéré. Lorsqu’elle lui dit qu’elle allait dormir, Nicholas se leva et la salua poliment. Il la suivit du regard jusqu’à ce qu’elle disparaisse dans les escaliers. Puis il se rassit à la table et caressa le rebord de sa choppe tout en soupirant.

« - Vous comptiez rester combien de temps caché à nous épier mon oncle ? »

Un rire sortit de nulle part puis le vieil homme s’avança et tapota l’épaule du jeune homme.

« - Tu es de plus en plus doué Nicholas. J’ai eu vent de ton petit sauvetage… particulièrement sanglant. Les gardes ne savent même pas qui a fait le coup ni pourquoi et il n’y avait aucun témoin. Franchement, 4 gardes en même temps, je te tire mon chapeau ! »

Nicholas invita son oncle à s’asseoir et il fit signe à la tavernière d’apporter de la bière pour l’homme. L’assassin soupira lentement puis se tourna vers son oncle :

« - Que penses-tu de cette jeune femme ?
- C’est une elfe donc elle est bien plus forte que le commun des mortels ce qui fait d’elle une allier importante. Elle m’a l’air très gentille, pleine de compassion ce qui risque d’être un problème si elle doit tuer des gens qu’elle ne connait ni d’Eve ni d’Adam…
- C’est vrai mais le meurtre n’est pas l’unique moyen que la confrérie devrait employer pour arriver à ses fins. Pourtant, j’ai l’intime conviction qu’elle fera ce qui doit être fais… et sa gentillesse n’est pas un défaut.
- C’est toi qui est trop gentil, dit-il en tapotant l'épaule de Nicholas. Enfin, je te fais confiance.
- De toute manière, il faut qu’elle dise oui alors ça ne sert à rien d’extrapoler.
- En effet ! »

L’oncle de Nicholas termina sa phrase en vidant cul-sec sa choppe de bière puis il salua la tenancière et partit dans leur chambre. Nicholas resta un moment assit à la table, perdu dans ses pensées. Une heure passèrent puis deux, la taverne se remplissait et se vidait tout comme les choppes d’alcool. L’assassin resta assis là à peine perturbé par le bruit ambiant, chanson paillarde, bagarre, etc … Puis finalement la fatigue commença à l’atteindre et il monta se coucher à son tour. Lorsqu’il rentra dans sa chambre, il vit son oncle avachit sur son lit entrain de baver sur l’oreiller. Nicholas retient un rire puis se déshabilla lentement et il se coucha à son tour. Très vite, l’assassin tomba dans les bras de Morphée et il dormit comme un bébé.
Le lendemain matin, Nicholas se leva en pleine forme et réveilla son oncle. Les deux hommes s’habillèrent puis descendirent prendre leur petit déjeuner. Arrivé en bas des escaliers, Nicholas eut une bonne surprise ; Nienna était assise à une table et mangeait tranquillement. L’assassin s’approcha puis s’assit en face d’elle. Son oncle se plaça à côté d’eux mais préféra rester debout.

« - Nienna, je vous présente mon oncle. C’est lui qui m’a tout appris. »

Il prit une pause et soupira lentement puis il dit :

« - Alors, vous avez pris votre décision ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatarNienna Telrunya



Féminin
Nombre de messages : 37
Race : Elfe
Armes : Une épée et un arc chanté dans du chêne
Ville : Neutre
Date d'inscription : 25/07/2009

Feuille de personnage
Song thème: Requiem pour cordes - Mime de Benetnasch, guerrier divin de l'étoile d'Eta
Relation(s): Rien pour l'instant.

MessageSujet: Re: Une rencontre mouvementée    Dim 9 Oct - 22:12

    L'elfe ne s'arrêta pas de manger quand son vis-à-vis s'installa sur la chaise en face d'elle. Un autre homme l'accompagnait et se plaça aux côtés de Nicholas, préférant rester debout. La Maître Assassin l'informa qu'il s'agissait de son oncle, l'homme qui lui avait tout appris. Nienna le salua d'un signe de tête, puis reporta son attention sur Nicholas.

    • Alors, vous avez pris votre décision?

    L'elfe prit le temps de réfléchir à la manière dont elle allait donner sa réponse, puis, finalement, jeta aux orties les beaux discours et dit :

    • Après avoir bien réfléchi, j'ai décidé d'accepter votre offre. Je veux bien rejoindre votre guilde, car je pense que votre but est digne d'intérêt.

    Nienna vit un sourire apparaître sur le visage de son interlocuteur. Il avait de quoi être content après tout. Il venait de recruter un nouveau membre pour sa guilde, qui plus est, une elfe, ce qui n'était pas négligeable, compte tenu des capacités des elfes. Son oncle en revanche, parvint à rester impassible, mais Nienna se doutait qu'il était ravi de la victoire de son neveu.

    • Je suis ravi de votre décision, déclara Nicholas avec un sourire éclatant.
    • Je n'en doute pas. Quand voulez-vous partir? demanda-t-elle ensuite.
    • Quand vous serez prête, répondit le Maître Assassin en haussant les épaules.

    Nienna acquiesça d'un signe de tête et dit qu'ils pourraient partir presque immédiatement. Elle n'avait pas vraiment envie de s'attarder dans cette ville. Elle-même n'aurait qu'a récupérer ses affaires et serait prête à s'en aller dès que son futur mentor le dirait. Il faudrait également que l'elfe se procure un cheval, car depuis longtemps maintenant, elle voyageait à pied. Elle en fit part aux deux hommes qui répondirent que ce ne serait pas un problème. Pour Nienna, ils firent l'acquisition d'une magnifique jument de robe frison d'un noir luisant. Elle était d'un caractère docile et surtout joueur. L'elfe la baptisa Mésange Noire, en raison de la couleur de sa robe. Puis tous trois purent enfin quitter Ceunon pour rejoindre le quartier général de la guilde de Nicholas.


[HJ : Voilà pour mon post. Il est un peu court, mais si je me souviens bien, tu avais dit que je le cloturerais. Faudra donc pas oublier de le dire dans le titre]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.eragon.superforum.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une rencontre mouvementée    

Revenir en haut Aller en bas
 

Une rencontre mouvementée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: - :: L'EMPIRE :: ceunon-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit