AccueilS'enregistrerConnexion

Venez vous faire déclarer et choisir votre armée dans CE SUJET !

Les groupes par armée sont crées ! Si vous n'avez plus de groupe ou pas le bon, il vous sera demandé de vous rendre dans le sujet ci-après rapidement.


Partagez | 
 

 Rencontre des plus étrange [pv Delragonne]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatarLaya



Féminin
Nombre de messages : 1099
Age : 24
Race : Elfe-dragonière
Armes : épée et arc
Ville : bon
Date d'inscription : 19/08/2010

Feuille de personnage
Song thème: La coumparsita
Relation(s): Kai mon papa, Elena ma maman, Ost mon frère, fey ma soeur, Athé et Tutum mes zumelle nudiste poussinet, QAdou mon amour ♥♥♥, Sil mon Prince ♥, Gaun mon empirien ♥, Ghi mon yéti, Hunty mon Le dragon, Hiime ma méchante gentille, et tout le monde ♥♥

MessageSujet: Rencontre des plus étrange [pv Delragonne]   Dim 27 Fév - 22:46

    • Le paysage était magnifique. Un soleil rouge descendait lentement vers la surface d’une mer si lumineuse, paisible et calme. Il y avait un petit vent marin frai qui revigorais le corps. La plage, illuminée par les derniers rayons du soleil, avait une couleur d’or en fusion. Au loin on voyait l’ile Dent de requin et juste en avant plan un vieux bateau passait sans se presser pour rentrer au port avant la nuit noir.

    Sur la plage, éparpillé comme rejeter par la mer, se trouvais des sacs de selle remplit d’un équipement de voyage des plus simple. Une selle usée par le temps trainait un peu plus loin. Au sol, on pouvait distinguer les traces d’un cheval partant vers l’autre côté de la baie. Sans même remonté les trace on aurait sus dire que le cheval a qui elles appartenaient n’était pas de ces lieux, les marques étaient largement espacée et vu la profondeur, l’animale était puissant. En regardant plus loin de l’autre côté de la baie, on pouvait distinguer une masse sombre avancent a une vitesse effréné. D’un coup celle-ci s’arrêta et reparti dans l’autre sens revenant vers l’équipement laissé à l’abandon. Au fur et à mesure qu’elle avançait, on pouvait s’apercevoir que c’était un cheval d’une taille impressionnante et rare.

    Dessus on distinguait vaguement une petite ombre couchée sur l’encolure. Le cheval avançait à une vitesse de plus en plus vertigineuse pour finalement donner l’impression de voler au dessus du sol. Et puis d’un coup, en arrivant près des équipements, il arrêta tous mouvement pour s’arrêté dans un glissement d’un bon trois mètre de long, dessus son cavalier, s’était redresser de toute sa taille et se mouvait souplement avec sa monture. Une fois cette dernière arrêtée, il sauta a terre retira la bride de son cheval et le laissa aller librement. Il s’assit en tailleur au bord de l’eau, le regard perdu dans les derniers reflets du grand disque de feu disparaissant dans l’eau.

    Ce cavalier ou plutôt cette jeune femme, était des plus étranges pour cette région. Elle mesurait environ 1m70, avait des cheveux bleu nuit des yeux violet et étrangement percent. Elle portait une vielles cape de voyage en cuire avec une capuche ample, doublé de peau de mouton, et un pantalon également en cuire tanné et usé par le temps. Il se fermait sur les côté de ses jambes par un système de fermeture par lacet, laissant par moment apparaitre une peau doré et mate. Ses cheveux retombais en de longue natte jusqu’au creux de ses reins et laissaient apparaitre des oreilles fine, délicate et surtout extrêmement longue. Des oreilles d’elfe.

    En fait pour tous vous dire, elle s’appelait Laya, c’était une elfe de 117ans, née à Osilon. Son père est mort durant sa prime enfance. Sa mère, elle, vit toujours à Slithrim avec son frère. Elle a énormément voyagé après ses années d’entrainement. Elle est maintenant au service de la reine des elfes pour des missions sur les terres des varden et celle de l’empire. La voila maintenant a Kuasta où, celons les dire de la reine, elle retrouverait une ancienne collègue. Cela faisait deux jours qu’elle était arrivée et elle attendait toujours des informations que devrais lui faire parvenir sa suzeraine pour la suite des évènements. Tout en pensent a cela elle observait Krijgen, son belle étalon elfique d’un mètre quatre-vingt et d’une belle robe rouanne (mélange de noir, brun et blanc), qui se prélassait dans le sable.

    Avant que les dernières lumières ne disparaissent pour ne réapparaitre que le lendemain, elle se releva ramassa sa bride, sa selle et ses sac et alla les replacer sur Krijgen. Elle délaça également le fourreau de son épée accrochée a sa selle et le rattacha a sa hanche avant de se remettre en selle et de se mettre en route vers l’auberge où elle avait une chambre de réserver.

Revenir en haut Aller en bas
avatarDelragone
Soldat de l'Empire


Nombre de messages : 2188
Age : 22
Race : elfe-mage noire/fauconniere
Armes : un bâton de mage en or blanc parcourut de gravures, un arc chanté et melangé à la magie obscure, une épée à la lame couleur des ténèbres, une dague en griffe de dragon
Date d'inscription : 01/09/2006

Feuille de personnage
Song thème:
Relation(s): Ma jumelle Laya dans le meilleur comme dans le pire, ma soeur d’arme Findel que je retrouve avec son namoureux Silvius le coureur de jupon, le jumeau de Nicholas, Deranos mon andouille de frère, Nicholas Benvenuto l'assassin le plus fou et le Dom Juam, Osth mon papou d'amour, Nienna Telnurya uqui risque de se fare agresser par Nicholas

MessageSujet: Re: Rencontre des plus étrange [pv Delragonne]   Dim 27 Fév - 22:56

Delragone avait quitté la Crête avec difficulté, pour se diriger vers Kuasta, un lieu composé de sable, de coquillage, un terrain où elle était peu habituée à faire connaissance et à se battre, la Drow avait passé tout son temps dans les terrains escarpées, forêts, bois, la boue, les pierres mais non pas les plages et autres terrains à découvert. C'était un erreur de sa part d'avoir sous-estimé le fait que ce monde était vaste et la terre n'était point une immensité boisé Elle n'espérait pas que la situation tournerait aussi mal, mais ces longues années d'entrainement lui avaient appris à se montrer prévoyante envers les races qui l'entouraient. Tous les êtres sont fourbes et sans scrupule, elle était son propre exemple. On l'envoyait ici à la suite d'une mission, des espion auraient tendu un piège, ou du moins elle devait aller à la rencontre d'une elfe proche de la Reine, rien qu'une pensée d'elle la faisait enragée, écumer de haine, son passé était douloureux mais il fallait savoir faire abstraction de ses blessures.

Malgré ces deux cents ans d'existence ici bas, elle gardait toujours en elle cette amertume, son père qui l'avait laissé à moitiée morte au lieue de l'achevée à cause de la magie noire, sa trahison envers le peuple elfique. Elle avait connu des sortilèges inavouables grâce à son Maître sorcier, elle s'était endurcit sous la coupelle de l'Empereur de ce monde, mais elle avait perdu ses amis, et, son frère. Durant ces années obscures, la drow avait occulté son passé pour ne penser à une seulle chose le carnage, pour oublier l'abandon, pour détruire la race elfique, Même si l'Empire était devenu sa nouvelle famille, tout était éphemère, chacun la respectait pour sa puissance, sa violence peu d'hommes l'avaient approchés tant son aura meurtrière les figeaient, c'était surnommer elle même «Delragone, l'Elfe de l'Empire». Galbatorix avait acquis une guerrière et magicienne redoutable contre ses ennemis jurés, cependant personne n'aurait pu predire qu'un jour elle se lierait d'amitié avec des êtres hummains, aimerait un Dagonnier qui mourrirait, de guerre lasse, elle était partie, La jeune femme se devait de changer pour ne pas être détruite, c'est alors qu'elle s'enfuit en pleine nuit, avec son faucon Mort par dessus son épaule.

Son point de vue avait changer depuis son long ermitage, loin de tous et de toutes, loin de ses alliés, de ses ennemis, d'une certaine manière elle restait fidèle à l'Empire, Galbatorix sera toujours son seul et unique maître, mais son cœur vacillait vers d'autres amours, vers d'autres espoirs son frère Deranos, Silvius ce fantôme argenté dont elle s'était éprise. La jeune femme se voyait comme un agent double, jouant sur deux tableaux qui pourraient lui couter chère. Mais elle l'avait délaissé, trop longtemps et une autre femme l'avait prise. En son fort intérieur elle gardait certes une certaine amertume pour son erreur, mais la Drow préférait l'abandonné entre les mains des Vardens, autant qu'il se trouva du bon côtés et que les personnes ignorent qu'il avait côtoyé l'Elfe de l'Empire, Silvius aurait été considéré comme un traitre à la patrie.

Delragone était restée plusieurs années dans une contrée éloignée, vivant de chasse, et de cueillette, elle était revenu aux méthodes traditionnelles sans son épée, sans son arc, juste son corps et la nature, elle méditait, joignant son esprit aux êtres vivant, communiant avec la terre. Cette vie ancienne lui rappela des souvenirs, ces entrainements dans l'école elfique, les rencontres avec les autres enfant, le lien de la nature, la force de la terre, son père et sa mère. Delragone l'Elfe de l'Empire, était déchirée, entre deux patries, entre celle qu'elle était avant et celle qu'elle était maintenant, c'était une souffrance considérable mais nécessaire, les choix impliquent souvent des modifications. Malgré cela, son corps aussi c'était retrouvé modifié par cet nouvelle vie, son corps c'était affiné sans pour autant abimé la musculature et sa peau d'un gris argenté avait gagné en pigmentation, renforçant cette impression de froide de metal, ses ongles ressemblaient désormais à des griffes. Mais les détails qui frappaient le plus dans cette modification complète état le visage: ses yeux avaient la formes en amandes des yeux de chats, la pupille fendu et cette fameuse couleur albinos des Drow, sa bouche charnue cachait en dessous des canines pointues à la blancheur de l'émail, son nez fin rappellait celui des félins et ces pommettes s'était creusée accentuant son côtés animal. La Drow avait refait corps avec Mère Nature qu'elle avait tan renié au départ, ce changement lui plaisait, elle savait que maintenant elle pouvait revenir dans le monde qui était le sien prête à affronter les dangers qui l'entoure. La tête haute elle était revenue chez les Empiriens, reclamant la place qui lui était du au grand jour, la nuit elle jouait les assassins pour son compte, pour assouvir ses pulsions.

Delragone, l'Elfe de l'Empire s'approcha de l'endroit avec précautions, sa dague dans son étuis, son épée contre son flanc gauche et l'arc dans son carquois, son bâton de mage toujours dans sa main. Elle avançait prudemment, on ne savait jamais les êtres pouvaient se terrer. S'approchant de la plage, la Drow remarqua des sacs, une selle, un équipements de quelqu'un qui voyageait. Delragone observa le lieu désert, cette plage ne semblait pas être occupé, avec discrétion elle marcha sur le sable, les sens en éveil quand un cheval lancée à vive allure se fit entendre, ces membres réagir promptement elle se mit à l'abri, derrière des rochers, ses armes l'alourdissaient mais elles lui garantissait sa sécurité, un bien pou r un mal. Le cheval et la jeune fille ne semblait ne faire qu'un, et cette race de cheval, sa carrure, c'était un cheval elfique, grand, élégant, on ne pouvait se tromper sur l'origine digne de l'animal. Cela confirmait son doute, l'émissaire ou l'espion était bien une elfe, que faire, attendre et la prendre par surprise ou bien arriver comme si de rien était jouant la carte du mensonge. La Drow respira longuement, le cheval la flairerait bien avant qu'elle arrive, et sa cavalière en serait aussitôt avertie.

Le soleil se couchait sur la mer, jetant ces derniers rayons d'or sur le sable fin, la jeune elfe repartait en direction du village, sur sa monture.

*- Cette femme ne me facilite pas la tâche. Pensa Delragone, Il faut que j'intervienne tout de suite ou si les Vardens me repère je suis bonne pour être prisonnière et avec ma tête, il me reconnaitront.*
La Drow sortit de sa cachette, priant pour le meilleur sa dague en main, ces yeux albinos fixaient la jeune femme d'un éclat interrogateur.

De loin cette silhouette lui disait quelque chose, comme un vague souvenir d'une enfance lointaine. Elle ressentait une chose profonde s'agiter en elle, une impression de déjà vu. La drow inspira, emplissant ses poumons de l'air marin.
Revenir en haut Aller en bas
avatarLaya



Féminin
Nombre de messages : 1099
Age : 24
Race : Elfe-dragonière
Armes : épée et arc
Ville : bon
Date d'inscription : 19/08/2010

Feuille de personnage
Song thème: La coumparsita
Relation(s): Kai mon papa, Elena ma maman, Ost mon frère, fey ma soeur, Athé et Tutum mes zumelle nudiste poussinet, QAdou mon amour ♥♥♥, Sil mon Prince ♥, Gaun mon empirien ♥, Ghi mon yéti, Hunty mon Le dragon, Hiime ma méchante gentille, et tout le monde ♥♥

MessageSujet: Re: Rencontre des plus étrange [pv Delragonne]   Dim 27 Fév - 23:05

    • Krijgen paraissait beaucoup plus nerveux sur le chemin du retour. Malgré la course folle que Laya lui avait demandé de faire pour se détendre, elle sentait chacun de ses muscles tendu.

    Il marchait avec d’ample foulée rebondissant. Son encolure tendue a l’extrême, ses oreilles cherchant à capter les moindres petits sons allait d’avant en arrière pour une plus grande identification des provenances, ses naseaux dilatés cherchant une odeur inhabituelle. Laya le laissait aller à son aise, sachant qu’il pouvait la prévenir d’un danger bien avant qu’elle ne le sente arriver, restent attentive a chaque mouvement ou sons autour d’elle. Elle referma sa main gauche sur ses rênes légèrement tendues et au contacte de la bouche de sa monture, juste ce qu’il faut pour le diriger et le faire faire changer de direction s’il lui fallait prendre la fuite. De sa main droite elle dégaina sa belle épée de cristal noir et la posa sur ses jambes, prête à l’emploi. Elle étendit son esprit autour d’elle à la recherche d’un être étranger. Et à son grand étonnement, elle découvrit un esprit qui lui semblait être familière et qu’elle n’avait pas senti depuis longtemps. Malheureusement pour elle celui-ci lui apparaissait comme étranger ou modifier. Il était en quelque sorte embrouiller, comme si son hôte ne savait plus très bien qui il était.

    Cela l’empêchai de l’identifier comme une personne de sa connaissance.

    Brusquement, alors qu’elle tentait d’identifier cette aura, une masse surgi devant elle et la menaça de son arme. Laya tira légèrement sur les rênes pour arrêter sa monture, qui se cabra sous l’effet de la surprise.

    Elle resta souplement en selle et a peine Krijgen avait il posée ses antérieur au sol qu’elle sauta en bas pour faire face a son adversaire. Sans le quitter des yeux elle lança en ancien langage à l’adresse de sa monture « VA ! » pour lui éviter toute blessures et afin qu’il ne la gène pas dans ses mouvements.

    Lentement elle détailla son adversaire. C’était une jeune femme au corps fin avec une belle musculature bien dessinée. Autan sa peau à elle était de la couleur de l’ambre, autant celle de cette jeune femme était métallique. Au bout de chacun des ses doigts se profilait des ongles du telle taille qu’ils en étaient devenu des griffes. Sur son visage se dessinait une bouche charnue et quand elle sourit, elle découvrait des dents d’une blancheur aveuglent, mais surtout des canines d’une longueur impressionnante. Ses yeux étaient captivants. Ils la terrifiaient autan qui’ ils l’attiraient. Ils étaient en forme d’amande et leur pupilles, au lieu d’être rondes étaient verticale, ce qui accentuait le côté félin que son nez et ses pommettes creuse lui donnaient. Leur couleur rare l’intriguait, voila des années qu’elle n’avait pas vu cette couleur albinos. Et malgré cette allure sauvage, Laya pouvait distinguer dans le maintient et la forme de son corps, que la créature qui lui faisait face avait du sang des elfes. Elle se doutait aussi que cet être étrange avait vécu dans la nature un certain nombre d’année. Mais, chose tout aussi étrange que la familiarité de son esprit, il y avait au fond de ses yeux une lueur familière, comme venu d’un passé lointain et enfuit dans ses souvenirs.

    Tout en continuant de la surveiller elle examina son arme. C’était une petite dague qui, s’emblerait il en regardant sa manière de la tenir, était très bien équilibrée et facile a manier, ce qui lui donnerait quelque difficulté a paré les coups, mais qui ne l’empêcherait pas pour autant de se défendre.

    Laya abaissa légèrement son épée, choisissant le chemin le plus diplomatique pour l’abordée. Elle porta deux doigts à ses lèvres pour bien lui montrer qu’elle lui parlerait franchement et ne dirait rien que la vérité. Elle lui dit alors en ancien langage afin de la saluer comme son rang d’elfe le lui confère.

      « Atra esterí ono thelduin »

    Après un temps d’arrêt elle lui demande finalement la question qui la troublait depuis qu’elle avait senti son esprit en partie si familier et pourtant si différent

      -Qui es-tu ? D’où viens-tu ? Et qu’es-tu exactement ?


    Elle la regarda, toujours en cherchent par elle-même la réponse a ces questions si importante pour identifier un tel individu.
Revenir en haut Aller en bas
avatarDelragone
Soldat de l'Empire


Nombre de messages : 2188
Age : 22
Race : elfe-mage noire/fauconniere
Armes : un bâton de mage en or blanc parcourut de gravures, un arc chanté et melangé à la magie obscure, une épée à la lame couleur des ténèbres, une dague en griffe de dragon
Date d'inscription : 01/09/2006

Feuille de personnage
Song thème:
Relation(s): Ma jumelle Laya dans le meilleur comme dans le pire, ma soeur d’arme Findel que je retrouve avec son namoureux Silvius le coureur de jupon, le jumeau de Nicholas, Deranos mon andouille de frère, Nicholas Benvenuto l'assassin le plus fou et le Dom Juam, Osth mon papou d'amour, Nienna Telnurya uqui risque de se fare agresser par Nicholas

MessageSujet: Re: Rencontre des plus étrange [pv Delragonne]   Mar 1 Mar - 11:51

Delragone avait appréhendé cette mission, non par crainte de l'émissaire qu'elle rencontrerait, mais par peur de se retrouvé aux prises avec les Vardens, elle ne savait si ils oseraient la torturer. Après ils étaient ennemi. La jeune femme ne voulait pas soumettre son corps aux épreuves du fer, son esprit aux tortures mentales, la douleur n'était une préoccupation, elle avait peur des séquelles de se retrouver mutilé à vie. Mais elle s'était engagée das cette voie, la Drow risquait sa vie contre de multiples avantages et récompenses. Ce jeux en valait la chandelle, l'Empire était riche, puissant. L'Empire était son unique famille.

La Drow se rappelait d'un homme armé lui donnant son ordre d'action, elle c'était saisit du rouleau de tissu sans un mot, congédiant le messager d'un geste de la main. Ses yeux parcouraient les longues lignes manuscrites, elle passa les fastidieuses formalités pour aller directement au vif du sujet, retrouver un émissaire ennemi afin de lui soutirer des informations, le ramener vivant si possible, ou bien le tué, peut importait. La jeune femme se passa la langue sur ses lèvres comme goutant à l'avance la saveur ferreuse du sang de l'individu, elle n'était pas un maître dans l'art de la diplomatie mais son ermitage lui avait apprit la patience et l'écoute. Elle était le chasseur et l'émissaire la proie, avec patience une faille apparaitrait dans le flan et à ce moment elle tirerait sa flèche. Un plan se formait dans sa tête, son esprit emboitait les pièces de sa petite comédie qu'elle devrait tenir à tout prix. La Drow était sournoise, rapide, elle saurait surement s'adapter, mais elle se méfiait, les humains étaient facilement manipulable, un peu de magie, de beau sourire, et un homme s'écroulait devant elle. Au contraire des elfes, ces créatures étaient malignes. Elle se ressaisit, cette soudaine confiance pouvait lui être fatale, mieux valait rester sur ces gardes. Les elfes paraissaient innocents. L'innocence n'était qu'une apparence.

Delragone huma l'air, la jeune femme dégageait une odeur de musc, de bois, caractéristique des elfes sylvestres, avec une pointe de magie, caractéristique du Du Weldenvarden. La jeune femme devait se concentrer uniquement sur la cavalière qui avançait doucement vers elle, sa monture était tendu. Cette tension était palpable, identique au ciel avant l'orage, lourd, désagréable. Le destrier devait l'avoir perçu, son cou était beaucoup trop tendu, malgré un calme relatif, il ne pouvait dissimuler cette tension qui couraient dans ses muscles. Il sentait la sueur, non pas celle de l'effort, celle de l'appréhension, de la peur. La Drow frémit d'excitation. La jeune elfe ne laissaient rien transparaitre, mais sa communion avec la nature lui avait apprise qu'un elfe pouvait communiquer sans difficulté avec un animal. Elle était encore loin, mais l'éclat de l'acier ne lui avait pas échappée, mais elle ne pouvait déterminer si c'était une épée, une dague, ou bien des flèches. L'astre solaire l'empêchait de percevoir clairement la cavalière, il l'éblouissait encore malgré le couchant. Delragone n'appréciait pas sa position, l'émissaire avait bien choisit son lieu d'arrivé il était protégé par le soleil, ce maudit soleil qui fragilisait ses yeux, ses dents grincèrent, elle avait commise une erreur qui pourrait lui être dangereuse.

Prise dans ces réflexions Delragone n'avait pas sentit l'esprit de l'elfe s'approcher d'elle, l'observé, la sentir, la parcourir. Reprenant conscience elle se protégea, dressant dans son esprit une barrière mentale, inutile. Cette inconnue ne l'avait pas agressée, la cavalière était arrivée comme une ombre la scrutant extérieurement, puis comme en un clin d'œil elle avait disparu. Delragone, ressentit une chose étrange au fond de sa conscience s'agiter, mais elle l'étouffa, elle était en mission. Pas de sentiments, pas de principes, elle devait se recentrer.

Le cheval se cabra mais la calière suivit d'un mouvement souple le cabrement de sa monture, à peine l'animal eut il reprit contact avec le sable qu'elle sauta avec l'élégance surnaturelle des elfes. Cette vivacité lui rappelait au combien les hommes étaient lents, la cavalière lui ordonna de fuir en ancien langage. Bonne au mauvaise nouvelle ? Elle ne pouvait se fier à l'apparence frêle, jeune, le fait qu'elle est congédié sa monture prouvait qu'elle savait se battre, ou du moins le feignait elle. L'elfe n'avait pas fait volt face et prit la fuite, mais son aura n'était pas agressif.
Cette silhouette qui lui semblait familière, non c'était impossible. Son ventre gémit, se contractant mais la Drow se retint, retenant un spasme. Sa machoire se crispa imperceptiblement.


Un grand silence était tombé en même temps que les derniers rayons du soleil, au loin une lune millénaire commençait à s'élever dans le ciel obscure. Des étoiles perçaient l'obscurité, comparable à d'innombrables feu follet. La nuit montait et on entendait dans ce silence religieux le bruit des vagues venant s'écraser sur le sable. Les deux elfes se scrutaient mutuellement se détaillant, de la même race, la même origine, deux jumelles opposées.
La cavalière était le jour, et la guerrière la nuit. De ce moment se dégageaient non pas de l'agressivité, mais de l'incompréhension, la recherche de quelque chose de disparu. Delragone était un petit peu plus grande que la jeune elfe sylvestre, et son regard se perdait dans les traits délicat, dénués d'agressivité de la femme en face d'elle, de magnifiques yeux violets qui l'envoutèrent lui rappelant l'enfance, une personne qu'elle avait du côtoyé, ils étaient si perçant qu'elle les croyait capable de lire en elle, mais qui était elle vraiment? Une personne... Des souvenirs tentèrent de remonter à la surface, mais aucun ne parvenait à percer l'abime de son oublie ... tout cela lui semblait si loin dans son esprit. La chevelure était magnifique, soignée, tressée, d'ici elle pouvait humer son odeur particulière, et sa peau, semblable au soleil se couchant dans la forêt
.


Delragone la détaillait, avide de connaissances, son oeil savait décrire les humains mais si peu les elfes, leur élégance, leur démarche. La Drow se laissa aller à la contemplation de la voyageuse, même ses vêtements élimés par les voyages ne pouvaient ternir cet beauté naturelle, identique au levé du soleil, comparable à un joyaux précieux. Cette elfe lui rappelait une personne. Un spasme plus violent la reprit, elle garda son calme et ne laissa rien transparaitre. Un échange pacifique débuta, par ces quelques paroles emplient de vérité.

« Atra esterí ono thelduin »

Delragone avait oublié ces paroles résonnantes de paix et de sérénité, c'était des paroles de paix où on ne pouvait mentir. La Drow chercha dans sa mémoire instinctivement elle porta deux doigts sur ses lèvres comme dans les traditions elfiques, son cœur battait au rythme des paroles. Delragone parla d'une voix calme et assurée
« Atra esterni ono yhelduin, Mor'ranr lifa unin hjarta onr, Mor'ranr lifa unin hjarta onr»
Mais elle sentit autre chose, son visage était interrogateur, il portait les traces de tourments causés à cause de ses questions qu'elle avait exprimée à haute voix, ces interrogations avaient du l'étreindre depuis un petit moment qu'elle réagisse de cette manière.


« Qui es-tu ? D’où viens-tu ? Et qu’es-tu exactement ? »

La jeune elfe noire se sentait acculé comme prise dans un piège invisible, elle garda son apparence calme mais que devait elle faire ? Elle préférait patienter, cette nervosité était inaccoutumée, cette angoisse était du à autre chose Ces yeux la pourfendaient, cherchant en son sein les réponses à ces questions. Delragone se contenant pour ne pas dégainer son épée et l'assaillir violemment,elle avait trouvé le meilleur moyen de faire saute sa couverture.
La Drow inspira goulument l'air frais du soir, elle fixa à son tour l'elfe droit dans les yeux la forçant à soutenir son regard albinos. Avec une lenteur délibéré elle déposa sa dague au sol, son épée, son arc et son carquois, mais elle garda son bâton de mage. Ainsi pendant plusieurs, l'elfe noire avait offerte délibérément sa nuque à la cavalière, afin de lui montrer ses intentions pacifiques de l'instant. Pas d'armes, elle ne réclamait pas de combat, juste une paix, qui serait bien sur temporaire ne fois qu'elle lui aurait extorqué les informations.Un sourire sadique faillit rompre le masque impassible de son visage.


« Appelle moi Delra, Cavalière, et pour te dire je n'ai plus de foyer depuis bien longtemps, alors pourquoi remuer des souvenirs.»

Elle ne pouvait lui répondre, Delragone s'était transformée, qu'était elle ? Une ombre parmi les ombres, une tueuse, une meurtrière, une elfe sauvage qui s'était modifié pour être au peu plus proche de Mère Nature, mais sa nature violente était toujours présente. Elle regarda à nouveau la cavalière, ses yeux, ses cheveux … souvenirs … ce mot lui revint en tête comme une flèche en plein coeur . Un spasme lui violent lui fit perdre l'équilibre, plantant son bâton de mage au sol pour maintenir son équilibre précaire, des flash lui revinrent en mémoire, confus aux couleurs violentes.
Deux petites filles étaient assises dans le Du Weldenvarden, dans une prairie au soleil allongées dans les herbes haute, il avait chaud ce jour là, et une enfant à la peau argenté se cachait les yeux à l'aide de sa main, l'autre à côtés la regardait de ses grands yeux violet, souriante. La première semblait vouloir l'ignorer, mais la petite fille ne paraissait pas vouloir la lâcher
«nous sommes amies pour la vie»lui dit elle. C'était don ça l'amitié ? Mais un autre souvenir l'emporta dans une douleur plus profonde, son père se tenait au dessus d'elle, une épée pointé sur sa gorge, ne pouvant se résoudre à la tué. Elle vit une larme perlée sur al joue de son père puis tombé sur son visage, avec difficulté il lui cracha ces derniers mots «tu ne pourras plus compter sur personne, tu es une paria, une traitresse, je devrais te tuer mais … Les mots restèrent bloqués dans sa gorge. Tu es ma fille. Fuis rejoins l'Empire, ou meurt, mais ne revient plus jamais. Je ne te pardonnerais pas.» Sans un mot il s'en état allé sur son dragon, Delragone avait mal, ses blessures saignaient. Sa voix s'étrangla sur un seul mot Papa, les pleurs amers coulèrent le long de ses joues, elle ne savait pourquoi ? Regrettait elle de vivre ou d'avoir échoué à sa mission, assassiné un dragonnier. On avait récupéré son corps alors qu'elle avait sombré dans l'inconscience, quelqu'un l'avait soigné et ainsi était née sa haine envers le Royaume Elfe, les Vardens.

La Drow n'était désormais plus qu'une paria, sans demeure, les elfes la rejetteraient. Elle, une Elfe de la nuit, une Faucheuse des champs de carnage ou tournoyait la Mort.
Delragone crut qu'elle allait recracher la viande qu'elle venait d'ingurgiter, ses yeux se rétractèrent, devenant deux fentes semblables à un rasoir, cet émissaire n'était pas si innocent. Heureux hasard, ou destiné fatale elle ne pouvait le décidé, la fortune ne l'avait pas épargné. La Drow se ressaisit, elle ne pouvait montrer ses faiblesses, avec difficultés elle se redressa, sa mission primait avant tout. Elle redevint froide, même si une certaine faiblesse lui restait, un calme plat se fit à l'intérieur d'elle même, elle oubliait tout. Avec un sourire joviale elle reprit


«Allons y, nous ne pouvons rester ici, trop de personne écoute dans les ténèbres. Ce que je suis … Une elfe tout comme toi, que veux tu que je sois d'autre. Je crois que nous avons affaire, allons y»

Mais une autre pensée lui vint à l'esprit, je suis un monstre assoiffé de sang et de vengeance … et toi une innocente face à une meurtrière.
Elle abaissa sa capuche sur son visage, espérant que celle ci allait la cacher aux yeux du monde, Elle fit glisser son épée à son fourreau, cette lame couleur des ténèbres recouverte de gravures tribales, le pommeau et incrusté d'une pierre noire, elle replaça sa dague dans une cache prévue à cet effet dans on avant bras gauche. Son carquois reprit sa place habituelle dans son dos, fait de cuir similaire à son armure, de nombreuses flèches se trouvaient à l'intérieur mais le plus intriguant était un compartiment qu'elle avait elle même créer afin de maintenir son arc, un arc chanté couleur des abysses. Delragone gardait toujours son bâton de mage en main, n'appréciant pas toujours de lavoir dans le dos. Elle se demandait ce que pensait les personnes lorsqu'elles l'apercevaient au travers d'un chemin ? Peu importe, elle attendit la jeune femme ...
Revenir en haut Aller en bas
avatarLaya



Féminin
Nombre de messages : 1099
Age : 24
Race : Elfe-dragonière
Armes : épée et arc
Ville : bon
Date d'inscription : 19/08/2010

Feuille de personnage
Song thème: La coumparsita
Relation(s): Kai mon papa, Elena ma maman, Ost mon frère, fey ma soeur, Athé et Tutum mes zumelle nudiste poussinet, QAdou mon amour ♥♥♥, Sil mon Prince ♥, Gaun mon empirien ♥, Ghi mon yéti, Hunty mon Le dragon, Hiime ma méchante gentille, et tout le monde ♥♥

MessageSujet: Re: Rencontre des plus étrange [pv Delragonne]   Mer 9 Mar - 14:29

    • Laya sentait la créature nerveuse, comme acculée, cherchant une issue à un piège. Puis elle leva les yeux vers les siens, la regardant droit dans les yeux, la défiant du regard et sans quitter ses yeux la jeune femme déposa ses armes une à une devant elle, lui laissant délibérément l’accet a sa nuque si jamais la jeune elfe voulait la tuer.

    Elle déposa ainsi son épée, une petite dague et un carquoi remplit de flèche et contenant aussi son arc. Laya la jugeat du regard, cherchant a savoir quelles étaient ses intension. Ne voyant rien de mauvais, pour l’instant, elle décida de lui montrer une marque de confiance en déposant elle aussi son épée et ses deux poignard à ses pieds.


      « Appelle moi Delra, Cavalière, et pour te dire je n'ai plus de foyer depuis bien longtemps, alors pourquoi remuer des souvenirs.»


    Laya sursauta, revoyant une sène de son passer. Un souvenir heureux et triste. Elle était dans une clairière au milieu du Du Weldenvarden, couchée dans l’herbe ensoleillée. La petite fille qu’était Laya à cette époque regardait son amie de ses grand yeux coloré, un sourir illuminant son visage.

      «Nous sommes amies pour la vie»

    La petite fille avec qui elle était dans ce souvenir avait une peau argentée tout comme la femme qui se trouvait devant elle, mais rien d’autre ne leur était en commun.

      *Pourtant Delra n’est pas son nom, c’est un surnom, j’en suis persuadée. Et se surnom ne m’est pas inconnu… IL raisonne comme un souvenir perdut de longe date…*

    Ses réflexion furent interompue par la jeune femme qui perdit subitement l’équilibre et parvint de justesse à se ratrapper et s’appuyer grace a son baton. Allait avait l’air de souffrir, ses pupille s’étaient rétractée. Puis elle la vit se forcer à se relever, s’aidant de son baton pour se remettre droite, masquant en partie la douleur qui se lisait dans ses yeux.

      «Allons y, nous ne pouvons rester ici, trop de personne écoute dans les ténèbres. Ce que je suis … Une elfe tout comme toi, que veux tu que je sois d'autre. Je crois que nous avons affaire, allons y»

        *Alors c’est à elle que je dois soutirer des informations…, c’est avec elle que je vais devoir jouer la comédie de la jeune femme sans défense pour obtenir sa confiance…*

      Laya la regardait les yeux rond, ne sachant comment elle ferait pour la persuader de se confier a elle.

        *Une elfe, elle est donc une elfe tout comme moi… Elle n’en a plus vraiment l’air. Que lui est-il arrivé pour qu’elle ressemble plus à un félin sauvage qu’a une elfe ?*

      Laya se posait énormément de question au sujet de cette jeune femme. Si c’était bien la même personne que la petite fille de son souvenir, elle allait avoir d’autant plus de mal a lui soutirer les informations qui lui serait utile.

      Puis alors qu’elle ramassait ses effet après avoir sifflé sa monture, elle vit l’elfe ramasser elle aussi ses affaire et abaisser sa capuche sur son visage. Quand Krijgen arriva, elle réfléchissait à la vision qu’elle avait eu, cherchant à se souvenir où elles étaient et si c’était bien cette elfe grise qui était avec elle. Puis doucement elle se hissa sur sa selle sentant une fatigue immense la prendre tandis qu’elle remarquait seulement que la nuit était déjà bien tombée.

        -As-tu un endroit où tu dors ?

      Elle fixa le dos de cette créature qui l’intriguait étrangement, se disant qu’elle aurait put être sœur. Elle sentait en elle la même détermination, le même froid distant des sentiments, et pourtant il manquait quelque chose à cette elfe qui semblait brisée de l’intérieur. Quelque chose que Laya avait trouvé avec Insindril. Un compagnon sur qui elle pouvait compter, quelqu’un qui puisse l’aider dans les moments de solitude, qui la soutienne face aux épreuves. Laya avait trouvé tout ca le jour où elle avait rencontré son dragon dans une grotte du désert du Hardarac.

        -Sinon j’ai une chambre dans une auberge du village, ils doivent encore avoir une chambre de libre.



    [hrp: c un peu court pour ce que j'avais comme idée, mais je ne sais pas faire plus sans faire parler ton perso...--'. donc la suite de mes idées seront dans ma prochaine rep ^^]
    Revenir en haut Aller en bas
    avatarDelragone
    Soldat de l'Empire


    Nombre de messages : 2188
    Age : 22
    Race : elfe-mage noire/fauconniere
    Armes : un bâton de mage en or blanc parcourut de gravures, un arc chanté et melangé à la magie obscure, une épée à la lame couleur des ténèbres, une dague en griffe de dragon
    Date d'inscription : 01/09/2006

    Feuille de personnage
    Song thème:
    Relation(s): Ma jumelle Laya dans le meilleur comme dans le pire, ma soeur d’arme Findel que je retrouve avec son namoureux Silvius le coureur de jupon, le jumeau de Nicholas, Deranos mon andouille de frère, Nicholas Benvenuto l'assassin le plus fou et le Dom Juam, Osth mon papou d'amour, Nienna Telnurya uqui risque de se fare agresser par Nicholas

    MessageSujet: Re: Rencontre des plus étrange [pv Delragonne]   Mar 26 Avr - 20:12

    Delragone s'était soumise volontairement, même si ce geste lui avait été difficile, surtout devant cette cavalière mais l'Elfe de l'Empire était prête à tout pour arriver à ses fins. Mission sur missions elle apprenait à changer de peau, à jouer de ses apparences meurtrières voir à jouer la catin dans certains faubourgs, sur le port. Quel homme humain n'achèterait pas son corps pour quelques heures, profiter de ses atouts avantageux, de sa magie enchanteresse, mais cette extase était éphémère pour le pauvre bougre. Le corps du malheureux était retrouvé pendu, comme suicidé après avoir été comme torturé avec acharnement ou bien tabassé par de quelconques mercenaires... Jolie maquillage pour une fin cruelle. Les siècles d'entrainements avaient portées leurs fruits, devenant un jeu pour la Drow.
    Désormais, en ce jour, Delragone devait prendre le masque de l'infiltrée chez les Empiriens. Qu'elle ironie l'Empirienne qui devenait son propre ennemi, parfois le destin l'amenait sur des chemins ironiques, sans sens.
    La destinée avait des voies bien impénétrables, qu'importe pour cette femme, elle n'était plus là pour penser mais pour devenir puissante, afin de se venger, réduire à néant les Elfes, les Vardens, ses ennemis, sa propre Race ...
    .
    Son ventre s'était calmé, elle devait se ressaisir car sa faiblesse n'avait pas du échapper à son ennemie. La Drow rageait intérieurement, une ardeur nouvelle renaissait des cendre de sa douleur. Ses yeux albinos fixait la jeune elfe, courant caressant de son regard ensanglanté la jeunesse, la finesse de cette beauté solaire dont elle se plairait à faire cracher les secrets.
    La Drow vit que la jeune cavalière déposa à son tour une épée et deux poignards. Sans mot elle fixa les armes, cette femme n'était pas aussi innocente que sa tendre physionomie le laissait croire, l'Elfe savait se battre, autant jouer finement et ne pas se servir de la force brute, option qu'elle choisirait bien volontairement, elle, grande faucheuse des champs de batailles, là ou son épée comme une faux. Pour cela milles et une manières de tisser la toile de son piège, de d'enchanter sa victime sous la soie de son piège, mots, herbes, poisons, poudres. Tout un attirail pour l'emmener aux précieuses confessions, Delragone ne pouvait remercier que deux alliés précieux pour ce début d'apprentissage Mère Nature et les Livres, précieux atouts.
    L'Elfe de l'Empire avait tout dans sa précieuse sacoche: diverses écorces, feuilles, poudres, et une herbe en particulier attirait son attention pour cette situation précise. Mais, oui un mais se glissait dans sa stratégie, comme un serpent entre deux pierre, peut être que sa victime connaissait les plantes comme, alors elle serait découverte. Rien ne devait l'empêcher d'arriver aux terme de sa mission.
    Pas même sa personne.

    Le souvenir d'un de ses maitres lui revint en tête, c'était un ombre prénommée R'urzdal, semblable à Durza. Au début de son existence au sein de l'Empire, c'était lui qui l'avait prit en charge, il l'avait trouvé prodigieuse le jour ou elle avait tué un homme sous le coup d'une colère incontrôlé, un soldat qui avait fait une erreur en la traitant de paria. Selon ses propres mots ''avec un potentielle a exploité, une machine infernale elfique''. Une elfe paria et prête tout, tendant les bras son ennemi, reniant son foyer, une vérité qu'au début Delragone avait eut du mal à accepter, plaie ouverte pour ses éducateurs qui la remettait dans le droit chemin de sa vérité intérieure. Tous avaient applaudis ses progrès, sa maitrise de l'épée, de l'arc, et de sa précieuse magie que les siècles lui permettaient d'améliorer, d'arriver aux bout de sa technique, de pousser ses connaissances toujours plus loin, pour éviter d'être dépasser. La jeune Elfe noire ne pouvait pas se permettre de mourir avant d'avoir accomplit sa mission, elle ne devait pas.


    -Met de côtés tes ressentis, ton amours, tes sentiments inutiles, tu dois devenir toi même une arme, qu'importe les blessures, qu'importes les sacrifices. Agis comme si tu «étais deux âmes la première Toi, Delragone, cette elfe que l'on a répudié, méprisé des elfes, la faible, l'inutile tant qu'elle ne sera pas l'autre: La Drow, La faucheuse celle que l'on doit craindre, une tueuse sans sentiment, devient celle là.

    L'ombre posa une main froide sur le torse de la jeune fille, pénétrant son esprit comme si de rien n'était.

    -Fait le vide au fond de toi, tu n'es rien d'autre qu'une pulsion froide, meurtrière, une ombre tranchante, quand tes ennemis te regarde ils doivent ressentir la peur. Ou bien ils aurons tellement confiance en toi, que tu les poignardera de face sans qu'ils s'en rendent compte. Et la tu auras atteint l'excellence, cette état de transcendance, d'exaltation.. En cet instant plus personne ne pourras se dresser sur ta route ensanglanté sans risqué de mourir.

    Puis sans un mot l'Ombre, la fixa de son regard ensanglanté, couleur de rubis flamboyant dans cette pâleur mortelle, les yeux enfantin de la petite Drow était encore couleur de cendre, d'un feu mort qui ne demandait quà s'embrasser. Réduire à néant le monde du Beau peuple. Delragone avait peur de cet chose, une terreur inconnue l'enlaçait, quand il l'a saisit à la gorge.[/i]

    -Maintenant tue cette personne, là bas, avec tes mains sans armes afin que tu ressentes sa mort jusque dans tes os.
    Tu dois oublier que c'est un homme... Il n'est qu'un jouet entre tes mains.

    -Mais.... Mais il ne m'a rien fait.

    -Et alors, pour transcender ta simple nature d'Elfe, tu dois aller au delà de tes principes, de ton apprentissages.
    Tu n'es plus, à moins que tu veuilles retourner auprès de ton cher père. Et puis je veut être fier de toi, tu es un peu comme ma fille. Un peu de cette lueur vengeresse qui aidera l'Empire et Galbatorix, non ?

    [i]
    La jeune Drow ouvrit la bouche, la referma, sans bruit, sa corde sensible avait été touché, son besoin d'affection, de reconnaissance. Avec lassitude elle se releva et vit un homme enchainé au mur opposé. Et dans son dos le regard brulant d'un Ombre, son maitre. Ses doigts se crispèrent lorsqu'elle sauta sur le corps vivant de l'homme qui se débattit malgré ses membres entravées. L'elfe n'arrivait pas à trouver une prise suffisante pour faire craquer la nuque de l'importun. Une sueur froide coula le long de son échine lorsqu'elle se trouva pour la première fois devant cette situation d'assassiner de sang froid, elle restait figée face à se visage emplit de terreur. Miroir du sien au même instant. Jamais cette enfant n'avait tué de sang froid, i y avait toujours eut derrière une quelconque raison: provocations, trahisons, colères, une perte de controle de sa personne mais jamais de cette manière.


    -Va y maintenant, tu le tiens. Tu es le serpent et il est le rat, ta proie. Ta vie t'appartient et tu n'en as cure de ses pensées, de ses suppliques. Maintenant tues le.

    Mais la main de l'enfant ne trouvait pas la force nécessaire pour briser la fragile nuque, l'éducation de son père revenait en surface: elle devait respecter la Nature, Mère Nature et toutes ses créatures, homme, nain, animaux, dragons, le sang de la création coulait dans leurs veines, ils partageait la même terre, respirait tous, non elle ne pouvait pas.

    -Je ne peux pas... Je n'y arrive pas.

    Un froid immense l'envahit a peine cette supplique murmuré, quelque chose s'opposait à cette vision du monde, une ombre provenant des abysses de sa conscience. Une Drow la fixait sur une montagne de cadavre, son épée plantée dans le corps d'un homme avoisinant. C'était elle, oui, dans toute sa splendeur, sa beauté glaciale, son corps avait la tournure de celui d'un fauve irréelle, mortelle. A côtés une petite fille innocente, cachée par son ombre. Delragone se devait de faire un choix, son rêve où sa lâcheté. C'était son rêve qu'elle saisit en sa tendre main, reniant la petite fille.
    La main de la Drow se saisit de la gorge de l'homme, se n'était plus le même regard dans ses yeux couleur de cendre, les braises de l vengeances commençaient à prendre racines dans ce foyer éteins, dans cette terre stérile.
    Delragone inspira profondément, tout ce que son père lui avait enseigné n'était que vent et poussières, elle renia son apprentissage inutile aux yeux de son nouveau maitre, elle mettait de côtés ses sentiments inutiles, dans son esprit elle forgea une boite et y introduisit tout ceux dont elle n'aurait plus jamais besoin, l'Amour, la Joie ...
    La main craqua d'un cou sec la nuque, le crane de l'homme pendait désormais lentement sur cette poitrine inerte. La petite elfe, avait les mains qui tremblaient, encore sous le choc de son acte. R'urzdal avait un sourire cruel sur le bord de ses lèvres, content de sa vision, de cette illusion qu'il avait mis du temps à concevoir.
    Cette chimère ne tarderait pas à devenir une réalité, la Drow venait d'exécuter le premier pas sur le chemin du meurtre,de la violence, de la haine.
    Le cœur de l'enfant commençait à s'enfoncer dans les ténèbres visqueuses, à prendre goût au sang Le meurtre devient très vite une addiction, et cette jeune damoiselle en deviendrait la plus friande adepte.


    -Bravo, merveilleux; désormais que tu as gouté à cette mise en bouche, nous allons pouvoir passer rapidement au plat de résistance si tu continues sur ce rythme la.

    Delragone fit le vide dans son esprit comme dans ce lointain souvenir, emprisonnant dans cette boite ceux dont elle voulait se débarrasser. Un calme l'envahit, emplissant son être d'une ivresse meurtrière dans elle seule s'enivrait avant chaque mission, la jeune cavalière ne pouvait pas voir le rictus mesquin sur ses lèvres, la joie vorace dont elle rayonnait, cette tension qui irradiait de ses muscles. La Drow changeait de peau, se métamorphosait en bête sauvage, et peu à peu l'ivresse de la métamorphose l'étreignait.
    Si cette femme avait appartenu à son passé, qu'elle ait été une amie ne devait pas la gêné, cette femme était son ennemi juré, ses souvenirs un poison qui risquaient de lui faire perdre la raison, un bien qui fait mal. La folie la regagnait à nouveaux l'Elfe de l'Empire tanguait sur le fil de la raison.

    Le plan qu'elle avait établit se modifiait suivant les secondes qui s'égrenaient, sa priorité était de testé la Cavalière sur ses connaissances des plantes, puis de gagner sa confiance. Mais ce cheval la gênait, ces animaux avaient une conscience beaucoup plus développée, un instinct hors norme pour sauver leur maitre du danger. Belle bête qui pourrait malencontreusement finir avec une flèche enfoncée dans le poitrail, le cœur transpercé par ce carreau mortel. A moins qu'il soit revendu à un marchand pour un bon prix, qui disait argent disait aussi pouvoir. Qu'importe pour le moment la Drow devait minimiser les risques. Ses pensées s'étalait en de long ruban de plans les plus cruelles les uns que les autres, la fin de cette jeune elfe était inévitable.

    -As-tu un endroit où tu dors ?

    Cette courte phrase la tira de ses intenses réflexions. Elle n'avait nulle par ou dormir mais sa bourse remplit de quelques pièces d'or lui permettrait d'acheter surement une chambre. Et puis elle espérait surtout régler cette affaire avant le levé du soleil afin d'échapper si jamais elle devait fuir aux regards des ennemis. Enfant de la nuit, la femme savait se dissimuler mais au contraire du jour si celui était et que la forêt n'était pas à proximité, elle se sentait oppressée et en mauvaise posture.

    -Sinon j’ai une chambre dans une auberge du village, ils doivent encore avoir une chambre de libre.

    -Non je n'avais pas pensé à cela... J'ai complètement oublié de prendre une chambre en arrivant ici et je te cherchais. Mais dis moi Cavalière comment te nommes tu ? Que je cesse de te nommer ainsi.

    Apprendre le nom de son ennemie afin de la traquer si jamais elle fuyait. Delragone sentait le regard de l'elfe transpercer son dos, comme recherchant quelque chose de perdu. Qu'importe elle ne se laisserait pas avoir par une elfe plus jeune qu'elle, pas par une odieuse créature du Beau Peuple.
    Delragone se mit en route d'un pas rapide, cherchant dans sa sacoche une herbe quelconque, inoffensive de préférence afin de ne pas attirer de soupçons sur ses intentions


    -Je viens de ramasser cette herbe lors de mon chemin, tu sais ce que cela peut être, je n'en ai aucune idée et cela m'embêterait de manger quelque chose de peu comestible, voir de mortel.

    L'Elfe de l'Empire lui tendit la plante, avec un sourire agréable qui cachait d'autres motivations plus violentes...
    Revenir en haut Aller en bas
    Contenu sponsorisé




    MessageSujet: Re: Rencontre des plus étrange [pv Delragonne]   

    Revenir en haut Aller en bas
     

    Rencontre des plus étrange [pv Delragonne]

    Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
    Page 1 sur 1

    Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
     :: - :: L'EMPIRE :: kuasta-
    Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit