AccueilS'enregistrerConnexion

Venez vous faire déclarer et choisir votre armée dans CE SUJET !

Les groupes par armée sont crées ! Si vous n'avez plus de groupe ou pas le bon, il vous sera demandé de vous rendre dans le sujet ci-après rapidement.


Partagez | 
 

 Chapitre 3: Le dragonnier & l'elfe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatarEragon
Membre du Staff


Masculin
Nombre de messages : 2848
Age : 34
Race : Dragonnier/Humain
Armes : Epée/Arc/Magie
Ville : Bien
Date d'inscription : 12/03/2006

Feuille de personnage
Song thème: Hurricane 30 s to mars
Relation(s):

MessageSujet: Chapitre 3: Le dragonnier & l'elfe   Dim 9 Mai - 14:53

Splatch ! Un bruit de gorge répugnant retentit lorsque le kull cracha plusieurs de ses dent à cause du coup de pommeau que le dragonnier Eragon lui avait envoyé. Celui-cicracha lui même un peu de sang de sa bouche avant d’essuyer quelques gouttes au bord de ses lèvres. L’épée Brisingr se leva au ciel avant de s’applatir sur un autre Kull au sol devant lui. Le coup de grâce mis fin à la respiration bruyante du bufle qui sombra dans le néant. C’était déjà le troisième que Eragon avait tuer lorsque ceux-ci avait surgie derrière une broussaille pour se jeter sur lui. C’était comme si il savait ou j’étais avait il penser avant de s’attaquer à eux. Manque de pot pour eux aujourd’hui il avait la pêche ! Il avait hâte de revoir une certaine personne et faisait tout pour que la stupide quête que l’on lui avait attribué touche à sa fin au plus vite.

Le dernier Kull se jeta alors sur lui probablement à cause du geste du dragonnier qui avait tuer un de ses semblables. La force de sont poids le fit tomber au sol. Eragon tenta de le repousser mais celui-ci lui grogna dessus en lui assignant des coup de tête sonnant. Bing bing bing, il est malade! Pensa le dragonnier avant de crier:

"Mais barre toi de la !!"

Ce fut à sont tour d’envoyé un grand coup de tête dans celle du Kull avant de regretter aussitôt sont geste sous la douleur fulgurante que cela lui provoqua. Des étoiles commencèrent à apparaître devant ses yeux. Il entendit un nouveau grognement et pensa aussitôt que le Kull aller bientôt lui arracher la tête...Il envoya sont poing dans la bouche de la créature qui se referma sur sont poing avant que le dragonnier ne se mettent à attraper ce qui sembler être la langue de sont ennemie. Sans prendre le temps de réfléchir,c’était le seul moyens qu’il avait trouver pour ne pas se faire bouffer. Il arracha la langue du Kull et un cri effrayant retentit tout prés de Daret vers la ruelle Numéros 72 que la lettre lui avait indiquer.

"C’est répugnant! Attrape sa ! "

Le Kull c’était alors mis à bouger dans tous les sens et Eragon en avait profiter pour se dégager de sont emprise avant de lui jeter sa langue baveuse en pleine face. Il retrouva alors Brising au sol puis l’alluma de sont feu flamboyant.

"Brisingr!"

Un slatch retentit puis la tête du dernier Kull vivant roula au sol pendant plusieurs mètres. Soufflant nerveusement le dragonnier repris sa respiration peu à peu lorsque soudain une flèches transperca sa cuisse. Il émis un cri de surprise et arracha aussitôt la flèches instinctivement avant de s’allonger au sol. Dans ce genre de situation, il ne fallait pas perdre du temps et agir vite. C’était quand même bizarre de se faire attaquer alors que sa mission était normalement secrète! Il vit alors un nouveau groupe de Kull le chercher dans le marécage ou avait ramper Eragon. Quelle poisse ! Pensa t’il avant de se soigner la jambe lorsque soudain , un des Kull s’effrondra au sol après avoir encaisser une flèches en pleine tête !

Les créatures se mirent alors à se disperser et à courir un peu partout, quand à Eragon , il se mis à ramper vers le Kull toucher puis observa la flèches qu’il avait dans le crâne, visiblement c’était une flèches elfiques...
Revenir en haut Aller en bas
avatarHellah



Féminin
Nombre de messages : 387
Age : 22
Race : Elfe
Armes : Une rapiére elfique nommée Felagund deux poignads Illya & Faëra, un arc,carquois remplis de 50 fléches et sa magie
Ville : Bon
Date d'inscription : 24/02/2008

Feuille de personnage
Song thème:
Relation(s): C'est Novembre dehors, le soleil est blanc et glacé, c'est Novembre dans mon corps et mon coeur est vide et lassé de tous les signes de la vie autour de toi alors j'emmure mes sentiments pour qu'hiberne ce qui reste d'amour, que je renaisse le jour où tes doigts reviendront caresser mes joues jusqu'au sang. Il faudra bien que ce soit à ce point pour me faire oublier toutes ces saisons, du cauchemar de notre séparation ; mon dieu, Eragon, dis-moi que tu n'iras plus jamais si loin. Et si les mots sont les mêmes, je te dirais je t'aime ♥ Islanzadi ma tante qui m'a acceuillit près d'elle et m'a enfin permis d'être. À Calia, mon amie disparue, ma soeur, celle qui restera toujours à l'intérieur de mon coeur et qui continura d'y vivre, par-delà sa mort. Helen & Will ♥

MessageSujet: Re: Chapitre 3: Le dragonnier & l'elfe   Dim 9 Mai - 16:46

Cela faisait quelques jours déjà qu'Hellah suivait le Dragonnier à son insu. La première chose qu'elle avait faite après avoir quittée la cabane du jeune homme ? Et bien elle s'était empressée de prendre des vivres qu'elle avait placée sur sa monture et était partie à sa suite, sans qu'il ne s'en aperçoive. Ce qui était pratique, c'est qu'Alhem était déjà prête pour partir, puisqu'elle ne l'avait pas déchargée en arrivant, il faut dire qu'elle avait eu d'autres préoccupations et au final, cela c'était révélé plutôt comme une bonne chose. Certes, elle regrettait que sa jument n'eut pas eu le temps de se reposer comme elle le méritait, mais elle saurait se faire pardonner plus tard. C'est ainsi qu'elle avait quittée le DuWeldenvarden, sans passer au palais d'Islanzadi, mais en ayant chargé un elfe de lui transmettre un message comme quoi elle repartait sur les routes pendant quelques semaines. Elle espérait seulement que sa tante ne se fasse pas trop de soucis à son encontre, elle lui parlait si peu souvent ces derniers temps ... mais là encore, elle rattraperait le temps perdu en temps et en heure. Comment Eragon avait-il pu imaginer une seule seconde qu'elle le laisserait partir seul ? Elle aurait pu en être vexée si elle n'avait pas pris sa "filature" très au sérieux. Elle avait peur qu'il la repére et décide de lui fausser compagnie. Cependant, cela n'arriva pas. La discrétion d'Hellah était on ne peu plus performante. Combien de fois cependant, sa détermination fut mise à l'épreuve ? Elle n'avait qu'une seule envie, se retrouver près de lui et lui parler, le taquiner ... le toucher. Plus d'une fois elle avait du s'interdir de lui révéler sa présence. Et puis, pour ce qui était de l'instant, il se débrouillait plutôt bien tous seul. C'est pourquoi, douloureusement, elle se contentait de l'observer de loin et prendre son mal en patience.

Ce qui l'intriguait, très secondairement, c'était la quête qui avait été confiée à Eragon. Avant son départ, il ne lui en avait pas parlé ... c'est pourquoi elle ne savait pas en quoi cette quête consistait. Elle se rappelait simplement l'avoir entendu parler d'un objet important, rien de plus. Mais pour ce qui était de deviner ce que ça pouvait bien être ... Hellah n'en avait pas la moindre petite idée. Beaucoup de choses sont importantes de nos jours, les discerner prendraient bien trop de temps. Et malgré ses observations minutieuses, elle n'arrivait pas à mettre le doigt dessus. Alors qu'elle réfléchissait, sa monture émit un écart sur le côté et Hellah sortie de sa rêverie pour se pencher et d'une main douce, caressa son encolure pour l'apaiser. Elle parla doucement dans sa langue maternelle ;
« Je sais que tu es fatiguée ma belle, mais je te promet que nous aurons une pause bientôt ... » Elle sentait les genoux d'Alhem trembler sous elle, c'est pourquoi, après un petit moment, elle descendit souplement de sa scelle et prit le lourd sac qu'elle avait attachée à sa monture, n'y laissant que ses armes. Cela soulagerait Alhem, considérablement. Pourquoi faisait-elle cela ? Et bien tout simplement parce que pour elle, Alhem n'était pas qu'une simple jument, un simple âne qui portait ses affaires. C'était une camarade. Et elle avait beaucoup d'affection pour elle pour la simple et bonne raison qu'elle l'avait accompagnée partout où elle allait. C'était un esprit d'équipe et de franche camaraderie. Chacun son tour en somme, bien qu'elle ne pouvait pas être capable de la porter non plus. « Courage Alhem. Nous n'en avons pas encore pour longtemps. » termina-t-elle avec un petit sourire. Regardant droit devant elle, la jeune elfe chercha un instant la silhouette lointaine d'Eragon. Sa vue développée le détecta, plus loin, avançant d'un bon rythme et avec un petit soupir, elle rajusta le sac sur son épaule et prit la bride de sa jument pour la tirer en avant.

Hellah avait longuement hésitée à faire une pause près du Ninor .... cependant, elle ne pu le refuser à sa monture et la laissa donc s'y abreuver tandis qu'elle voyait en contrebas, Eragon faire de même. Elle resta dissimulée derrière le peu d'arbuste qui s'y trouvait et profita elle-même de l'arrêt pour passer de l'eau sur son beau visage, noirci par le voyage. Se rafraichissant, elle plaqua ses longs cheveux bruns en arrière, avant de se redresser. Elle ne savait pas ce que comptait faire le jeune dragonnier pour l'instant, cependant, elle sentait la fatigue poindre et voyant que le midi était déjà plutôt avancé, elle ne pensait pas qu'il irait tout de suite en ville, non elle le connaissait tout de même un peu, il s'accorderait un petit temps de repos d'abords. C'est pourquoi, cédant au tremblement de ses jambes, Hellah prit la couverture laissée sur sa monture et s'installant sur le sol, elle retira sa cape de voyage, révélant une tunique sombre et un pantalon noire, souple s'accordant à sa fine silhouette, qu'elle dissimula sous sa couverture et roulant en boule son vêtement, elle s'en servit comme oreiller avant de s'allonger. Elle garda longuement les yeux ouverts, craignant qu'Eragon ne parte alors qu'elle dormait, puis au bout d'un petit instant, elle laissa sa fatigue engourdir ses membres, et le sommeil la gagner.

Ce fut le silence pesant qui la réveilla. Trop grand silence. À peine eut-elle ouverts les yeux que l'inquiétude la saisit à l'estomac et elle se redressa brusquement pour voir où était le jeune dragonnier. Lorsqu'elle ne le vit pas à l'endroit où il devait normalement se trouver, une boule se forma dans sa gorge et les prunelles océanique de la demoiselle balayèrent les environs, sans rien y voir d'autre que le paysage. * Et merde * Elle replia sa couverture qu'elle installa sur Alhem et jetant les restes de sa pomme dans son sac à provision, elle monta en scelle avec habilité et mit Alhem à la course. La première ville dans les environs n'était autre que Daret. C'est pourquoi sans grande hésitation, elle se dirigea vers la ville. La nuit commençait à tomber lorsqu'elle entendit des bruits de combats et elle remarqua avec horreur qu'une horde de Kull s'acharnait sur le dragonnier qui en avait déjà mis plus d'un à terre. Cependant, une flèche vint se loger dans la cuisse du jeune homme et Hellah vit une nouvelle vague de Kull s'élever. Réagissant à un pur réflexe, elle s'empara de son arc en bois de noisetier chanté par son tuteur, Elidabomb et encocha une flèche avec aisance, prenant à peine le temps de viser que le trait lui échappa et fila dans l'air. L'une des silhouettes tomba au sol, mais déjà Hellah encochait des nouvelles flèches. Vu leur nombre, elle ne pouvait pas tous les abattre, un par un. C'est pourquoi bientôt, une nouvelle volée de flèche fila dans l'air nocturne. Chacune trouva sa cible. Et bientôt, il ne restait que des cadavres autour du dragonnier.

Hellah baissa son arc un instant et vérifia qu'aucune menace n'était encore présente avant de siffler sa monture qui la suivit au trot jusqu'au jeune dragonnier. Le voyant toujours à terre, une teinte d'inquiètude alluma son regard et elle se pencha vers lui, lui demandant, anxieuse ;
« Est-ce que ça va ? » Elle posa ses prunelles azur sur lui, attendant une réponse positive de sa part ... sans penser un seul instant qu'elle aurait peut-être mieux fait de rester en arrière et garder sa discrétion.
Revenir en haut Aller en bas
avatarEragon
Membre du Staff


Masculin
Nombre de messages : 2848
Age : 34
Race : Dragonnier/Humain
Armes : Epée/Arc/Magie
Ville : Bien
Date d'inscription : 12/03/2006

Feuille de personnage
Song thème: Hurricane 30 s to mars
Relation(s):

MessageSujet: Re: Chapitre 3: Le dragonnier & l'elfe   Dim 9 Mai - 18:25

Plusieurs flèches fusèrent dans tous les sens sur les Kull qui tomber les un après les autres. Visiblement la personne qui décocher les flèches était un alliés et tant mieux! Malgré cela Eragon resta vigilant, il attrapa lui même sont arc et décocha quelques flèches sur quelques Kull avant de diriger sont arc vers l’endroit ou il penser que l’autre personnages se trouvait. Allonger sur le ventre au sol il attendit immobile puis pointa sa flèches vers la personne qui approcher...

Une voix familières lui vint au oreilles, il fronça les sourcils puis lâcha sont arc avant de se mettre debout pour courire vers l’alliés avant de s’écrier.

"Hellah? Qu’est-ce que tu fait ici? Comment tu à sus ou j’étais?"


Arrivant devant elle il laissa une pulsion le guider, il empoigna l’elfe légère et fine par la taille et la souleva légèrement du sol en la faisant tourbillonné comme si il était en train de danser. Lorsqu’il la reposa au sol il l’embrassa fougueusement sur les lèvres avant de passer une de ses mains dans ses long cheveux. Se demandant ce qui lui arriver Eragon sembla soudain perplexe et perdue dans ses agissements. Qu’aller t’elle penser de lui si il agissait comme un amant éperdue d’amour pour elle alors qu’il n’était rien en ce moment mise à part un amis peut être. Il croisa alors le regard de l’elfe et sembla mal à l’aise pour la première fois de sa vie devant Hellah. Il s’éclaircie alors bruyamment la gorge puis se remis à parler:

"Merci, ton aide à été précieuse..."

Il jeta un regard au sol puis observa les pieds de l’elfe avant de remonter doucement vers sont visage pour fixer finalement ses yeux de manières intensive. Pourquoi avait t’il agit ainsi il avait sus sans vouloir le savoir lorsqu’il l’avait embrasser puis comme quelques fois les mots était dur à prononcer il essaya de mêler sont esprit à celui de l’elfe pour communiquer des paroles difficile.

"Désolé, t’es lèvres mon manqué...Et tu ma manqué espèce de petite fouineuse! "

Il dit alors d’une voix sonore cette fois:
"Depuis quand fouine tu dans mes affaires?"

Malgré cela il avait le sourire,Elle l’avait suivit et il était heureux de ne pas être seul. Il avait était seul trop longtemps et il y avait longtemps qu’il avait décider qu’il fallait que cela change! Soudain une nouvelle flèches siffla au oreilles de l’elfe et Eragon lui pris aussitôt la main en se mettant à courir vers les profondeurs du marécages.

"Viens! Il faut se dépêcher de traverser ce marécage !"
Revenir en haut Aller en bas
avatarHellah



Féminin
Nombre de messages : 387
Age : 22
Race : Elfe
Armes : Une rapiére elfique nommée Felagund deux poignads Illya & Faëra, un arc,carquois remplis de 50 fléches et sa magie
Ville : Bon
Date d'inscription : 24/02/2008

Feuille de personnage
Song thème:
Relation(s): C'est Novembre dehors, le soleil est blanc et glacé, c'est Novembre dans mon corps et mon coeur est vide et lassé de tous les signes de la vie autour de toi alors j'emmure mes sentiments pour qu'hiberne ce qui reste d'amour, que je renaisse le jour où tes doigts reviendront caresser mes joues jusqu'au sang. Il faudra bien que ce soit à ce point pour me faire oublier toutes ces saisons, du cauchemar de notre séparation ; mon dieu, Eragon, dis-moi que tu n'iras plus jamais si loin. Et si les mots sont les mêmes, je te dirais je t'aime ♥ Islanzadi ma tante qui m'a acceuillit près d'elle et m'a enfin permis d'être. À Calia, mon amie disparue, ma soeur, celle qui restera toujours à l'intérieur de mon coeur et qui continura d'y vivre, par-delà sa mort. Helen & Will ♥

MessageSujet: Re: Chapitre 3: Le dragonnier & l'elfe   Lun 10 Mai - 20:30

Avec horreur, Hellah vit une flèche atteindre la cuisse du dragonnier et sans avoir besoin de réfléchir, son geste fut réflexe, elle attrapa rapidement son arc en bois de noisetier et encocha une flèche, sans prendre la peine de viser. Déjà celle-ci se fichait dans la tête du Kull qui s'effondra sur le sol avec lourdeur. Mais, il n'avait pas déjà atteint la terre que l'elfe avait déjà encochée de nouvelles flèches et laissait les traits filés dans l'air, chacun atteignant leur cible, qui tombaient vaincues, l'une après l'autre. Lorsque toutes les silhouettes furent à terre, Hellah baissa son arc, l'estomac serré par l'inquiétude et lorsqu'elle vit Eragon au sol, cela ne s'arrangea pas. Elle posa son arc sur la scelle d'Alhem et d'un sifflement lui enjoignit de la suivre alors qu'elle courait en direction du jeune homme qui se relevait rapidement, ce qui eu le bonheur de soulager Hellah. Elle lui demanda comment il allait et se dernier, la reconnaissant, vint à sa rencontre en s'exclamant de quelques mots, auxquelles elle n'eut pas le temps de répondre. En effet, à peine fut-elle arrivée à ses côtés qu'il l'empoigna fermement par la taille, la prenant visiblement au dépourvue et la fit tourbillonner un instant autour de lui, et le coeur de la demoiselle s'accéléra subitement. Cependant, il sembla s'arrêter complètement lorsqu'elle sentie les douces lèvres du dragonnier s'installer sur les siennes, puis repartir subitement, à la chamade. Sans en prendre réellement conscience et se laissant enivrer par la caresse qu'il lui prodigua dans sa chevelure brune, elle approfondie leur échange en s'approchant un peu plus du jeune homme, laissant la joie et le bonheur de l'avoir près d'elle l'envahir. Cependant, elle reprit rapidement ses esprits et écarta son visage du sien, alors qu'il s'éloignait, visiblement gêné par sa réaction. Cela se démontrait par le raclement de gorge et le regard baissé qu'il affichait, il semblerait qu'il ne souhaitait pas recroiser son regard interrogatif pour l'instant. Dans un sens, ça arrangeait Hellah, qui ne savait même pas pourquoi elle c'était laissée aller à cette ... pulsion ? Jamais encore ils ne c'étaient embrassés de la sorte. Certes il y avait eu quelques baisers échangés, mais ce n'était que de petits rien ... alors que là, c'était clairement différent. Il rompit le silence soudain en la remerciant et Hellah hocha la tête, l'air de dire que cela n'était rien.

Il regardait ses bottes. À croire que celles-ci étaient d'un intérêt soudain inestimable car il ne releva pas la tête pendant un petit instant ce qui commençat à gêner Hellah ... ce qui la gênait c'était justement de le voir gêné ... il n'y avait jamais eu de "malaise" entre eux et voilà qu'ils rougissaient presque comme deux adolescents. Elle s'agaçait elle-même de réagir comme ça, ce n'était pas dans ses habitudes, elle n'était pas si ... émotive, habituellement elle n'avait jamais besoin de l'être alors que là ... encore une fois c'était étrangement différent, comme une chose à laquelle elle n'avait jamais réellement touchée et qui semblait guetter la moindre baisse de ses défenses pour se saisir de ses sentiments ce qui était à la fois effrayant et ... terrifiant. Elle sentie un frôlement près de son esprit et se raidit un moment avant de reconnaître celui d'Eragon et non sans réticence - elle l'était toujours lorsqu'elle devait mêler son esprit à celui d'un autre - elle abaissa sa barrière et le laissa se mêler à son esprit. * Désolé, t’es lèvres mon manqué... Et tu ma manqué espèce de petite fouineuse ! * Hellah ne pu s'empêcher de sourire et à la limite de l'insolence, elle lui fit un clin d'oeil malicieux qui lui vallut un regard indéchiffrable du jeune homme. Il enchaîna sur une nouvelle phrase et Hellah éclata de rire, comme si elle avait besoin de fouiner ! Elle haussa négligement les épaules et répondit ;
« Qui à parler de fouiner dans des affaires ? Je n'ai pas eu à le faire, tu me vexe sérieusement là ! Je n'ai eu qu'a te suivre, tous simplement. » Elle lui fit un sourire à la limite de l'innocence, qu'il lui rendit de bonne foi. « Tu m'as manqué aussi » ajouta-t-elle après quelques secondes, orsque soudainement de nouvelles flèches firent leur apparition et Hellah se braqua, le corps tendu à l'extrême. Après une petite hésitation, elle mêla son esprit à celui de sa monture et la regardant droit dans les yeux elle lui intima * pars te dissimuler dans la forêt, je te retrouverais dès que possible, mais ne m'attends pas * docile, Alhem partie au triple galop vers le couvert des arbres au loin, et Hellah sentie la main d'Eragon saisir la sienne et l'entrainer dans les marécages. Précautionneuse, Hellah porta Felagund dans son dos pour ne pas la salir et suivit le jeune homme rapidement, ses bottes s'enfonçant dans la boue, jusqu'à son genoux, engloutissant ses pas et ralentissant sa course.

Elle entendait parfaitement la course de leur poursuivants et l'agacement s'accentuait. Elle voulait aller plus vite, mais n'y arrivait pas et avait la désagréable impression de ralentir le jeune homme qui on ne sait comment, avançait bien plus facilement qu'elle. Après un rapide coup d'oeil dans sa direction, elle nota qu'il élevait les genoux bien plus hauts qu'elle et elle l'imita, prenant de l'aisance au fur et à mesure. Cependant, alors qu'elle se dépêchait, sa botte resta un petit peu trop longtemps coincée dans la vase et une flèche l'atteignit derrière la cuisse et Hellah étouffa une plainte qui aurait vallut l'inquiétude d'Eragon s'il s'en était aperçu. Elle lâcha précipitemment sa main et jeta un regard inquiet en arrière et lança à son intention
« Continu, je ne fais que te ralentir ! Dépêche-toi ! » Elle ne su pas s'il l'écouta cependant, elle déchira violemment le bas de sa tunique et leva sa paume qui s'allumait d'un éclat émeraude et murmura « Skölir ! » Bouclier. Aussitôt, une barrière se monta entre les traits et elle et boitillant légèrement, elle retira d'un geste brusque la flèche qui avait transpercée sa cuisse et enroula la plaie sanguinolente, sommairement. Elle les entendait se rapprocher c'est pourquoi, elle reprit sa progression aussi vite que possible ...
Revenir en haut Aller en bas
avatarEragon
Membre du Staff


Masculin
Nombre de messages : 2848
Age : 34
Race : Dragonnier/Humain
Armes : Epée/Arc/Magie
Ville : Bien
Date d'inscription : 12/03/2006

Feuille de personnage
Song thème: Hurricane 30 s to mars
Relation(s):

MessageSujet: Re: Chapitre 3: Le dragonnier & l'elfe   Dim 30 Mai - 21:37

Eragon vit Hellah courir derrière, mais quelques choses sembla la freiner dans sa course. Soudain elle dit au dragonnier de partir devant car elle le ralentissais. Eragon ne bougea pas d'un pouce puis observa l'elfe produire un bouclier. N'hésitant pas une seule seconde, il se plaça juste à coté de la jeune femme puis chercha sont arc accrocher à sont dos. Lorsqu'il sentit le bois entre ses doigts il le tira puis attrapa une flèches pour préparer un trait vers les nombreux ennemie qui foncer sur eux.
Flishhhhhhh une première flèches passa à coté d'un ennemie puis d'un deuxième et transperça finalement une cible tout au loin.
Le dragonnier tenta de décocher des flèches aussi vite que possible mais il n'était pas aussi rapide qu'un elfe.

-"Ils sont trop nombreux! Soigne toi ce qui te gène et partons ! Ils arrivent! "


Eragon attacha sont arc rapidement à sont buste puis attendit Hellah en attrapant sa main ou sa marque de dragonnier brilla contre la peau blanche de la jeune femme. Il lui transmit une bonne dose de sont énergie puis il l'entraîna donc vers les marécages de plus en plus profond. Aussitôt il sentit que l'air devint nauséabond, la couleur verdâtre des plantes le répugna alors bizarrement. Il fit quelques sauts sur les bout de roches qui baigner dans le marécages et se douta que Hellah devait en faire autant et suivre le mouvement.
Il manqua plusieurs fois de tomber dans l'eau mais parvint de justesse à chaque fois à reprendre l'équilibre.

-"Je vais me casser la gueule dans l'eau dégueux si sa continue, y'a de moins en moins de rocher pour avancer..."


Il jeta un coup d'oeil devant en voyant les rochers de plus en plus petit, il espérais que cela dissuaderais les ennemies de les suivre. L'eau dégagea un parfum de plus en plus étranges qui éveilla quelques choses d'étrange dans l'esprit du dragonnier.

-"J'ai l'impression que y'a quelques choses dans l'eau...Regarde bien..."

Lui intima le jeune homme en se penchant un peu pour mieux observer le liquide verdâtre qui les entourer tout autour. Techniquement c'était impossible que des créatures vivent dans ce liquide si vaseux et si nauséabond. Une légère bosse rompit la ligne du marécage tendit que le dragonnier continua de sautiller sur les petit rocher pour continuer à avancer. Soudain quelques choses sauta hors de l'eau devant lui et il se mis alors à crier de surprise.
-"Haaaaaa!!! "
Il se calma rapidement de manières honteuse en remarquant que la choses n'était qu'en faite un crapaud qui avait fait un saut devant lui. Il se mis même à rire un peu en ne remarquant pas que quelques choses sembla faire trembler l'eau de nouveau...

-"C'était juste un crapaud! Héhéhé!! Hey ! J'y pense nous ne sommes plus très loin de l'objet que je doit trouver! On ferait de mieux de se dépêcher, je ne sais pas si les stupides kull peuvent nous suivre dans ce marécage! "


Un nouveau petit saut le fit atterrir sur un nouveau rocher mais cette fois quelques choses l'empécha de continuer, il observa sont pied et vis avec horreur qu'une main lui avait saisit le tibias. Eragon attrapa aussitôt sa dague puis coupa la main avant de voir quelques choses surgir hors de l'eau. De grandes formes surgir tout autour et Eragon compris que les kull avait réussie à les rattraper mais en nageant dans le marécage.

-"Ce sont eux ! Ils sont sous l'eau ! Vite! Brisingr ! "
Une jet de flamme bleu embrasa complètement un des Kull devant eux tendit qu'il repris la mains de Hellah pour l'emmener avec lui vers la sortie du marécage, du moins il l'ésperait.
Les kull semblait patauger dans le marécage et se déplacer avec difficultés. Au bout de quelques minutes il sentit la terre ferme refaire sont apparition sous sont pieds. Il se mis à courir vers une sorte de grotte puis récita quelques choses en ancien langage devant une paroi.
-C'est la grotte indiquer!
Sa marque de dragonnier brilla puis une brèches s'ouvrit et Eragon demanda aussitôt à Hellah d'entré.
-"Vas y je te suit! "

En passant dans le minuscule trou il accéda à une grande pièce avec des symboles gravés sur les murs. Au centre de la pièces un sablier était poser sur une petite table en or.
-"Cela ressemble à l'objet convoités..."Informa Eragon avant de retenir Hellah qui s'apprêter à avancer vers l'objet.
-"Attend..."
Il attrapa sont poignard et le jeta à quelques centimètres devant la table. Aussitôt des cordes très fine se mirent à apparaître dans toutes la pièces.
-"C'est bourrés de pièges! Je ne pourrais jamais traverser jusqu'au sablier sans toucher une cordelettes! Je suis loin d'etre aussi habile...En revanche toi...Te sent tu capable de parcourir toute la pièce sans rien toucher?"

Il n'aimait pas du tout devoir se reposer sur l'elfe mais il n'avait pas le choix, sont corps fin et svelte pourrais habilement se glisser entre les cordelettes sans les toucher jusqu'a atteindre le sablier d'or.
-"Il te faudra enlever tout ce qui pourrais toucher les cordes, ta ceintures,t'es armes,t'es bijoux et il faudra que tu enlèves les vêtements trop larges qui pourrait pende. Il ne faut rien laisser tomber non plus et vider t'es poches... "
Revenir en haut Aller en bas
avatarHellah



Féminin
Nombre de messages : 387
Age : 22
Race : Elfe
Armes : Une rapiére elfique nommée Felagund deux poignads Illya & Faëra, un arc,carquois remplis de 50 fléches et sa magie
Ville : Bon
Date d'inscription : 24/02/2008

Feuille de personnage
Song thème:
Relation(s): C'est Novembre dehors, le soleil est blanc et glacé, c'est Novembre dans mon corps et mon coeur est vide et lassé de tous les signes de la vie autour de toi alors j'emmure mes sentiments pour qu'hiberne ce qui reste d'amour, que je renaisse le jour où tes doigts reviendront caresser mes joues jusqu'au sang. Il faudra bien que ce soit à ce point pour me faire oublier toutes ces saisons, du cauchemar de notre séparation ; mon dieu, Eragon, dis-moi que tu n'iras plus jamais si loin. Et si les mots sont les mêmes, je te dirais je t'aime ♥ Islanzadi ma tante qui m'a acceuillit près d'elle et m'a enfin permis d'être. À Calia, mon amie disparue, ma soeur, celle qui restera toujours à l'intérieur de mon coeur et qui continura d'y vivre, par-delà sa mort. Helen & Will ♥

MessageSujet: Re: Chapitre 3: Le dragonnier & l'elfe   Lun 12 Juil - 16:49

Hellah sentait dans sa poitrine son coeur battre la chamade tandis qu'elle faisait des efforts incontestables pour suivre le jeune dragonnier. Cependant, elle n'arrivait pas à défaire aussi facilement qu'il semblait le faire, ses bottes de la boue qui lui atteignait le bas des cuisses. Qu'elle idée de traverser ainsi un marécage aussi ? Ils n'étaient pas "équipés" pour cela et à cet instant, Hellah avait plus l'impression d'être un poids pour le jeune homme plutôt qu'un coup de pouce. Bientôt, alors qu'elle cherchait vainement à poursuivre sa course, elle ne fut pas assez rapide et une flèche l'atteignit lui tirant une vive douleur qu'elle traduit en une plainte étouffée. La douleur enfla dans le muscle de sa cuisse, vive et brûlante. Hellah s'empressa de lâcher la main d'Eragon et dressa un bouclier autour d'elle pour empêcher les traits de l'atteindre alors qu'elle enjoignait au dragonnier de partir sans elle, puisqu'elle ne lui était pas d'une grande utilité. Elle aurait aimée qu'il lui obéisse, pour une fois, seulement ce ne fut pas le cas. Il resta immobile un instant, alors qu'elle s'occupait rapidement de la flèche qui l'avait transpercée en l'arrachant sèchement de sa jambe. Elle ne voulait pas gaspiller son énergie en se soignant avec la magie, ce pourquoi elle commença tout en boitillant rapidement vers l'avant à entourer son membre blessé d'un morceau de tunique pour arrêter le flot de sang qui s'en échappait. Mais brusquement, alors qu'il lui disait de se soigner, il lui prit la main et Hellah ressentie une forte décharge la traverser et la magie s'opéra d'elle-même. La douleur reflua instantanément et elle pu se tenir debout, en pleine forme. D'un regard elle le remercia et rapidement, ils reprirent leurs routes, mains dans la mains. Côté stratégie, ce n'était pas bien pratique il fallait l'admettre, mais il ne semblait plus vouloir l'abandonner derrière lui. Comme s'il avait peur qu'elle se perde.

Hellah se montra de plus en plus habile dans sa démarche. Ses bottes avaient beau s'enfoncer profondément dans la vase, elle avait adoptée une posture plus favorable à la vitesse. Même si elle appréciait peu devoir patauger là-dedans, elle avait beau être une guerrière incontestée, elle n'en restait pas moins une femme qui se demandait quand elle allait pour nettoyer tout ça et se laver elle-même, avec le feu qu'ils avaient aux fesses. Bientôt, des rochers firent leurs apparitions, ce qui soulagea Hellah, plus apte à sautiller de pierre en pierre que de résister à la vase. Celle-ci était restée sur son pantalon et sur ses bottes, menaçant de la faire glisser d'un moment à l'autre, à l'instar d'Eragon qui faillit trébucher de nombreuses fois. Dans son dos, elle posait un regard attentif à ce qu'il ne tombe pas ... d'où lui venait cet instinct préservateur ? Bonne question, il y a quelques semaines, elle l'aurait sûrement jetée elle-même dans le marécage, juste pour le plaisir de le voir vociférer, mais à présent ... disons qu'elle n'avait pas envie que les Kulls lui tombent dessus. Elle savait que ce genre de bête pouvait être lourde, dans tout les sens du terme. Suite à sa remarque sur les rochers, Hellah regarda par-dessus son épaule pour constater qu'en effet, ceux-ci rétrécissait au fur à mesure que la progression s'établissait. Ce qui ne serait sans doute pas un problème pour elle, l'était pour lui. Lorsqu'elle se tourna vers Eragon celui-ci regardait fixement l'eau ... il cherchait son reflet ou quoi ? Hellah n'avait qu'une envie, poursuivre son chemin, cependant le dragonnier s'agenouilla un instant, comme perdu dans ses pensées et Hellah se serait donnée une joie de lui en collée deux pour les lui remettre en place ; après tout n'étaient-ils pas censés semer leur poursuivants au lieu de les attendre, comme ils le faisaient ? Soudainement, Hellah porta la main à sa ceinture en notant un mouvement à la limite de sa périphérie, prête à dégainer sa dague lorsque ... un crapaud émergea tirant une exclamation d'Eragon qui faillit perdre équilibre. Hellah qui c'était tendue à l'extrême leva les yeux au ciel en murmurant pour elle-même « Abrutis ! » Cela lui avait causée plus de peur qu'elle n'aurait voulut l'admettre, sûrement pour cela que son humeur changea radicalement pour se faire massacrante. Quant au dragonnier, il éclata de rire alors que l'eau semblait trembler à nouveau, sauf que cette fois-ci Hellah n'y prêta pas la moindre attention, persuadée qu'un autre batracien était prêt à surgir de l'eau. Lorsqu'il se releva parlant de sa quête, Hellah répliqua « L'objet que tu dois trouvé ? Mais quel est-il bon sang ? » fit-elle en le suivant, limite en lui passant devant, avec mauvaise humeur. Sans qu'elle ne s'en rendisse compte, une main s'accrocha à la cheville de son compagnon et Hellah poursuivit sa route, sautillant de rocher en rocher avec souplesse. Ce ne fut que lorsque Eragon cria qu'elle se retourna pour le voir courir vers elle, lançant un sort derrière lui ... Affolée, elle se laissa saisir la main du jeune homme qui l'entraîna, la sortant de sa stupeur. Les flammes commençaient déjà à monter alors que les Kulls tentaient de s'en sortir tant bien que mal ... elle ne fit rien de plus, sachant parfaitement qu'ils ne s'en tireraient pas, bien trop gênés par leur masse. Bien que l'envie de leur briser les jambes était tentante. Sadique ? Non pas du tout.

Elle suivit Eragon se démenant dans ses vêtements qui lui collait au corps à cause de la vase. Avant même qu'il ne la désigne, Hellah savait déjà qu'elle était la destination. La grotte. Elle grimaça de mécontentement et ne pu s'empêcher de ralentir légèrement le forçant presque à faire de même. Elle détestait purement et simplement cela. Cela lui faisait penser à une bouche béante qui ne cherchait qu'une chose ; l'avaler. C'est pourquoi elle ne dormait jamais à l'intérieur, il aurait pu pleuvoir des cordes, elle aurait préférée être sous la pluie plutôt qu'à l'intérieur d'une grotte. En même temps, inutile d'être surpris, c'était une elfe. Et avec un esprit aussi libre et aussi appréciateur d'espace que le sien, il n'était pas étonnant qu'elle favorise les nuits à la belle étoile. Enfin bref, cela elle n'eut pas le temps de le dire au jeune dragonnier qui la somma tous simplement de passer devant lui, comme si la galanterie avait encore ces usages ... Avec réticences, elle passa devant lui, les dents serrées et pénétra la première dans la cavité. Ils accédèrent à une pièce remplit de symboles divers. Il y en avait tellement que cela pouvait donner le tournis. Ce qui attirait d'avantage l'attention, c'était cette table en or au centre de la pièce, où se trouvait un minuscule sablier ... « Tout ça pour ça ! » lâcha la jeune elfe avec dédain. Bon il est vrai qu'un rien pouvait bousculer les choses et ce sablier devait avoir suffisamment de valeur pour qu'Eragon vienne le chercher ici, il n'empêche qu'elle n'était juste pas dans des bonnes conditions pour apprécier le fait d'avoir trouvé ' l'objet convoîté ' comme disait le dragonnier. Elle ne voyait pas en quoi un sablier aussi petit pouvait être susceptible d'éveiller la convoitise de qui que ce soit ... Elle fit un pas en avant, comme pour aller se saisir de l'objet, lorsqu'Eragon la saisit par l'épaule avant de jeter une dague déclenchant tous les systèmes d'alarmes se trouvant dans la pièce ; un nombre incalculable de cordes. « Génial, tu n'as plus qu'à traverser sans rien toucher, bon courage ! » fit-elle avec ironie, sachant déjà ce qu'il allait lui demander. « Bien sûr que je peux traverser, si tu me le demandes si gentiement » poursuivit-elle toujours aussi cynique. Un sourire naquit sur son visage lorsqu'il poursuivit sur ses instructions et Hellah répliqua, sarcastique « Tu aimes donner des ordres où c'est juste pour le plaisir de me voir obéir ? » Ses yeux pétillèrent un instant de malice avant qu'elle n'obtempèrent sur ce qu'il venait de dire. De toute manière, la pudeur n'avait plus de droit sur elle depuis un moment et elle n'avait rien à dissimuler. C'est pourquoi elle retira en premier lieu le médaillon à laquelle elle tenait plus que tout et le confia au bon soin du dragonnier en disant ; « Je te confis ça, sois gentil, évite de le perdre, je t'en serais reconnaissante » dit-elle avec sérieux. C'était le seul bien qui lui restait de sa mère, elle préférait ne pas en vouloir à vie au jeune homme, pour cela. La jeune femme s'écarta légèrement de lui retirant sa ceinture et ses effets dont ses deux dagues Illya et Faëra. Puis sa longue rapière, qu'elle déposa avec le reste sur le sol, à ses pieds. Elle retira ensuite sa veste et commença à déboutonner les boutons de sa tunique qu'elle retira, faisant cascader ses longs cheveux bruns dans son dos dénudé. Elle fit ensuite glisser son pantalon le long de ses jambes tout en s'occupant de ses bottes, faisant deux pierres deux coups. Elle ne portait plus que ses sous-vêtements et sur ses reins, un tatouage mystérieux se détachait de sa peau hâlée. La jeune femme s'empara d'un lien de cuir qu'elle pensait inutile, mais qu'elle avait tout de même conservé et s'attacha solidement les cheveux en un chignon rendant son visage un peu plus sévère qu'à l'accoutumée. « Souhaite-moi bonne chance .. » lui dit-elle dans sa langue maternelle avant de regarder d'un air concentrée les liens qui lui barrait la route. Prenant une longue inspiration, elle s'estima heureuse d'être une elfe, mais aussi d'être encore plus agile que la normal. Effectuant une pirouette, elle fit passer souplement son corps au-dessus d'une corde avant d'abaisser son corps en une longue descente se terminant en un grand écart qui lui valut une légère grimace. Puis elle roula sur le sol avant de prendre appuis sur ses mains, effectuant une chandelle qui se transforma rapidement en poirier, ne tenant qu'à la force de ses bras et surtout, grâce à un équilibre peu commun. Elle contourna de nombreuse corde ainsi, mettant à profit sa souplesse, sa concentration et sa force. Bientôt, elle arrivait sans dommage près du sablier. C'est sûrement là qu'elle aurait dû maintenir son attention .. malheureusement, n'étant pas parfaite non, elle ne songea pas à un détail ; le fait que le sablier soit posé sur cette table n'était pas un hasard. « Facile et voilà le trava... » À peine eut-elle récupérée le sablier que l'entrée par laquelle ils avaient accédés aux lieux se refermait sur une énorme pierre sortie de nulle part. Point positif ? Toutes les cordes tombèrent d'un seul coup. Regardant Eragon, elle songea que décidément, ce ne serait pas ça qui le mettrait de bonne humeur ... Aïe ... La seule chose qu'elle pu dire à ce moment-là ce fut ... « Oops ... »
Revenir en haut Aller en bas
avatarEragon
Membre du Staff


Masculin
Nombre de messages : 2848
Age : 34
Race : Dragonnier/Humain
Armes : Epée/Arc/Magie
Ville : Bien
Date d'inscription : 12/03/2006

Feuille de personnage
Song thème: Hurricane 30 s to mars
Relation(s):

MessageSujet: Re: Chapitre 3: Le dragonnier & l'elfe   Lun 12 Juil - 18:23

Le souffle légèrement couper par la course l'empécha de parler pendant de bonnes minutes. Il avait demander à Hellah de se charger d'attraper le sablier minuscule sans rien activer un piége. Bizzarement elle accepta, de toutes façons ils n'avaient pas le choix.

"Te voir m'obéir est toujours un réel plaisir...."

Sont attention et ses yeux firent une halte sur l'elfe au moment ou celle-ci commença à déposer ses armes puis ses vêtements afin de se décharger le plus possible. Le souffle du dragonnier fut à nouveau coupé et il ne perdit rien du spéctacle. Sur sa bouche se dessina un sourire lorsque la peau de Hellah lui apparue. Il détailla l'elfe pendant quelques minutes puis remarqua un tatouage sur ses reins.

"J'adore ton tatouage ! Il ne manque plus que quelques lettres au dessus E.r.a.g.o.n. et ce seras parfait!"

Il attrapa le bijou que lui confia Hellah et le déposa dans une de ses poches avant de s'apercevoir que Hellah était prete.

"Pourquoi diable t'arrête tu en si bon chemins Hellah?" Lança t'il d'une voix joyeuse oubliant complétement sa mission à cet instant.

Visiblement l'elfe était concentrer, elle lui fit dos et observa les cordes qu'elle ne devait surtout pas toucher. Eragon sourit de nouveau en observant l'elfe dans toutes sa splendeur. Il pensa alors que ce n'est certainement pas lui qui pourrais se concentrer tout de suite.

"Hein??? Bonne chance oui!"

Lança t'il vaguement avant de voir la jeune femme se glisser entre les cordes pour atteindre le minuscule objet. Elle sembla faire une danse gracieuse que nul humains n'aurait sus effectuer. Il hocha alors la tête lorsqu'elle s'empara du sablier lorsque soudain un bruit sourd retentit et leurs bloqua la sortie. Le dragonnier fit une moue puis applaudit avant de s'approcher de Hellah avec ses vêtements et ses effets qu'il lui tendit.

"Ha c'est bien les femmes! Vous ne pouvez pas vous empécher de toucher les jolies choses! C'est malin maintenant qu'est-ce qu'on va faire?"

Il était arriver si prés de l'elfe que soudain un mal aise s'empara de lui. Elle était tellement peu habiller qu'il en perdait complétement sont latin. Il chipa alors des mains le sablier et fit dos à Hellah. A ce moment la le sablier sembla alors s'actionner...

"Qu'est-ce que? Ou à tu appuyer?" C'était la premiére fois qu'il parler à Hellah d'une vois aussi paniquer et cela l'effrayer lui même.
Un bruit strident retentit alors dans le temple et Eragon lacha aussitôt le sablier. Il ferma les yeux tellement le bruit était douleureux...Il repensa alors à la lecture de la lettre qu'il avait reçus et ses quelques mots qu'il avait mémorisé: "Ne jamais actionner l'objet! Et le toucher le moins possible avec les doigts."

Lorsqu'il rouvrit les yeux il remarqua que Hellah était toujours la mais que les deux compagnons n'était plus dans le temple...De grands arbres entourait une petite maison au sol ou un jardin était apparemment bien entretenu. Des fruits qu'il n'avait jamais vue était cultiver ici.Une voix retentit alors un peu plus loin, Eragon attrapa la main de Hellah et l'encouragea à se cacher comme lui derrière des feuillages du jardin.

"On dit que ce garçons ressemble beaucoup à sont père et qu'a eux trois avec ses parents ils font de réel miracles dans les villes de l'Alagaesia." Disait un homme vieux au oreilles de pointe à un semblable de sa race.
"C'est vrai, la Reine islanzadi se plait à dire que sa famille n'y est pas pour rien dans cette histoire."
"En effet, on dit que désormais l'alagaesia peut se reconstruire, et que le fils de Eragon et sont armée ont détruit la plupart des généraux qui voulait dominer le pays. C'est grâce à lui que les peuples ce sont rebellés!"
"Et le du Weldenvarden a t'il été libéré des ombres qui le gouverner?"
"Oui la semaine dernière, précisément d'après Linatael!"


Eragon sursauta en pensant qu'il avait mal entendue, il se tourna alors vers Hellah et croisa sont regard incrédule.
"C'est vieux fous sont complétement timbrés! Je n'ais jamais eux d'enfants! Et comment sommes nous arrivés ici?"
Ne tenant plus en place une minutes Eragon se leva et s'approcha des veillard.

"Qu'est-ce que vous conter comme idioties ? Le Du Weldenvarden n'a jamais était pris par des ombres ! et je...Et Eragon n'a jamais eux d'enfant!"
Personne ne lui répondit, c'était comme si on ne l'avait pas vue, qu'il était invisible.
"Hey Ho !!! Vous me répondez quand je vous parle? Hellah? Il ne me voyent pas j'ai l'impression,essaye de leurs parler..."
Revenir en haut Aller en bas
avatarHellah



Féminin
Nombre de messages : 387
Age : 22
Race : Elfe
Armes : Une rapiére elfique nommée Felagund deux poignads Illya & Faëra, un arc,carquois remplis de 50 fléches et sa magie
Ville : Bon
Date d'inscription : 24/02/2008

Feuille de personnage
Song thème:
Relation(s): C'est Novembre dehors, le soleil est blanc et glacé, c'est Novembre dans mon corps et mon coeur est vide et lassé de tous les signes de la vie autour de toi alors j'emmure mes sentiments pour qu'hiberne ce qui reste d'amour, que je renaisse le jour où tes doigts reviendront caresser mes joues jusqu'au sang. Il faudra bien que ce soit à ce point pour me faire oublier toutes ces saisons, du cauchemar de notre séparation ; mon dieu, Eragon, dis-moi que tu n'iras plus jamais si loin. Et si les mots sont les mêmes, je te dirais je t'aime ♥ Islanzadi ma tante qui m'a acceuillit près d'elle et m'a enfin permis d'être. À Calia, mon amie disparue, ma soeur, celle qui restera toujours à l'intérieur de mon coeur et qui continura d'y vivre, par-delà sa mort. Helen & Will ♥

MessageSujet: Re: Chapitre 3: Le dragonnier & l'elfe   Lun 12 Juil - 19:28

La remarque qu'il fit à l'égard de son tatouage eu pour effet un amusement non feint chez la jeune femme qui répondit « Lorsque je saurais comment le premier est apparus, je ferais en sorte que le second le rejoigne » plaisanta-t-elle, mettant à profit son humour avant de passer aux choses sérieuses. Il est vrai que le tatouage qui se trouvait au creu de ses reins, elle l'avait toujours eu et n'avait jamais su d'où il provenait. Elle n'avait pas la moindre idée de ce qu'il pouvait signifier non plus et à l'époque où elle vivait avec son tuteur, elle était encore bien trop jeune pour poser des questions existencielles comme celle-ci. « Je rajouterais forever pendant que j'y suis ! » Elle lui fit un clin d'oeil amusé avant de se diriger vers les cordes qui barraient l'accès au sablier. Il lui fallait à présent toute sa concentration, n'ayant aucune envie particulière de finir coincée parmi les nombreux liens qui se trouvait devant elle ... si la sentence était de se retrouver ligoté, évidemment, songea-t-elle, se serait bien le mieux qu'elle pouvait espérer si elle venait à se planter. La remarque que fit Eragon la tira un instant de sa réflexion et la fit sourire. Cependant, le moment n'était plus à l'amusement, il lui fallait à présent rester parfaitement concentrée. Après quelques acrobaties digne de ce nom, la jeune Drottnïng ne tarda pas à arriver au sablier. Sa mine était satisfaite, cependant elle rabaissa son attention. Ce fut une erreur. Pourtant, oh combien savait que les erreurs, ce n'était pas le style de Hellah. Elle se laissa cependant embarquer dans le piège, ne souhaitant que ramener son tribu au jeune dragonnier et sortir de cette grotte le plus rapidement possible ... À peine le petit sablier avait-il cessé d'être en contact avec la table d'or, qu'une immense pierre sortie de nulle part vint boucher la seule sortie, celle qu'ils avaient emprunter pour entrer. Hellah, l'objet à la main se figea instantanément ... à la fois horrifiée et nerveuse devant son manque de réflexion, elle ne pu que lâcher un " oops " qui restera dans les annales ! Applaudissant froidement, Eragon s'approcha avec ses vêtements, critiquant non seulement la gente féminine devant le geste stupide qu'elle venait d'effectuer, mais aussi lui reprochant tous simplement ce geste. « Parce que toi évidemment, tu aurais laisser ce sablier à sa place, en le fixant intensément jusqu'à ce qu'il atterisse tous seul dans tes poches, comme par magie ? Laisse-moi rire ! » ironisa-t-elle en reprenant ses vêtements d'un geste vif. Peut-être était-elle légèrement vexée par la mauvaise foi du jeune homme, mais elle préférait être désagréable plutôt que de l'avouer. Elle n'eut pas le temps d'envisager de se rhabiller que quelque chose d'étrange ce produisit avec dit objet de leur "dispute". Eragon paniqué lui posa une question avec tant de véhémence que Hellah ne pu plaisanter sur le sujet et très sérieuse répondit « Je n'aie rien fait ! Où veux-tu que j'appuie au juste ?! C'est un sablier pas une ... » Un bruit strident lui coupa la parole. Si strident que l'oreille sur-développée d'Hellah en souffrit atrocement. Une drôle d'impression la saisit soudainement, comme un crochet qui s'accrochait violemment à son nombril et l'entraînait en avant, puis le sol sembla se dérober sous ses pieds et le décor bascula.

L'herbe remplaça la terre sous ses pieds et Hellah sentie ses genoux se dérober alors que la gravité reprennait ses droits. Cependant, elle réussit à conserver son équilibre et ses vêtements toujours en main, comme s'ils avaient été la seule chose à laquelle elle avait pu se raccrocher, la jeune elfe regarda autour d'elle. Un soupir de soulagement lui échappa lorsqu'elle vit qu'Eragon était toujours près d'elle. La peur l'avait saisit un instant, qu'elle soit séparée de lui. Ce dernier la saisit par la main et l'encouragea à se cacher dans le feuillage. Alors qu'ils écoutaient la discussion des deux étranges personnages, Hellah s'habilla rapidement de sa tunique et de tous ce qu'elle avait retiré pour attraper ce foutu sablier. Lorsque quelque chose sembla la titiller dans la conversation que se déroulait ... Eragon .. un fils ? Elle posa un regard interrogateur sur le jeune homme qui semblait aussi interloqué qu'elle l'était. Hmm pour quelqu'un qui y est père, il n'avait pas l'air franchement au courant, songea-t-elle, et cette expression de pure ahurissement ne pouvait pas être feinte. Des ombres dans le DuWeldenvarden ? Mais qu'est-ce que c'était que c'est conneries ? Elle se redressa et contempla les deux étranges personnages ... où étaient-ils atterit encore ? Lorsque le dragonnier l'interrogea, Hellah haussa les épaules, n'étant pas plus avancée que lui « Je n'en aie pas la moindre idée... Et d'ailleurs "ici" c'est où ? » demanda-t-elle en jetant un nouveau regard autour d'elle, n'ayant pas la moindre idée de l'endroit où ils pouvaient se trouver. Le décor lui semblait à la fois familier et complètement étranger, c'était déroutant, comme sentiment.

Eragon sorti du couvert des arbres au bord de l'impatience et interpela les deux interlocuteurs qui ne semblèrent pas faire attention à lui ... comme s'il venait de parler au mur, en plus désagréable encore car les deux personnes n'avait pas même tiqués lorsqu'il avait prit la parole .. comme s'il n'était même pas intervenu. Hellah rejoignit Eragon et après un petit instant où elle observa les deux elfes avec attention, ses deux mains s'illuminèrent d'une lumière verte émeraude et la demoiselle lança en ancien langage « Que le voile se retire de leur regard ... » Après un petit instant où tout sembla se figer et où Hellah sentie une forte baisse d'énergie l'affaiblir suffisamment pour qu'elle se mette à vaciller sans pour autant qu'elle ne tombe. Elle n'avait pas prévu que cela soit si .. épuisant. Se concentrant, elle exigeait que ses genoux ne tremblent pas et qu'elle ne paraisse pas soudainement éreintée. Mais le résultat était là, soudainement les deux personnes se tournèrent vers eux alors qu'Hellah glissait sa main dans celle d'Eragon comme pour y rechercher un soutien, chose qu'elle ne se permettait pourtant jamais. Les deux elfes se levèrent brusquement et les saluèrent d'une révérence respectueuse qui laissa Hellah bouche bée

« Arget Lam, Hellah Svit-Kona ... »

Ne sachant pas réellement comment réagir et après avoir jetée un coup d'oeil à Eragon, elle répondit hésitante ; « Kveta fricai, reisa » je te salue ami, relève toi. Elle était toujours étonnée que les deux elfes, qui devait être bien plus âgé qu'elle, s'incline devant eux.

« Nous étions tous juste en train de parler des exploits de vous et votre fils lorsque ... »

La suite se perdit dans les méandre du pas du tout tandis qu'Hellah restait bloquée sur un seul morceau de phrase que la vieille femme venait de prononcer " vous et votre fils ..." QUOI ? Elle regarda confuse, Eragon avant de baisser les yeux l'elfe qui continuait de parler, sans qu'Hellah ne saisisse quoi que ce soit de ce qu'elle racontait. Après un petit effort, Hellah se concentra pour comprendre lorsque le vieil homme interrompit sa compagne pour dire ;


« Vous m'avez l'air épuisé ... souhaitez-vous que l'on vous héberge pour cette nuit ? Notre fils est parti il y a deux mois pour soutenir l'armée de votre fils, souhaitez vous prendre sa cabane pour ce soir ? »

Trop éberluée, Hellah ne répondit pas à la question du vieil homme, laissant ce plaisir a Eragon, qui ne devait pas en mener large non plus ...
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
Invité



MessageSujet: Re: Chapitre 3: Le dragonnier & l'elfe   Lun 12 Juil - 19:57

Un homme au long cheveux blond se dressa soudain derrière Eragon le dragonnier et Hellah l'elfe. L'homme était grand et fin, il avait une longue cape noir ou plusieurs minucules sabliers était accrochés. Cet homme avait pour nom Kulybro. Lorsqu'il se déplacé il n'était que brume blanche dans l'air. Il observa longuement le jeune homme brun tenter de communiquer avec les vieux elfes avant d'intervenir.

"Mes amies ce n'est pas la peine,Ils ne resteront pas bien ici longtemps..."


Eragon sembla alors vouloir dire quelques choses mais sa bouche ne s'ouvrit pas, ce fut alors Kulybro qui parla avec la voix d'Eragon:

"Qui est tu?"
"C'est ce que tu aller dire n'est pas Eragon?" ajouta t'il de sa propre voix cette fois. Il sortit soudain une dague et la déposa sous le menton de Hellah la femme elfes.
"C'est ce que tu aller faire n'est pas?"

"Je suis Kulybro le maître du temps...Ne pensez plus car ici vos pensés sont miennes. Eragon se demande en ce moment ou il est tendit que la jolie femme elfe cherche plutôt le moyen de me tuer...La réfexion et le combat, exellent cocktail. Mes amis, vous êtes dans le futur, le sablier choisit vos pensés,vos doutes et nous transporte dans un temps qui fut, qui est ou qui seras. Dans cette époque Eragon tu est le papounet d'un puissant jeune homme qui tue et tue encore plus que vous deux réunis. Une réel menace, moi même je me suis fait tuer par lui lors d'un de mes voyage dans l'avenir! Exellente réfléxion Eragon !
Notre cher dragonnier se demande si c'est sont avenir que l'on vois ici ou celui du tiens cher elfes...Cela fait maintenant un moment que j'essaye de vous liquider tous les deux afin de ne point me faire tuer dans l'avenir! Les illusions, les faux doubles tous sa c'était moi! D'ailleurs vous étiez hilarant avec vos doubles je me suis bien amusée! Eragon la double de Hellah allumeuse je pensais que tu en aurait profité! J'étais présent à chaques fois pour vous détruire mais cela n'a jamais fonctionner comme prévue! Alors puisque je ne peux m'attaquer au vieux je vais m'en prendre aux bambins! Bientot nous allons changer d'époques, et lorsque nous verrons Eragon junior je le tuerais et nous reprendrons notre vie d'avant! Tous le monde seras mieux ainsi!"


Il donna une grandes tappes dans le dos de Eragon puis disparus avant que l'époque ne change...
Revenir en haut Aller en bas
avatarEragon
Membre du Staff


Masculin
Nombre de messages : 2848
Age : 34
Race : Dragonnier/Humain
Armes : Epée/Arc/Magie
Ville : Bien
Date d'inscription : 12/03/2006

Feuille de personnage
Song thème: Hurricane 30 s to mars
Relation(s):

MessageSujet: Re: Chapitre 3: Le dragonnier & l'elfe   Lun 12 Juil - 20:31

Tout changea et un autre décor apparue sous les yeux du dragonnier. Il se demandait si tout cela était réel si tout cela n'était pas un rêve de plus.
Sa vision était devenue flou, lorsqu'il distinga de nouveau les contours du monde il observa un champ...Ce champ lui était familier, il se retourna alors et chercha Hellah.

"Je n'ais pas bien compris ce qui ce passe mais ne pense plus à rien, ni souvenirs ni questions rien...Cela ne devrait pas trop être compliquer pour toi...Il faut trouver un moyens de se débarrasser de ce type et vite, et surtout ne pas se préocuper de ce qu'il nous montre...Tout ceci n'est qu'illusions j'en suis certain!"

Soudain une voix sembla l'apeller, un jeune garçons blond à l'allure robuste l'appella par sont prénom. Il se mis à courire vers eux et les traversa litérrallement comme si ils étaient des fantomes.
La bouche ouverte Eragon balbutia:

"C'est mon coussin...Lorsqu'il était plus jeune...Nous sommes dans le passé..."

Celui-ci courrait encore lorsque soudain il se pencha au sol et attrapa quelques choses derrière un gros arbre non loin des bordures du champ.
"Viens par ici Eragon, je lui est dit que je t'ammenerais avec moi!" Lança Roran le cousin d'Eragon d'une voix autoritaire.
Le plus grand des garçons était en train de tirrer sur la manche d'un petit garçon un peu plus jeune au cheveux brun.


"Je ne veux pas y aller ! " Brailla le petit Eragon en se débattant.
"Ne fait pas le gamin tu veux! Sa meilleur amis à le begun pour toi et il est hors de question que je rate l'occasion de sortir avec Katrina parceque monsieur Eragon à peur des filles!"
"J'aime pas ! Il parait qu'elle embrasse avec la langue! Blublublub Je n'irais pas !"

Roran continua de trainer sont cousin dans le champ en roupestant.
"Tu n'est pas obligé de l'embrasser! Seulement tu l'occupe pendant que je suis avec Katrina tu comprend!"

Le jeune Eragon tourna sa langue dans le vide puis cracha par terre.
"Je sais ce que tu veux faire! Je suis pas idiot! Je le dirait à Tonton !"
"Tu feras ce que tu veux après le repas chez Katrina! Il est rare que sont pére soit absent en plus! Tu pourras peut être lui voler de la viande si tu veux!"


Le jeune Eragon croisa les bras en boudant avant de relever la tête.
"Très bien mais alors je veux que tu me donne ton arc en échange pour que je puisse chasser et m'entrainer à tirer!"
"Bon c'est d'accord mais je pari que tu seras le plus nul des chasseurs de tous les temps Eragon!"

Après cela le petit garçons marcha à coté de sont cousin puis lança alors.

"Tu sait l'autre nuit j'ai fait un rêve...Et je voler sur un dragon magnifique!"
"N'importe quoi Eragon , combien de fois nous devront te répéter moi et mon pére qu'il est impossible de voler et que les dragons ne sont que légende. Le vieux Brom est fous et dit n'importe quoi, tu ne doit plus l'écouter et penser à travailler la terre de mon pére, cela te rapporteras plus que dégouter un vieux fous..."


Eragon adulte se tourna vers Hellah puis lui dit d'une voix surprise.
"Ce sont de vrai souvenirs...C'est incroyable...J'étais déja mignon à l'époque tu trouve pas? Bien sur on était habiller comme des fermier moi et mon cousin mais on avait pas mal de succés avec les filles..."


Un bruit strident retentit de nouveau et tout changea alors...Une autre époque? Un autre souvenir?
Revenir en haut Aller en bas
avatarHellah



Féminin
Nombre de messages : 387
Age : 22
Race : Elfe
Armes : Une rapiére elfique nommée Felagund deux poignads Illya & Faëra, un arc,carquois remplis de 50 fléches et sa magie
Ville : Bon
Date d'inscription : 24/02/2008

Feuille de personnage
Song thème:
Relation(s): C'est Novembre dehors, le soleil est blanc et glacé, c'est Novembre dans mon corps et mon coeur est vide et lassé de tous les signes de la vie autour de toi alors j'emmure mes sentiments pour qu'hiberne ce qui reste d'amour, que je renaisse le jour où tes doigts reviendront caresser mes joues jusqu'au sang. Il faudra bien que ce soit à ce point pour me faire oublier toutes ces saisons, du cauchemar de notre séparation ; mon dieu, Eragon, dis-moi que tu n'iras plus jamais si loin. Et si les mots sont les mêmes, je te dirais je t'aime ♥ Islanzadi ma tante qui m'a acceuillit près d'elle et m'a enfin permis d'être. À Calia, mon amie disparue, ma soeur, celle qui restera toujours à l'intérieur de mon coeur et qui continura d'y vivre, par-delà sa mort. Helen & Will ♥

MessageSujet: Re: Chapitre 3: Le dragonnier & l'elfe   Jeu 22 Juil - 22:23

C'était tout simplement impossible. Comment pouvait-il préméditer les réflexions d'Eragon, mais aussi le moindre geste de l'elfe ? Par qu'elle sorcellerie ... Hellah se rembrunit d'avantage lorsque l'inconnu poursuivit sur sa lancée. Un maître du temps, voyez-vous ça ... et en plus d'après ce qu'il disait, les deux jeunes gens l'avaient légèrement sur le dos parce qu'un gosse venu de nulle part l'avait tué lors d'un de ses voyages ? La belle affaire ! Le ton ironique de cet homme ne lui plaisait pas, pour la simple et bonne raison qu'Hellah n'appréciait pas d'être prise au dépourvue comme maintenant. Elle préférait être prête à toute éventualité et celle-ci, elle ne l'avait pas venue venir. Il c'était amusé lorsqu'ils avaient été bloqué dans cette foutue illusion ? Il avait rit lorsqu'ils avaient eu des doubles ? Hellah allait tous simplement lui faire passer l'envie de rire ! Cependant, alors qu'il donnait une accolade à Eragon, tout bascula une nouvelle fois alors qu'Hellah avait portée sa main à sa ceinture, dans un geste furieux. Elle jura dans sa langue maternelle jusqu'à ce qu'elle se rendit compte de l'endroit dans laquelle elle se trouvait ... un champ ? Qui lui était bien inconnu pourtant ... Eragon prit la parole ... il fut si vexant qu'Hellah grinça des dents. « Cela ne devrait pas être si difficile pour moi ? Mais tu sais à qui tu t'adresses bon sang ! Tu crois que ... » La jeune elfe fut coupée dans sa tirade assassine par la voix d'un autre jeune homme, non loin de là qui se dirigeait vers eux... Hellah resta un instant interdite. Elle vit sa propre expression se refléter sur le visage d'Eragon, qui ne saisissait pas plus qu'elle. Le passé ? Hellah s'apprêta à s'écarter voyant le jeune homme en question débarquer droit vers eux, mais elle eut la surprise désagréable de se faire traverser, comme si elle n'était pas vraiment là à cet instant. Hellah se retourna pour voir enfin, Eragon âgé d'une petite dizaine d'année, aussi têtu et obstiné que dans le présent. Malgré la situation, Hellah ne pu s'empêcher de sourire à l'évocation de " sa peur des filles " et le fait qu'embrasser langoureusement semblait le dégouter. Même si ce n'était qu'un gamin, elle glissa un regard dans la direction du Eragon qu'elle connaissait, avec sûrement un petit brin moqueur en trop au fond de ses prunelles azur. Elle laissa la scène se dérouler, sans rien faire d'autre que de croiser les bras, attendant que cela se passe jusqu'à ce que le jeune dragonnier ne se tourne vers elle, l'air excité comme une puce, se faisant lui même des éloges de lorsqu'il était plus jeune, ce qui la fit sourire d'autant plus. « Je vois ça " Monsieur-je-veux-pas-embrasser-les-filles " » dit-elle avec un petit sarcasme dans la voix. Il n'eut pas le loisir de répondre à sa petite provocation qu'une nouvelle fois, le bruit strident sortit de nul part fit son apparition et une nouvelle fois, le décor tourna, changea ... sur un nouveau souvenir.

Cette fois ci, ils ne se trouvaient pas dans un champ. À peine avait-elle ouvert un oeil qu'Hellah savait déjà où elle se trouvait et son estomac de serra violemment dans son ventre, tandis que sa mâchoire se crispait. Ne penser à rien ... ne pas penser à ce qui allait suivre, respirer, ne rien laisser te toucher, respirer, ne pas ... Hellah s'aperçut elle-même, adolescente aux longs cheveux bruns, lui tombant jusqu'à la taille. Elle portait un caleçon couleur chair et une tunique par-dessus. Derrière elle, on voyait les elfes de son âge - elle devait avoir trente ans et des poussières - rire d'elle dans son dos tandis qu'elle quittait la ville de Kirtan pour retrouver son tuteur, Elidabomb, dans la forêt du DuWeldenvarden. Elle ne se pressa pas pour la suivre et baissa le regard vers l'herbe, se rendant compte que déjà, sa vue se brouillait de larme. « Je ne veux pas voir la suite ... » lâcha-t-elle soudainement. Non elle ne voulait pas. Et bien malgré elle, ses yeux océans amplit de perles salées se levèrent et regardèrent la petite fille s'éloigner vers elle le savait, la maison. Rester là prouvait que cela l'atteignait ... Eragon ne lui avait-il pas conseillé de ne plus penser ? Hellah essuya ses joues d'un revers de main et en contradiction avec ce qu'elle disait, elle avança à grand pas à son tour, un masque impassible et dur sur le visage. Elle ne tarda pas a rejoindre la jeune fille. Celle-ci ce tenait près d'Elidabomb. Hellah hésita à s'approcher, mais finit par le faire tout de même. L'elfe cueillait des framboises et le vieil homme la regardait, avec une tendresse si infinie qu'Hellah sentie son coeur se serrer dans sa poitrine. Elle aurait aimée la tout de suite le prendre dans ses bras. Mais ses jambes semblaient transformée en plomb. Elle en avait complètement oubliée la présence d'Eragon, juste derrière elle. « Dis moi Dabomb, pourquoi les nuages vont-ils dans un sens et nous dans l'autre ? » Hellah et le vieil homme sourire en même temps. Hellah connaissait parfaitement bien ce souvenir, pour se l'être remémorer de nombreuses fois ... c'est pourquoi entre ses lèvres, il lui sembla répondre en même temps que celui à laquelle la petite s'adressait « Il y a deux réponses à cette question, comme à toutes les questions, tu le sais bien. Laquelle veut-tu entendre ? » Sans la moindre hésitation, l'adolescente s'exclama avec enthousiasme alors qu'elle plaçait une framboise dans le panier qu'elle avait au creu du bras « Les deux ! » Hellah se regarda elle-même, observant cette naïveté sur ce visage d'ange, qu'elle n'avait plus depuis longtemps. Cette innocence et cette curiosité ... « Laquelle en première alors ? » Hellah sursauta, sortant de sa rêverie alors que la jeune elfe plissait le nez « Celle du savant » Hellah regarda le vieil homme prendre position et accorder toute son attention à la fillette alors que Hellah elle, regardait son défunt tuteur sans se lasser « Nous les elfes allons et venons dans le Nord pour nous établir en paix et rester en parfaite harmonie avec le monde extérieur, nous ne désirons pas sortir de notre forêt car elle est notre Mère ... Nous y cultivons des fruits comme les racines de niam ainsi que d'autres plantes très utiles ... » Hellah sourit en voyant la jeune fille plisser le nez en s'écriant qu'elle n'aimait pas les galettes de niam. Cela fit rire Elidabomb qui ajouta « Nous allons planter des fraises aussi, promis ! Les nuages eux, n'ont pas le choix. Ils vont vers le Sud car le vent les pousse, et comme ils sont très légers, ils sont incapable de lui résister » « Et la réponse du poéte ? » Après une brève réfléxion, il répondit « Les hommes sont comme les nuages. Ils sont chassés en avant par un vent mystérieux et invisible face auquels ils sont impuissants. Ils croient maitriser leurs route et se moquent de la faiblesse des nuages, mais leurs vent à eux est mille fois plus fort que celui qui souffle là-haut... » La jeune demoiselle se détouna, et recommença à cueillir des framboises, semblant se désintéresser complétement de la conversation qui venait d'avoir lieu. Hella s'observa regarder une bataille d'oiseau un peu plus haut qui la fit rire aux éclats et lorsqu'ils reprirent leurs envole, la jeune Hellah se tourna vers son tuteur et déclara « Cette fois je préfére la réponse du savant. » « Pourquoi donc ? » demanda Elidabomb qui avait attendu sereinement la fin de ce qu'il savait être une intense réflexion « J'aime pas qu'on me pousse en cachette »

Hellah se rendit compte alors qu'une nouvelle fois les larmes avaient débordées de ses beaux yeux bleus alors que son tuteur riait à la réponse de la petite Hellah qui sourit et reprit sa tâche. Elle en avait presque oubliée ce qui allait se passer ensuite ... Lorsque Elidabomb se leva un sourire aux lèvres prétextant qu'il devait rentrer pour se reposer et qu'il reçut un simple hochement de tête de la petite fille, Hellah se rendit compte, de ses yeux d'adultes et d'un point de vu extérieur à quel point il semblait tendu. Savait-il ce qui l'attendait ? Il déposa un baiser sur le front de sa petite protégée et Hellah aurait aimée le suivre seulement cela se brouilla. Évidemment ... « Je n'y aie pas assistée ... donc je ne vois rien ... » Se rappelant enfin la présence du dragonnier, Hellah se tourna vers lui prenant une longue inspiration et le regarda, sans un mot. Ne trouvant rien à dire. Elle entendit un gémissement et remarqua que la petite elle, n'y avait pas fait attention .. si seulement elle y avait fait attention. Les mâchoires d'Hellah se crispèrent et dix minutes plus tard elle suivit son double adolescent, l'angoisse tirant ses traits. Une fois entrée dans la pièce, Hellah vit le vieil homme tel qu'elle s'en souvenait pour la dernière fois. Couvert de sang, un poignard dépassant de sa poitrine, les traits figés. « Dabomb! » cria la jeune Hellah qui courut vers lui en faisant tomber son panier. Elle se vit tomber au sol, les larmes incontrôlable, se demandant enfin si c'était elle qui pleurait à cet instant où si elle ressentait de nouveau cette déchirure au fond de son être.

Et une nouvelle fois, tout bascula, sans un mot, juste dans un bruit strident.
Revenir en haut Aller en bas
avatarEragon
Membre du Staff


Masculin
Nombre de messages : 2848
Age : 34
Race : Dragonnier/Humain
Armes : Epée/Arc/Magie
Ville : Bien
Date d'inscription : 12/03/2006

Feuille de personnage
Song thème: Hurricane 30 s to mars
Relation(s):

MessageSujet: Re: Chapitre 3: Le dragonnier & l'elfe   Mar 12 Oct - 21:26

Le dragonnier assista au souvenir d’Hellah impuissant, à l’instant il aimerait dire quelques choses mais aucun son ne sortit de sa bouche.Jamais il n'aurait imaginer pareil passé pour Hellah. Il déposa alors sa main autour de la taille de l'elfe pour la réconforter puis tout bascula à nouveau, Eragon en avait assez il entendit une légère voix lui dire quelques choses. «C’est dans le passé que se trouve souvent les réponse du futur...». Le temps,savait t’il qu’Eragon se questionner sur l’avenir et de qui serait la femme de sa vie?

Flash back

Une femme était dans un hall, Eragon savait qui elle était...C’était une grande femme aux longs cheveux noirs,aux yeux d’un bleu extraordinaire et à la bouche ironique.Autour de son poignet était enroulé un bracelet en forme de serpent. Elle le salua d’une gracieuse révérence:
-Argetlam.
Il inclina la tête :
-Puis-je faire quelques choses pour toi?
-Je le pense. Je suis Trianna, sorcière du Du Vrangr Gata.
-Sorcière, vraiment? Fit-il,intrigué.
-Et mage de combat, espionne ou toute autre choses utile aux Vardens. Trop peu d’entre eux pratiquent la magie, et les rares personnes dans mon genre sont surchargées de travail. Elle sourit,découvrant une rangée de dents parfaites :
-C’est pourquoi je viens te trouver aujourd’hui. Nous serions très honorés si tu pouvais prendre la direction de petit groupe de magiciens. Toi seul es capable de remplacer les jumeaux.
Sans même réfléchir, il lui sourit en retour. Elle était charmante,amicale et il regrettait de devoir refuser:
-Je crains que ce ne soit possible.Saphira et moi allons bientôt quitter Tronjheim. De toute façon,il me faudrait d’abord consulter Nasuada. Trianna se mordit la lèvre:
-Je suis désolée d’apprendre cette nouvelle.
Elle avança d’un pas:
-Peut être pourrions-nous passer un moment ensemble avant ton départ. Je te montrerais comment convoquer et contrôler les esprit...Ce serait riche d’enseignement pour nous deux.
Eragon sentit une rougeur lui monter aux joues:
-J’apprécie ton offre,mais je suis vraiment trop occupé pour l’instant.
Un éclair de colère passa dans les yeux de la sorcière et s’avanouit si vite que le garçon douta d’avoir bien vu. Elle soupira légèrement:
-Je comprends.
Elle semblait si désappointée,si malheureuse,qu’Eragon se sentit coupable de la décevoir.
-Tu m’intrigues.Comment as-tu appris la magie?
Le visage de Trianna s’éclaira:
Ma mère était guérisseuse au Surda. Elle avait de vrais dons,et ma instruite selon les anciennes méthodes.Bien sûr,je suis loin de posséder les pouvoirs d’un dragonnier.Personne, parmi ceux du Du Vrangr Gata n’aurait pu vaindre Durza seul,comme tu l’as fait. C’est un acte digne d’un héros.
Embarrassé,Eragon gratta le sol du bout de sa botte:
-Je n’aurais pas survécu sans Arya.
-Tu es trop modeste,Argetlam,le gronda-t-elle.C’est toi qui as donné le coup fatal.Tu devrais être fier de cet exploit,digne de Vrael lui même. Elle se pencha vers lui,et son parfum riche et musqué,relevé d’une pointe d’épice,fit battre plus vite le coeur du garçon:
-N’as -tu pas entendu les hymnes composés en ton honneur?Les Vardens les entonnent chaque nuit,autour des feux
. Elle se tut un instant,puis reprit:
-As-tu encore de la famille dans l’Empire?
-Il me reste un cousin.
-Et tu n’es pas fiancé?
Il fut un instant sur ses gardes.Personne ne lui avait jamais posé cette question.
-Non,je ne suis pas fiancé.
-Il y’a sûrement quelqu’un qui compte pour toi?
Elle vint plus près,et les rubans de sa manche frôlèrent le bras du garçon.Il se troubla :
-Je ne fréquentais personne,à Carvahall. Et,depuis que j’ai quitté le village,j’ai toujours été sur les routes...
-Peu de gens comprennent ce que nous,magiciens,sommes capable de faire. Mais je voulais que tu saches qu’il y’en a d’autres,ici,comme moi, et que nous t’aiderons de notre mieux. D’un geste impulsif,Eragon lui prit la main. Jamais encore il n’avait osé se comporter ainsi avec une femme,mais un instinct le poussait à prendre ce risque.C’était effrayant,et grisant !
-Allons manger quelques choses,si tu veux,lui proposa-t-il.Il y a une cuisine tout près d’ici.
Elle posa son autre main sur celle du garçon. Il sentit contre ses doigts une paume douce et fraîche. C’était tellement différent des rudes contacts auxquels il était habitué !
-J’en serais ravie. Pourrons-nous...
La sorcière sursauta : la porte venait de s’ouvrir d’un coup derrière elle. Elle pivota et lâcha un petit cri en se trouvant face à Saphira.
La dragonne était immobile;seule sa lèvre supérieure se relevait lentement sur une rangée de dents acérées. Puis elle grogna. Ce fut un grognement prodigieux,un grognement à vous faire dresser les cheveux sur la tête,chargé de toutes les nuances de la menace et du mépris,dont l’écho résonna dans la galerie pendant une longue minute. L’avertissement était clair ! Eragon la regardait d’un air furieux. Trianna triturait nerveusement sa robe. Quand ce fut fini,la sorcière était blême de peur.
Elle esquissa une brève révérence et contrôlant à grande peine le tremblement qui agitait tout son corps,elle détala. Saphira leva une patte et se lécha les griffes comme si de rien n’était.
«Cette porte était presque impossible à ouvrir»,fit-elle en reniflant.
Incapable de se contenir plus longtemps,Eragon explosa :
«Qu’est-ce que tu as fait?Tu n’avait pas à te mêler de ca!»
«Tu avais besoin d’aide»
«Si j’avais eu besoin d’aide,je t’aurais appelée!»
«Cesse de hurler!» répliqua-t’elle avec un claquement de mâchoires.
«Je ne pouvais laisser tourner autour de toi une mégère plus intéressée par le dragonnier que par le garçon que tu es!»
«Ce n’était pas une mégère!» Rugit Eragon.
De rage,il martelait le mur de son poing.
«Je suis un homme,maintenant,Saphira,pas un ermite! Ne t’imagine pas que je vais rester...Rester insensible aux femmes à cause du rôle que j’ai à jouer. Et ce n’est certainement pas à toi d’en décider.J’aurais au moins pu profiter d’une conversation agréable,qui m’aurait changé des tragédies dans lesquelles nous baignons depuis trop longtemps. Tu es assez dans ma tête pour savoir ce que je ressens. Tu ne pouvais pas me ficher la paix? Ou était le mal?»
«Tu ne comprend pas» dit elle en évitant son regard.
«Je ne comprend pas! As-tu l’intention de m’empêcher d’avoir un jour une femme et des enfants? De fonder une famille?»
«Eragon...»
Elle posa enfin ses grand yeux sur lui:
«Nous sommes intimement liés.»
«C’est une évidence!»

Fin du flash

Eragon se tourna vers Hellah puis lui demanda:
-A ton avis qui draguer l’autre? Si seulement Saphira n’était pas venue...
Il arrêta de parler car un nouveau flash apparue sous leurs yeux.
-Encore...

Flash back N2

-N’est-elle pas ravissante? Parfaite ? Demanda Arya.
Eragon acquiesça,ému de constater à quel point l’elfe et la fleur se ressemblaient.
-Oui,parfait...
Très vite,de peur de ne plus en avoir l’audace,il ajouta:
-...comme toi.
«Eragon!» se récria Saphira.
Saphira s’accroupit sur le sentier et poussa Eragon du museau:
«Cesse de rêvasser,et monte sur mon dos.»
Escaladant sa patte avant gauche,il s’assit à sa place habituelle et s’accrocha à une écaille du cou de la dragonne,qui se releva.
«Comment oses-tu critiquer mon comportement envers Glaedr,et te conduire ensuite comme tu viens de le fait?Qu’est-ce que tu t’imagines?»
«Tu sais ce que je ressens pour elle,»Grommela-t-il.
«Bah! Si tu es ma conscience et si je suis la tienne, alors il est de mon devoir de t emettre en garde quand tu te conduis en amoureux transi. Tu te fais des illusions! Tu ne te sers pas de la logique comme Oromis te la enseigné.Crois-tu vraiment qu’il puisse y avoir quelques choses entre Arya et toi? C’est une princesse!»
«Et je suis un dragonnier.»
«C’est une elfe,tu es un humain.»
«Plus les jours passent,plus je ressemble à un elfe.»
«Eragon ! Elle a plus de cent ans !»
«Je vivrai aussi longtemps qu’elle,ou que n’importe quel elfe.»
«Mais tu n’as pas encore vécu,voilà le problème. Tu ne peux abolir une telle différence d’âge. Arya est une adulte,avec un siècle d’expérience derrière elle,et toi,tu es...»
«Et moi je suis quoi? Un gamin ? C’est ce que tu veux dire?»
«Non,pas un gamin. Pas après tout ce que tu as vécu depuis que nous sommes ensemble. Mais tu es jeune,même par rapport à la courte durée de vie de ton espèce; et d’avantage encore par rapport à celle des nains,des dragons et des elfes.»
«Tu l’es plus que moi.»
Cette réplique lui cloua le bec une minute. Puis elle reprit.
«J’essaie seulement de te protéger, Eragon,rien de plus. Je veux que tu sois heureux,et j’ai peur que tu ne le sois pas si tu t’obstine à courtiser Arya.»

Flash Back N3

«Ou vas-tu,petit homme?» Lui demanda Saphira.
Il vit Arya,qui était assise près de sa mère,se lever,se frayer un chemin dans la foule des elfes,puis aussi vive qu’un esprit de la forêt,disparaître sous les arbres.
«Je marche entre l’ombre et la lumière»,répondit-il à la dragonne.Et il suivit Arya.
Il la suivit,guidé par son délicat parfum d’épines de pin,par son pas se posant sur la mousse avec la légèreté d’une plume et par l’infirme déplacement de l’air sur son passage. Lorsqu’Eragon eut avancé à découvert,Arya le regarda comme si elle le voyait pour la première fois. Ses yeux s’agrandirent,et elle murmura:
-C’est toi,Eragon?
-Oui.
-Qu’est-ce qu’ils t’ont fait?
-Je ne sais pas.
Il s’approcha,et ils se promenèrent ensemble dans l’épaisseur de la forêt ou s’attardaient des échos de la fête,bribes de musique et de voix. Grâce à son nouvel état,Eragon avait une conscience aiguë de la proximité d’Arya,du frôlement de ses vêtements sur sa peau,du pâle éclat de son cou,et de ses cils recourbés,qu’une touche d’huile faisait briller comme des noirs pétales mouillés de pluie.
-Que les arbres sont hauts ! Que les étoiles sont brillantes,et...que tu es belle, ô Arya Svit-kona!
En des circonstances ordinaires,il aurait considéré une telle déclaration comme le comble de la folie;mais en cette nuit de féerie et d’enchantements,elle lui parut parfaitement sensée.
L’elfe se raidit.
-Eragon...
Ignorant sont avertissement,il continua:
-Arya je ferais n’importe quoi pour toi. Je te suivrais jusqu’aux extrémités de la Terre. Je te bâtirais un palais sans autre outil que mes mains nues. Je te donnerais...
-Vas-tu cesser de me harceler? Veux-tu me promettre ça?
Comme il hésitait,elle vint tout près de lui et d’une voix basse et douce,elle ajouta:
-C’est impossible Eragon! Tu es jeune,et je suis vieille;et cela ne changera jamais.
-N’as-tu aucun sentiment pour moi?
-Mes sentiments pour toi sont ceux d’une amie,rien de plus. Je te suis reconnaissante de m’avoir sauvée à Gil’ead et je me plais en ta compagnie.C’est tout...Abandonne cette quête elle ne fera que te briser le coeur,et trouve une fille de ton âge,avec qui tu pourras vivre de longues années.
Les yeux du garçon s’emplirent de larmes:
-Pourquoi es-tu aussi cruelle?
-Je ne suis pas cruelle,je suis bienveillante. Toi et moi,nous ne sommes pas faits l’un pour l’autre.

En désespoir de cause,il suggéra:
-Tu pourrais me donner ta mémoire,ainsi j’aurais autant d’expérience et de connaissance que toi.
-Ce serait une choses abominable. Ecoute-moi bien Eragon! Cela ne peut être et ne sera jamais. Et,jusquà ce que tu aies retrouvé la maîtrise de toi, nos relations amicales doivent cesser,car tes émotions te distraient de ton devoir.
Elle s’inclina devant de lui:
-Au revoir,Eragon le Tueur d’ombre.
Elle s’éloigna à grands pas et disparut dans le Du Weldenvarden.
Les larmes ruisselaient à présent sur les joues d’Eragon et tombaient sur la mousse,qui ne les absorbait pas.Hébété, le garçon s’assit sur un tronc pourri et enfouit son visage dans ses mains,pleurant son amour qui ne serait jamais partagé. Au bout d’un moment,Saphira le rejoignit:
«Oh,petit homme !»
Elle le poussa du bout de sont nez:
«Pourquoi t’inflige-tu une telle souffrance? Tu savait ce qui arriverait si tu essayais encore une fois de courtiser Arya!»
«C’est plus fort que moi.»
Il s’entoura le torse de ses bras et se mit à se balancer d’avant en arrière sur le tronc,sanglotant.Saphira déploya au-dessus de lui une aile chaude et l’attira contre son flanc...
Fin du flash

Le dragonnier se retrouva prés de Hellah, ce dernier souvenir avait était comme un coup de poignard pour lui. Il se tourna vers l’elfe voulant s’expliquer de sont attitude idiote mais il ne parvint pas à parler. Il en avait assez de revoir tous ses films de leurs souvenirs. Il respira un grand coup puis tenta de se justifier auprès de Hellah.

-Je...J’étais idiot je le sais...Tu peux rire si tu le désire...

Il évita soigneusement le regard de l’elfe puis observa quelques choses brillé dans l’air avant de voir un nouveau flash. Cette fois il y’avait juste un bébé, dans un berceau. Eragon s’approcha avec Hellah puis découvrit l’enfant à peine âgées de 3 ans environ. Le dragonnier fut surpris de voir que le bébé avait déjà une marque de dragonnier sur sa main. Dans le berceau était paisiblement endormie également un bébé dragon couleur vert-bleu adosser contre le bébé.
-Qui est-ce? Demanda Eragon avant de repenser à la menace qu’il avait eux. Sont regard se posa alors sur un sablier brillant dans la pièce.
-Regarde! Dans chaque souvenir je remarque ce sablier! Je pense que si nous le détruisons tout cessera!
Revenir en haut Aller en bas
avatarHellah



Féminin
Nombre de messages : 387
Age : 22
Race : Elfe
Armes : Une rapiére elfique nommée Felagund deux poignads Illya & Faëra, un arc,carquois remplis de 50 fléches et sa magie
Ville : Bon
Date d'inscription : 24/02/2008

Feuille de personnage
Song thème:
Relation(s): C'est Novembre dehors, le soleil est blanc et glacé, c'est Novembre dans mon corps et mon coeur est vide et lassé de tous les signes de la vie autour de toi alors j'emmure mes sentiments pour qu'hiberne ce qui reste d'amour, que je renaisse le jour où tes doigts reviendront caresser mes joues jusqu'au sang. Il faudra bien que ce soit à ce point pour me faire oublier toutes ces saisons, du cauchemar de notre séparation ; mon dieu, Eragon, dis-moi que tu n'iras plus jamais si loin. Et si les mots sont les mêmes, je te dirais je t'aime ♥ Islanzadi ma tante qui m'a acceuillit près d'elle et m'a enfin permis d'être. À Calia, mon amie disparue, ma soeur, celle qui restera toujours à l'intérieur de mon coeur et qui continura d'y vivre, par-delà sa mort. Helen & Will ♥

MessageSujet: Re: Chapitre 3: Le dragonnier & l'elfe   Mar 16 Nov - 20:29

    Dieu qu'à cet instant, Hellah se sentait vulnérable. La vision qui venait de lui être imposée était si vive ... si réelle, qu'elle avait eu l'impression de revivre cet événement si douloureux. Comme si la première fois n'avait pas suffit à la briser, au point qu'un violent esprit de vengeance l'entraîne sur les routes, il y a de cela des décennies ... La jeune elfe sentie à peine le bras du jeune dragonnier se glisser autour de sa taille, en un geste de réconfort. Habituellement, elle l'aurait repoussé - quoi qu'habituellement, elle n'aurait pas craqué ainsi devant lui - cependant, elle ne se sentait pas même la force de parler, sa gorge s'étant nouée au point de noyer ses mots dans ses tréfonds. Son visage avait perdu toutes ses couleurs, lorsqu'une nouvelle fois, le décor s'emballa et ses pieds quittèrent le sol, pour la dernière fois l'espérait-elle.

    La première chose qu'elle pu remarquer, c'est qu'elle ne se trouvait pas dans l'un de ses propres souvenirs. Elle en concluait donc que cette scène qui allait se dérouler sous ses yeux appartenait au passé d'Eragon. Après avoir regardé autour d'elle pendant une petite minute, serrant inconsciement la paume du jeune homme dans la sienne, elle remarqua une magnifique jeune femme - humaine - aux profonds yeux bleus qui s'approchait. Malgré cette humanité, qui respirait par le moindre de ses pores, Hellah ne pouvait pas nier qu'elle était d'une beauté à couper le souffle de n'importe quel homme possédant un cœur battant à corrompre. Celle-ci s'approcha d'Eragon - ou du moins, celui de l'époque - et le salua d'une gracieuse révérence qui fit hausser un sourcil à la jeune femme, sans qu'elle ne prenne plaisir à faire le moindre commentaire, encore secouée par ses propres expériences qui avaient ressurgis subitement. Elle observa la conversation avec suspicion, tous dans son comportement laissait deviner qu'elle cherchait à charmer son interlocuteur et après un rapide coup d'œil, Hellah pu constater que la tactique fonctionnait plutôt bien. Apparemment, cette jeune fille usait de ses charmes pour placer le jeune dragonnier à la tête d'un groupe de petits sorciers ... L'elfe afficha un léger rictus, ne pouvant s'empêcher de déprécier une telle attitude. De toutes manières, Eragon devait avoir beaucoup mieux à faire que de diriger un groupe de magiciens potentiellement pathétiques, n'est-ce pas ? Comment ça était-elle soudainement agressive ? Pas du tout. Elle ne faisait qu'exposer des faits. Ce fut avec un malin plaisir - sortant de nul part - qu'elle contempla la fameuse Trianna se faire poliment rejeter. Et Hellah nota la frustration que cela faisait naître chez la sorcière. Elle se demandait presque si elle n'allait pas se jeter sur le dragonnier, d'un moment à l'autre. Elle regarda les deux jeunes gens se tourner autour, croisant soudainement les bras, attendant patiemment que ce souvenir se déroule et se termine, puisqu'il semblait s'étirer en longueur. Ce fut presque avec joie qu'Hellah vit une magnifique dragonne bleue faire son apparition pour jeter un trouble sur le " couple ". Elle réprima une moue amusée, qui lui aurait valu les regards intrigués de son compagnon. Les yeux bleus d'Hellah se posèrent sur Eragon, lorsque celui-ci déclara sa fureur à sa dragonne et ressentie un sentiment étrange face à un tel discours ... de la compassion peut-être ? Où alors des désirs similaires aux siens, elle qui arpentait les routes depuis si longtemps, sans s'attacher à qui que ce soit ... La scène se termina et la voix seule d'Eragon brisa le silence qui s'était installée, la faisant sourire. Apparemment tu avais du mal avec l'option ' flirt ' à l'époque ... dit-elle énigmatiquement, déclarant implicitement que dans ce souvenir, il était clair que le dragonnier n'avait pas été vraiment ... irrésistible (a) XD Et à nouveau tout bascula, provoquant un soupir lassé de la belle elfe ...

    Ce fut avec étonnement qu'Hellah rencontra le regard émeraude de sa cousine, Arya. Cette dernière complimentait la beauté du végétal qu'elle tenait entre ses doigts, mais Hellah resta bien trop omnibulée par sa personne. Elle n'avait jamais eu l'occasion de rencontrer la jeune femme, pour la simple raison qu'elles avaient chacune énormément de tâches à accomplir. Jamais elles ne s'étaient rencontrées. Au grand dam d'Hellah qui aurait apprécié, échanger quelques mots avec un membre de sa famille, autre que sa tante - bien qu'entretenir une conversation avec cette dernière ne la dérangea nullement. Cela n'aurait pas été pareil, voilà tout. Elle aurait pu s'en faire une .. amie ? D'autant plus qu'Islanzadi lui avait dit énormément bien de l'elfe - en même temps, elle n'allait pas critiquer sa propre fille. Avec une contemplation insistante, Hellah s'intéressa d'un peu plus près à ce qui suivait. Elle n'avait même pas remarqué l'expression de béatitude qui était installée sur les traits du Eragon appartenant au souvenir. Lorsqu'il complimenta sa cousine, la comparant à la perfection de la fleur, Hellah sentie ses entrailles se glacer. Non ... ne lui dîtes pas que ... La belle brune se tourna vers Eragon qui se trouvait près d'elle et qui contemplait la scène à l'instar d'elle-même quelques secondes auparavant. Avait-il ... Était-il toujours sous le charme de la Princesse Arya d'Ellesméra ? Hellah tourna son regard vers sa cousine, ne pouvant pas s'empêcher d'exprimer soudainement une vive jalousie face à cette magnifique jeune femme qui avait conquit le cœur du jeune dragonnier. Et à cet instant, Hellah ne comprenait pas non plus pourquoi une vive douleur naissait dans sa poitrine, aussi sûrement que l'aurait fait une blessure causée par un poignard entre deux côtes. Non, elle ne comprenait pas ... et elle ne voulait pas comprendre quoi que ce soit. Elle croisa les bras, s'interdisant d'observer Eragon en catimini et laissant le souvenir se dérouler une nouvelle fois. Elle aurait pourtant préféré fermer les yeux, mais il lui semblait que les personnages de cette scène, dansaient derrière ses paupières. Le souvenir qui suivit fut du pareil au même au premier. Un homme éperdu d'amour pour une femme, rejeté. Devenant un homme au cœur malmené. Hellah assista, sans mots dire et lorsqu'une quatrième fois, le décor vacilla, elle se retrouva seule avec Eragon, face à un berceau auquel elle ne fit pas attention tout de suite, trop préoccupée par les paroles que prononça le jeune Dragonnier. Et se rendant compte, qu'elle c'était imperceptiblement éloignée de lui. Tandis qu'il évitait son regard, la jeune elfe, distante, répliqua doucement. Tu n'as pas à te justifier auprès de moi ... Ce qui est fait, est fait. Dans son ton, il était facile de dicerner l'éloignement dont elle faisait preuve, adoptant un ton froid, pas glaciale, mais pas réconfortant non plus. Hellah, ne souhaitant pas croiser son regard, porta attention au berceau qui se trouvait près d'eux.

    Celui-ci abritait un enfant, de trois ans à peine songea Hellah en l'examinant de haut en bas. Son coeur se serra dans sa poitrine, et elle regarda autour d'elle, comme pour chercher les parents de l'enfant des yeux, et ne les voyant nul part, son coeur remonta dans sa gorge, qui se noua. Il n'avait pas été abandonné, n'est-ce pas ? Elle remarqua la Gedwëy ignasia au creu de l'une de ses paumes, et le détaillant plus attentivement, un coup de coeur sortie de nulle part s'en prit à la jeune femme, qui se sentie fondre. Avec un irrépressible besoin - vital - de protéger cette petite chose, qui sommeillait. Elle se saisit d'un des petits poings serrés de l'enfant et un sourire étira ses lèvres, sans qu'elle ne sache pourquoi. Inconditionnellement, il semblerait qu'elle venait de s'y attacher, sans qu'elle ne sache par quelle magie cela soit possible. La question d'Eragon raisonna contre ses oreilles et sans s'avancer, elle répondit Nous ne sommes peut-être plus dans ton passé ... mais dans ton avenir ? dit-elle, en lui jetant un coup d'oeil, signifiant clairement que c'était peut-être l'enfant qu'il aurait plus tard ... avec une femme. Sans savoir pourquoi, Hellah ne s'incluait pas dans le lot. Non, ce n'était pas fait pour elle, ce genre de vie. Ou du moins, s'en persuadait-elle. Elle contempla avec une affection grandissante, le bébé endormi, caressant des yeux le dragonneau qui l'accompagnait. Après avoir touché l'enfant, le berçant tendrement dans son sommeil, elle demanda avec hésitation au jeune dragonnier C'est .. réel tu crois ? demanda-t-elle, en tournant vers lui un regard indéchiffrable.

    Lorsqu'il fit remarquer un petit sablier dans un coin de la pièce, proposant de le briser, Hellah se mordit la lèvre inférieure. Hésitante, une nouvelle fois. Elle qui habituellement était si ... impulsive, il était étonnant d la voir hésiter autant. Et si au contraire, on reste bloqué ? Tu te vois toi, revivre les moments de ta vie pour toujours ? Elle baissa les yeux vers ses pieds, puis vers le berceau. Voulait-elle se protéger elle, ou l'enfant qui s'y trouvait ? Elle avait une peur terrifiante qu'il se passe quelque chose et que cela atteigne cet être si fragile. Elle ne s'en remettrait pas, sans qu'elle ne puisse se l'expliquer. Elle s'en éloigna, prenant sa tête entre ses mains et déclara entre ses dents Je vais finir dingue ... Elle ferma les yeux un instant, recherchant le calme olympien dont elle faisait toujours preuve, chose à laquelle elle ne parvint pas, rehaussant une nouvelle fois ses angoisses. Elle devrait pourtant faire confiance au jeune homme ... jusqu'ici, cela ne l'avait pas trompé ...
Revenir en haut Aller en bas
avatarEragon
Membre du Staff


Masculin
Nombre de messages : 2848
Age : 34
Race : Dragonnier/Humain
Armes : Epée/Arc/Magie
Ville : Bien
Date d'inscription : 12/03/2006

Feuille de personnage
Song thème: Hurricane 30 s to mars
Relation(s):

MessageSujet: Re: Chapitre 3: Le dragonnier & l'elfe   Mer 17 Nov - 17:20

Eragon avait observé Hellah agir de manière étrange au souvenir d’Arya. Elle semblait fascinait par l’elfe comme-ci elle voyait pour la première fois quelques choses d’hallucinant. Eragon lui avait juste fait une remarque afin qu’elle n’oublie pas ou ils étaient.

-Hey! Hey ho? Qu’est-ce qui te prend? Toi aussi t’es tombé amoureux d’elle ou quoi? Si tu veux je te la présenterais!

S’exclama Eragon qui n’aimait pas être ignoré par la seule personne qui pouvait le voir. Bien entendue cela faisait des mois qu’il n’avait pas vue Arya, il ne savait ni de l’endroit ou elle se trouvait ni de ce qu’elle faisait. Le nouveau souvenir bascula,tout deux se trouvèrent à présent devant un bambin dans son berceau. Le dragonneau dormait paisiblement et Eragon eu l’envie de le caresser tellement il lui rappelait Saphira lorsqu’elle était petite.Il remarqua l’elfe toucher l’enfant et Eragon déposa aussitôt sa main dans la sienne pour l’empêcher de recommencer:
-Ne le touche pas, le dragonneau pourrait se réveillé et te sectionner un doigt. Saphira en était capable à son age en tout cas.

L’elfe sembla mécontente de sa remarque et fit une remarque comme quoi ils étaient peut être dans son avenir.
-Pourquoi MON avenir? Je dirais plutôt que nous sommes dans le tiens, car au cas tu ne serait pas au courant je suis incapable d’avoir un enfant et à ma connaissance je sais que les femmes elfes son peu féconde mais que vous êtes capable tout de même d’avoir des enfants...En plus j’ai l’impression qu’il te ressemble non? Il à la même bouche sournoise que toi!

Plaisanta Eragon avant de rire doucement tout seul.

-C’est dommage qu’on ne puisse pas voir ses yeux j’aurais tout de suite pus dire si il est de toi...En tout cas rien avoir avec moi, je suis probablement mort dans une bataille de façon très héroïque.

Hellah demanda alors si tout ceci était réel, Eragon ne le savait pas trop,les souvenirs qu’ils avaient vue de leurs passé était réel donc pourquoi pas celui-ci également...

-Jette toi d’un pont et nous verrons si c’est réel... Lança Eragon en approchant de Hellah afin de vérifier qu’elle arrête de tripoter le bébé. La question du sablier arriva très vite alors sur le tapis, Eragon était certain qu’il fallait le détruire et Hellah quand à elle avait peur de revivre le passé si jamais le sablier se brisait.

-De toute façon, nous sommes déjà bloqué ici! Alors à quoi bon ne rien tenter?

La seconde suivante l’elfe s’enerva et se pris la tête dans les mains. Eragon resta stoïque un peu comme un imbécile, il entendit seulement les souffle du bébé qui dormait paisiblement lorsque soudain il entendit un bruit à plusieurs mètre du lieu ou les deux se trouvaient. Plusieurs personne semblait courir vers eux au dehors. C’était ses oreilles d’elfes qui lui avait permit d’entendre ce bruit à plusieurs mètres, et si lui l’avait entendue, Hellah aussi. Il la regarda alors alarmé puis souffla:


-Plusieurs personnes viennent vers nous dehors! Il faut partir et avec ce sablier! Je propose que l’on attendent de voir si au prochain souvenir le sablier et encore la et si c’est le cas on le détruit! En attendant...


Il dégaina son épée du fourreau et l’alluma du feu saphir qui le caractérisait. Aussitôt il se rua dehors et observa une bande de soldats à l'accoutrement étrange armée avec des épées. Eragon ne pris même pas le temps de réfléchir, il brula un des hommes avec la magie, il envoya un autre au tapis en lui envoyant une pierre en pleine tête. Un troisième soldat lui donna un gros coup de poing puissant avant qu’Eragon ne sente le gout amer du sang dans sa bouche. Il se tourna vers Hellah et lui montra sa lèvre ouverte:

-Oui c’est réel! Ta encore des doutes? Si tu veux je veux bien te...Bang!

Un nouveau coup de poing s’abbatit sur le visage d’Eragon avant que le dragonnier ne se relève en colère pour fondre sur son agresseur. Il lui sembla voir Hellah se débattre avec plusieurs soldat lorsque de nouveau le décor changea? Ou bien c’était sa tête qui avait pris trop de coups...
Revenir en haut Aller en bas
avatarHellah



Féminin
Nombre de messages : 387
Age : 22
Race : Elfe
Armes : Une rapiére elfique nommée Felagund deux poignads Illya & Faëra, un arc,carquois remplis de 50 fléches et sa magie
Ville : Bon
Date d'inscription : 24/02/2008

Feuille de personnage
Song thème:
Relation(s): C'est Novembre dehors, le soleil est blanc et glacé, c'est Novembre dans mon corps et mon coeur est vide et lassé de tous les signes de la vie autour de toi alors j'emmure mes sentiments pour qu'hiberne ce qui reste d'amour, que je renaisse le jour où tes doigts reviendront caresser mes joues jusqu'au sang. Il faudra bien que ce soit à ce point pour me faire oublier toutes ces saisons, du cauchemar de notre séparation ; mon dieu, Eragon, dis-moi que tu n'iras plus jamais si loin. Et si les mots sont les mêmes, je te dirais je t'aime ♥ Islanzadi ma tante qui m'a acceuillit près d'elle et m'a enfin permis d'être. À Calia, mon amie disparue, ma soeur, celle qui restera toujours à l'intérieur de mon coeur et qui continura d'y vivre, par-delà sa mort. Helen & Will ♥

MessageSujet: Re: Chapitre 3: Le dragonnier & l'elfe   Mer 17 Nov - 20:36

    Hellah releva un sourcil à la remarque pertinente que venait de faire le jeune dragonnier ; cela était si rare, qu'elle aurait dû être étonnée de voir une logique sortir de sa bouche, en quelque sorte (a) Cependant, lorsqu'elle tourna son regard une nouvelle fois vers l'enfant, fronçant à présent les sourcils, elle ajouta :

    « Peut-être que tu n'es pas capable de faire des gosses, mais ... moi, avoir un fils, dragonnier ? »

    Le scepticisme se lisait facilement sur ses traits et il est vrai que cette idée la rendait de moins en moins sûre de l'endroit où ils se trouvaient. Ça ne pouvait pas être son enfant à elle .... Et pourtant, cette réalité ne lui déplaisait pas autant qu'elle le laissait paraître en surface. Mais elle savait parfaitement que présentement, elle aurait été incapable de donner la vie, pour la simple et bonne raison qu'elle n'avait donné son corps à nul homme depuis près de cinquante quatre ans, n'étant pas vraiment ... majeur. Les lois dans le monde des elfes sont parfois étranges et Hellah n'avait pas enfreinte celle-ci, c'était une question de vertu, et celle-ci avait bien été la seule chose qui lui restait pendant un long moment. Donc un futur ... proche ou lointain ? Si au moins elle avait pu se situer à peu près dans la chronologie ... et puis quoi ? En quoi cela aurait pu vraiment l'aidé ? Peut-être pour satisfaire sa curiosité inavouée ? Va savoir .... Elle ne pu s'empêcher de sourire à la fin de la tirade du jeune homme ... sournoise, vraiment ?

    « En tout cas je m'estimerais heureuse s'il a pas ton sens de l'humour ... » répliqua-t-elle avec malice, se rendant à peine compte qu'implicitement, elle venait de sous-entendre que ... lui et elle ... et résultat ... enfin bref ! Le moins que l'on puisse dire c'est qu'elle avait manqué l'occasion de se taire. Il rit doucement en ajoutant que lui, devait sûrement déjà être mort et Hellah sentie son coeur se serrer dans sa poitrine. S'obligeant à se détendre, elle lança ironiquement :
    « Pourquoi mes yeux ? Ils sont sournois eux aussi ? »
    dit-elle en réprimant une légère grimace.

    Heureusement que l'enfant n'avait pas encore énormément de cheveux, sinon Eragon aurait lancé un truc du genre ' tu vois, il a ta tignasse de sorcière ' ou un truc du même genre. C'était tout à fait le style du jeune dragonnier. Elle eut un sourire à cette pensée. Puis, prise d'un doute, Hellah se tourna à demi vers lui, interrogative. En effet, elle se demandait si cela était vrai, après tout qu'est-ce qui empêchait
    " Kulybro " de jouer une nouvelle fois avec eux ? Si tous cela n'était qu'une nouvelle illusion, une machination pour les pousser dans leurs retranchements ? Repousser leurs limites pour les faire tomber ? De quelle manière, Hellah l'ignorait, mais la méfiance était chez elle un instinct qu'elle ne pouvait pas négliger, surtout lorsque l'on avait menacé de la tuer, elle ou un ' enfant potentiel '. Eragon ne parut pas pouvoir lui fournir de réponse tangible, si ce n'est une proposition plutôt ... cynique. Elle fit une moue légèrement railleuse, sans dire quoi que ce soit, avant de prendre sa tête entre ses mains, tiraillée entre les sentiments qu'elle semblait étrangement nourrir pour cet enfant qu'elle ne connaissait même pas et qui pourrait très bien être sa progéniture, comme avait émit l'idée le jeune dragonnier. Était-ce pour cela qu'elle ressentait ce besoin de protection envers lui ? Lorsqu'il ajouta qu'ils étaient bloqués de toutes manières, Hellah hocha la tête, ce n'était pas faux. Qui ne tente rien n'a rien comme les grands sages savent si bien le dire, mais c'est plutôt difficile à faire lorsque l'on est en position de décider. Les oreilles de la jeune elfe détectèrent des bruits de pas lourds à l'extérieur et son corps fin se tendit à l'extrême alors qu'elle répondait à la proposition du dragonnier


    « Ça marche ... »
    Elle échangea avec lui un regard inquiet, alors qu'il sortait de la pièce pour accueillir les nouveaux arrivants ...

    Hellah ne cria pas, mais elle sursauta violemment en voyant une arme s'abattre sur Eragon, qu'il bloqua in extremis. Elle dégaina ses dagues, prête à se jeter dans la bataille, lorsque ses yeux se posèrent une nouvelle fois sur l'enfant qui reposait dans le berceau qui venait de se réveiller ... et qui la fixait intensément, se mettant ensuite à pleurer. Comme s'il sentait le danger poindre. Hellah fut une nouvelle fois tiraillée entre aider Eragon à repousser l'attaque et arrêter les pleurs de l'enfant ... au bout d'un moment et malgré les conseils du dragonnier, elle s'approcha du berceau et saisit le bébé avec douceur, sans que le dragonneau n'oppose la moindre résistance et le cala dans le creux de son bras, le berçant maladroitement pour le calmer, alors qu'Eragon se faisait frapper une nouvelle fois. Le sang qui perla au coin des lèvres du dragonnier lui fit perdre toutes les couleurs de son visage. Ce n'était pas un jeu. C'était bel et bien réel. La peur se mêla à l'anxiété de la jeune elfe, une peur irrationelle. Mais où était passé son sang froid ? Son sens pratique ? Ses habitudes ? Eragon ne pu retenir tous les hommes et certains se dirigèrent vers elle. Toujours armée, Hellah ôta sa tunique de telle sorte qu'elle pu faire tenir l'enfant dedans, le maintenant confortablement dans son dos tout en la laissant libre de ses mouvements et elle fixa son adversaire avec attention, une lueur farouche dans le regard. À cet instant, elle était plus belle que jamais ... et sans doute, plus dangereuse. Son pied fouetta l'air et percuta la mâchoire de son assaillant, ce qui sembla être le signal lancé aux guerriers qui s'en prirent à elle dans un même mouvement .... Hellah cru qu'elle réussirait. Elle repoussa la vague avec dextérité et énormément d'adresse. Cependant, ils avaient l'avantage du nombre. Et bientôt elle fut débordée. Si débordée qu'elle reçut un violent coup dans la mâchoire qui la désarçonna, suffisamment pour qu'elle ne pare pas un coup de pied qui se nicha au creux de son ventre, la faisant se plier en deux et provoquant les pleurs du bébé, installé dans son dos. Elle sentie qu'on le lui ôtait, et elle se débattis violemment avant de recevoir un coup de poing contre la tempe, l'assommant à moitié. Allongée au sol, Hellah remarqua à peine les pas s'éloignant, et entendait toujours les pleurs de l'enfant ... Elle sentie des bras l'encercler et tous ce qu'elle s'entendit dire c'est


    « Il faut l'aider ... on peut pas les laisser le prendre ! On peut pas ! Non ... »

    Elle se releva vivement, laissant son impulsivité la guider et elle se rua à l'extérieur, à la poursuite de ceux qui avait enlevé le bébé ... et une nouvelle fois, le noir l'enveloppa ...


Dernière édition par Hellah le Jeu 18 Nov - 14:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatarEragon
Membre du Staff


Masculin
Nombre de messages : 2848
Age : 34
Race : Dragonnier/Humain
Armes : Epée/Arc/Magie
Ville : Bien
Date d'inscription : 12/03/2006

Feuille de personnage
Song thème: Hurricane 30 s to mars
Relation(s):

MessageSujet: Re: Chapitre 3: Le dragonnier & l'elfe   Mer 17 Nov - 21:16

    A la première réponse d’Hellah,Eragon s’exclama avide de pouvoir encore lui lancer un pic.

    -Même des nunuche dans ton genre peuvent procrée de grand dragonnier...Cela n’a rien avoir avec le sang. Et puis la plupart des dragonniers son principalement des elfes. Donc ce gamin à plus de chance d’être ton fils que le mien...


    L’hypothése que l’enfant soit le sien traversa tout de même son esprit, après tout il était mignon comme tout, il pouvait donc être de lui. Finalement il en conclus que c’était impossible,avec qui? Avec qui diable il aurait pus avoir un enfant. Avec Saphira qui l’empêcher de sortir avec quelqu’un, et les femmes qui partait en courant lorsqu’il tentait quelques choses il n’était pas prêt d’avoir d’enfant! Pour répondre à Hellah Eragon lui tira simplement la langue avant d’ajouté:

    -Quoi que je ne sais pas si tu serait capable d’avoir un enfant aussi beau, ce doit être quelqu’un d’exeptionelle pour qu’il soit déjà choisit par un dragon...Les deux forment une unions parfaite, ce sera probablement un dragonnier très puissant qui connaitra son dragon depuis toujours.

    Tout s’enchaina alors très vite, Des hommes se pointèrent devant lui et Hellah. Sa lèvres s’ouvrit et perla de sang la mousse au sol lorsqu’il vit Hellah l’abandonné pour prendre le bébé qui pleurait. Eragon était furieux contre Hellah et cela lui valut de subir un coup d’épée qui lui coupa un peu le bras. Comment pouvait-elle le laisser pour un bambin qu’on ne connaissait rien et dont on ne savait même si il était bien réel. L’elfe s’empara du bébé et le noua dans son dos lorsqu’Eragon l’interpela au sol furieux:

    -Qu’est-ce que tu fait ? Tu deviens maboule ou quoi? Aie!!! Aie!!!

    Un pied s’abbatit sur ses cotes douloureuse à plusieurs repris avant qu’un éclair bleu ne brule le visage de son agresseur. Lorsqu’il fut assez dans le coltard et que 5 hommes se soit charger de lui péter les cotes pour ne plus parvenir à se relever, ceux-ci fondirent sur Hellah. Eragon l’observa au sol et comme lui, elle fut mise à mal par les soldats qui lui arrachèrent le bébé des bras. Celle-ci tenta de se relever en baragouinant des mots qu’il n’entendait pas. Devinant ce qu’elle voulait faire, Eragon cracha un filet de sang puis parvint à parler.

    -Laisse le...On sait même pas ce que sait vraiment...

    Soudain un bruit d’aile et de crie de dragon s’éleva dans la pièce. Le dragonneau c’était mis à couiner à sauta hors du berceau pour chercher son dragonnier. La seconde suivante il fut surpris d’observer la véracité du petit dragon qui sauta à la gorge des soldats. Le sang gicla des morsures du dragon et les 5 soldats tombèrent un par un comme des mouches au sol, la gorge en sang. L’enfant fut déposé au sol vivement et Eragon tenta de se reprendre des forces pour guérir ses blessures.

    -Tout sa c’est ta faute Hellah! On à faillis mourir parce que ta voulus jouer les bonne maman ou les super nounou de service! On vois le résultat! Qu’est-ce qui ta pris?

    A présent debout Eragon s’approcha de Hellah et déposa ses mains sur ses blessures pour les guérir par magie mais comme son énergie était basse il ne soigna que superficiellement les blessures.

    -En tout cas dit au revoir à ton fils car je brise ce sablier c’est décidé!
Revenir en haut Aller en bas
avatarHellah



Féminin
Nombre de messages : 387
Age : 22
Race : Elfe
Armes : Une rapiére elfique nommée Felagund deux poignads Illya & Faëra, un arc,carquois remplis de 50 fléches et sa magie
Ville : Bon
Date d'inscription : 24/02/2008

Feuille de personnage
Song thème:
Relation(s): C'est Novembre dehors, le soleil est blanc et glacé, c'est Novembre dans mon corps et mon coeur est vide et lassé de tous les signes de la vie autour de toi alors j'emmure mes sentiments pour qu'hiberne ce qui reste d'amour, que je renaisse le jour où tes doigts reviendront caresser mes joues jusqu'au sang. Il faudra bien que ce soit à ce point pour me faire oublier toutes ces saisons, du cauchemar de notre séparation ; mon dieu, Eragon, dis-moi que tu n'iras plus jamais si loin. Et si les mots sont les mêmes, je te dirais je t'aime ♥ Islanzadi ma tante qui m'a acceuillit près d'elle et m'a enfin permis d'être. À Calia, mon amie disparue, ma soeur, celle qui restera toujours à l'intérieur de mon coeur et qui continura d'y vivre, par-delà sa mort. Helen & Will ♥

MessageSujet: Re: Chapitre 3: Le dragonnier & l'elfe   Dim 21 Nov - 18:09

    Hellah ne répondit pas à la pic de provocation que lui lança Eragon, lorsque septique, elle lui avait confié qu'elle doutait sérieusement avoir mis un dragonnier au monde, mais même cette qualité mise à part, elle doutait sérieusement d'avoir donné la vie. Cela lui semblait juste ... irréel. Comme si elle avait pu avoir un jour l'idée de quitter sa liberté, son indépendance et tous ce qui faisait d'elle la personne qu'elle était aujourd'hui, pour une vie de famille, avec un enfant dans les bras dont elle prendrait soin. Au fond d'elle-même, cette image ne lui déplaisait pas. Mais ... dans une autre vie peut-être. La famille, s'accrocher à quelqu'un pour vivre avec le restant de ses jours ... ce n'était pas vraiment le genre de l'elfe, et elle se demandait quelles étaient les raisons qui l'avait poussé à mettre ses valeurs de côté. Si elle n'avait pas eu de bébé sous les yeux, et qu'elle se serait trouvé dans une situation normale, face à une personne qui lui aurait relevé cette idée, elle aurait sûrement éclaté de rire avant de lui conseillé de vivre sa vie, sans se préoccuper de la sienne. En ajoutant qu'elle n'avait pas besoin de ça, pour se sentir bien. Mais un intense sentiment de protection semblait la lier à cette petite chose, qui se trouvait endormie contre le petit dragon. S'en était perturbant et Hellah ne cherchait pas à cacher son déroutement au jeune homme, même s'il en se doutait pas des raisons qui la poussait à se montrer si ... confuse ? La nouvelle remarque d'Eragon la fit sourire cette fois-ci, dans la mesure où elle était plus sensée. Avec une moue plus au moins malicieuse, elle répliqua

    Dans l'éventualité où je suis la mère de ce gosse, il est évident que son père serait exceptionnel. Je ne choisirais pas n'importe qui, si je venais à vouloir de ... ça. dit-elle, en fronçant les sourcils, sur la fin de sa phrase. Car il était évident, qu'elle ne voulait pas vraiment de ... ça.

    Puis, les choses s'enchaînèrent bien vite, même pour Hellah qui possédait des réflexes sur développés. Des hommes débarquèrent et le corps d'Hellah se tendit à l'extrême, alors qu'un sursaut l'agitait. Eragon venait de se prendre un coup, si violent qu'elle c'était elle-même sentie bouleversée. S'emparant de ses dagues, elle allait lui porter main forte, comme elle l'avait toujours fait, lorsque le bruit de la tumulte réveilla l'enfant et déclencha ses pleurs. Des pleurs qui bloquèrent Hellah d'un seul coup, la pétrifiant sur place. Chose irrationnelle, car .. pourquoi c'était-elle immobilisée ? Et qu'elle force invisible la poussait à se retourner pour voir ce qu'il se passait pour l'enfant ? Hellah détourna son attention d'Eragon, ne remarquant pas que ce geste offusqua sérieusement le dragonnier. Elle posa ses yeux sur le bébé et bientôt, à peine leurs regards c'étaient-ils croisés qu'une sorte de lien s'établit sur-le-champ. Indéfinissable et pourtant, bien solide. Comme si elle avait fait ça toute sa vie, Hellah prit précipitamment l'enfant dans ses bras et ne sachant que faire en voyant les hommes se libérer d'Eragon pour s'approcher d'elle - ou plutôt de l'être qu'elle portait - elle enveloppa celui-ci dans sa tunique pour le maintenir dans son dos, tout en étant libre de ses mouvements. Elle se tint prête, portant un regard inquiet à son compagnon, qui se trouvait au sol. Elle se surprit à prier pour qu'il ne soit pas grièvement blesser avant que les premiers assauts ne surviennent. Son pied fouetta l'air et elle effectua maintes bottes pendant plus de cinq minutes. Cinq minutes où elle tint le coup face à une quinzaine d'hommes. Elle en blessa plusieurs, en tua quelques-un. Elle se débrouillait plutôt bien jusqu'au moment où son regard croisa celui d'Eragon, sur le sol. Cela la perturba subitement et elle ne réussit pas à éviter le coup qui lui fut administré sous la mâchoire. C'est là que débuta sa chute et qu'elle redoubla de maladresses. Bien mise à mal par les soldats, elle rejoignit bientôt le sol, incapable d'imposer la moindre résistance lorsqu'ils lui retirèrent l'enfant qui pleurait toujours. Et ses pleurs résonnait sous le crâne d'Hellah, qui se sentait douloureusement inefficace. Elle tenta de se relever, l'idée fixe bien présente dans sa tête ; à savoir ne pas les laisser s'en tirer comme ça, lorsque la voix d'Eragon lui assigna de ne rien faire. Hellah allait lui répliquer d'aller se faire voir, lorsqu'un bruissement d'ailes la coupa en plein élan, attirant son attention et avec incrédulité, elle vit le petit dragonneau s'attribuer la tâche que l'elfe c'était pourtant fixée. Le sang gicla, les corps tombèrent. Et les cinq soldats qu'Hellah n'avait pas pu atteindre, s'étalèrent morts, sur le sol, soulevant sous leurs poids, une couche de poussière. L'enfant fut déposé au sol et Hellah, endoloris, se traîna jusqu'à lui, ce qu'Eragon avait fait, une fraction de seconde plus tôt. Et comme d'habitude, la faute retomba sur elle, mais cette fois-ci, elle n'était franchement pas d'humeur à endosser le manteau de la responsabilité.

    La ferme Eragon ! Tu ne sais pas qui je suis donc je ne t'autorise sûrement pas à me juger comme tu le fais ! Qu'est-ce qui m'a pris ? J'en sais rien ! Voilà c'est ma faute, t'es content ? Mais dis moi, qu'aurais-tu fais à ma place, Mr Le Dragonnier qui sait toujours mieux faire que tous le monde ? lâcha-t-elle sur un ton acide.

    Un silence suivit cette déclaration, qu'Hellah termina le coeur encore plus lourd que précédemment. Elle porta un regard mi-furieux, mi-lassé sur le jeune dragonnier, qui finit par s'approcher d'elle pour guérir ses blessures, du moins les celles qui étaient superficielles et sans dire un mot, s'éloigna. Hellah ne savait pas si ce qu'elle venait de dire l'avait atteint, mais pour l'instant, elle n'éprouvait aucun remords. Elle savait que ceux-ci feraient leurs apparitions plus tard.

    Vas-y, qu'on en finisse pour de bon ... dit-elle, la gorge serrée.

    Elle contempla une énième fois l'enfant, qui la regardait avec un air ... curieux. Ses grands yeux bleus parfaitement épanouis l'observait et bientôt, Hellah cru percevoir une ombre de sourire, sur les lèvres du bambin, ce qui l'attendris l'espace d'un instant. Elle voulut tendre la main vers lui, lorsqu'elle entendit l'épée d'Eragon briser fendre l'air, et brisée quelque chose, le sablier. Le sourire d'Hellah se figea et une nouvelle fois, tous devint noir.

    Lorsqu'elle rouvrit les yeux, Hellah se trouvait debout, alors qu'elle ne se souvenait pas s'être levée. Elle se trouvait pile à la place qu'elle avait occupée lorsqu'ils avaient disparus pour la dernière fois, et Eragon se trouvait devant elle, la mine aussi soucieuse que celle qui devait être étalée sur son visage. Hellah regarda autour d'elle, visiblement la grotte était la même, aucune modifications susceptibles d'inquiéter les jeunes gens.


    Tu crois que c'est bon ou ... on se fait encore avoir ? demanda-t-elle, après quelques secondes de silence.
Revenir en haut Aller en bas
avatarEragon
Membre du Staff


Masculin
Nombre de messages : 2848
Age : 34
Race : Dragonnier/Humain
Armes : Epée/Arc/Magie
Ville : Bien
Date d'inscription : 12/03/2006

Feuille de personnage
Song thème: Hurricane 30 s to mars
Relation(s):

MessageSujet: Re: Chapitre 3: Le dragonnier & l'elfe   Dim 21 Nov - 18:50

    Tout devint noir lorsque le dragonnier brisa le sablier. L’instant d’après il se retrouva dehors semblait-il, dans ce qu’il aurait désigné comme une sorte de grotte. Toujours en colère contre Hellah depuis sur ce qui semblait une dispute pour lui, Eragon avait aussitôt eu envie de répliquer aux mots de l’elfe. Depuis ça, elle l’enervait, il avait ressentit une forte colère contre elle comme jamais il n’en avait eu pour la femme elfe. Après tout il avait été à deux doigts de mourir à cause d’elle. Au fond, il été aussi énormément vexé d’avoir été délaissé pour quelqu’un d’autre. Les sourcils froncés, il entendit Hellah lui demandait si ils pensait qu’il étaient libre. Eragon lui jeta un regard mauvais puis répondit tout de même:

    -J’en es l’impression...Alors cette épreuve ta donné envie d’être mère? Tu devrais te dépêcher ou bientôt tu sera trop vieille ou trop insupportable pour qu’un homme t’aide dans ce projet, à moins que ce soit déjà le cas!


    Et encore un de plus pour Eragon qui pensa que celui-ci Hellah ne l’avait volé. Il croisa alors les bras un instant comme pour voir si un souvenir se lançait mais rien ne ce passa. Eragon jeta un coup d’oeil à l’elfe puis brisa le silence qui c’était installé depuis un moment entre eux.

    -Bon je me tire moi, je rentre chez moi. J’ai mon compte d’aventure pour aujourd’hui. Ciao la vieille!

    Lâcha Eragon amer en s’éloignant de l’elfe. D’un pas rapide alors,il s’éloigna...Il tenta de se repéré au dehors et très vite il se rendit compte qu’il n’était pas loin de chez lui. La maison des dragonniers à quelques mètres, Eragon éclata de rire tout seul en pensant à la marche que Hellah aurait à faire avant de retourner chez elle alors que lui n’était qu’à quelques minutes. Lorsqu’il arriva devant l’arbre de sa maison, il grimpa sur l’échelle avec finesse et arriva très vite dans son salon. Tous ses souvenirs l’avait mis en colère, en particulier ceux avec Arya et Saphira. Il attrapa alors une bouteille d’hydromel que son amis nain Orik lui avait offert puis l’ouvrit avec les dents avant d’en boire une grosse gorgé. Très vite il décida de sifflé la bouteille à lui tout seul,histoire d’oublié tout ses souvenirs idiot qui lui revenait en tête...

    Une heure plus tard, deux bouteilles d’hydromel vide tourbillonnait désormais sur le sol. Eragon en avait même ouverte une troisième qu’il buvait juste pour le plaisir de penser à autre choses. Très vite les souvenirs de la journée avait laissé place à une autre pensé. La nuit était tombé depuis peu lorsqu’une seule pensé avait pris place dans sa tête à la place des autres souvenirs. Il pensait à présent à Hellah, une gorgé de plus et la colère contre elle refit surface. Une gorgé de plus et il la trouvait amusante,une de plus et l’envie de la taquiner alluma un désirs de se rendre chez elle pour l’embêter. Après avoir vidé sa troisième bouteille d’hydromel, Eragon regarda le cadran magique qui lui indiqua l’heure chez lui et remarqua qu’il était une heure du matin. Une bonne heure pour débarquer chez Hellah pensa Eragon. En plus , il n’avait plus de bouteille d’hydromel, peut être qu’il pourrait en prendre chez l’elfe.

    C’est donc dans un état second qu’Eragon dévala l’échelle de son arbre en ratant les dernière tige qui le fit tombé au sol de quelques mètre. Il traversa d’une démarche étrange les bois avant d’entré dans une maison dont il ressortit rapidement. Ce n’était pas la maison d’Hellah, il c’était trompé, il explosa de rire entre les arbres et pénétra dans une nouvelle maison toujours à la recherche de l’elfe. Très vite il sentit dans la nouvelle maison le parfum de l’elfe. Il ne c’était pas tromper cette fois au moins. Il brailla alors d’une voix grave dans la maison:

    -Une souris...verte...je l’attrape par la queue...montre à ses messieurs...ses messieurs me disent...L’huile...

    Il tangua de droite à gauche et se retrouva soudain dans une nouvelles pièce avec un lit au milieu. Eragon se laissa tomber dessus et continua de chanter avant d'avoir l'impression que quelqu'un était proche de lui. Il sentait un esprit caressait le sien comme pour lire en lui.

    -Une bouteille d'ydromel pour le lit 5 sious plait?
Revenir en haut Aller en bas
avatarHellah



Féminin
Nombre de messages : 387
Age : 22
Race : Elfe
Armes : Une rapiére elfique nommée Felagund deux poignads Illya & Faëra, un arc,carquois remplis de 50 fléches et sa magie
Ville : Bon
Date d'inscription : 24/02/2008

Feuille de personnage
Song thème:
Relation(s): C'est Novembre dehors, le soleil est blanc et glacé, c'est Novembre dans mon corps et mon coeur est vide et lassé de tous les signes de la vie autour de toi alors j'emmure mes sentiments pour qu'hiberne ce qui reste d'amour, que je renaisse le jour où tes doigts reviendront caresser mes joues jusqu'au sang. Il faudra bien que ce soit à ce point pour me faire oublier toutes ces saisons, du cauchemar de notre séparation ; mon dieu, Eragon, dis-moi que tu n'iras plus jamais si loin. Et si les mots sont les mêmes, je te dirais je t'aime ♥ Islanzadi ma tante qui m'a acceuillit près d'elle et m'a enfin permis d'être. À Calia, mon amie disparue, ma soeur, celle qui restera toujours à l'intérieur de mon coeur et qui continura d'y vivre, par-delà sa mort. Helen & Will ♥

MessageSujet: Re: Chapitre 3: Le dragonnier & l'elfe   Dim 21 Nov - 20:46

    Les mots que prononça Eragon la blessèrent aussi sûrement que l'aurait fait une dague en plein coeur. Et attisa d'autant plus sa colère. Comment pouvait-il avoir l'audace de lui balancer cela à la figure ? Était-il suicidaire, vu l'état émotionel dans lequel elle se trouvait, elle aurait pu être capable de se jeter sur lui pour lui faire mal, frapper chaque parcelle de son corps pour le faire souffrir. Et elle était vraiment à deux doigts de le faire, mais quelque chose d'indescriptible l'en empêchait. D'autant plus qu'elle sentait que ce n'était la meilleure décision qu'elle pourrait prendre - perdre le contrôle sur sa colère lui était déjà arrivé, et de nombreuse fois, cela était arrivé à cause du jeune homme. Et cela ne c'était terminé bien, qu'inextremis. Elle doutait sérieusement que mettre sa chance sur un fil ténu était une bonne idée. C'est pourquoi, elle prit une longue inspiration et tentait d'enfermer sa fureur quelque part, dans son être. Elle expulserait celle-ci plus tard. Cependant, elle ne pu refouler les mots qui dépassèrent sa pensée, blessants et particulièrement précis.

    C'est toi qui me dis ça ? Monsieur qui se sent détruit, parce qu'une elfe a refusé ses avances ? dit-elle avec un rictus de dédain.

    Elle savait qu'elle était allée trop loin, elle le su dès que ses paroles eurent passé ses lèvres. Et celles-ci avaient dépassé sa pensée, jamais elle n'aurait mis ce sujet sur la table en temps normaux. Mais il fallait avouer, qu'il l'avait mérité, dans un sens. Il lui lança un regard méprisant qui la pétrifia sur place et bientôt, il décidait de partir. Hellah ne le retint pas, dans la mesure où ils n'avaient plus rien à se dire. Lorsqu'il eut quitté la grotte dans laquelle ils se trouvaient, Hellah lâcha un soupir de lassitude qui résonna sur les roches, parfaite traduction de ce qu'elle ressentait à cet instant. Lorsqu'elle était en compagnie d'Eragon, elle ne répondait plus d'elle-même, et cette habitude qu'elle avait prise l'agaçait. Car plus elle affectionnait le jeune homme, plus elle le blessait, la plupart du temps, involontairement. Comme si inconsciement, elle cherchait à le repousser, comme l'avait toujours fait avec tous le monde. Nouveau soupir. Elle songeait qu'elle ne devrait sans doute pas le revoir avant un bout de temps. Et peut-être était-ce mieux ainsi ? Elle finit par se relever et sortie à son tour de la grotte, ce qui fut pour elle un soulagement, elle avait tendance à ne pas être à l'aise dans les lieux clos. Elle réussit à se situer correctement et se dit qu'elle aussi, ferait mieux de retourner chez elle. Ellesméra. Pour une être normalement constitué, cela signifiait une semaine de marche. Pour Hellah, cela signifiait trois heures de course longues et laborieuses. Mais elle avait de l'énergie à revendre, et courir serait pour elle un moyen d'échapper à son stresse. Surtout si elle passait directement par la forêt. Avec entrain, et décidé à se sortir cette dispute de la tête, Hellah entama sa course après avoir déniché une bouteille de faelnirv au fond de sa poche. Cela lui faisait penser qu'elle avait laissé Alhem ... mais celle-ci devait sûrement avoir emprunté le chemin vers la capitale elfique et elle était suffisamment reconnaissable pour ne pas être arrêtée. Bientôt, Hellah s'élançait hors de Daret, et il lui semblait que son coeur si lourd, restait derrière elle ...

    Ellesméra. Enfin. Hellah n'en pouvait plus. Cela faisait deux heures et demi qu'elle courait à s'en arracher les jambes et à abandonner ses poumons. Mais cela avait eu le mérite de la faire réfléchir. Elle savait d'ores et déjà qu'elle irait s'excuser auprès d'Eragon, dès qu'elle en aurait le temps. Dès qu'elle aurait prit une douche. Apercevant avec soulagement sa maison, Hellah eu grande peine à escalader l'arbre, bien que ses gestes soient souples et précis. Elle se glissa en silence dans sa chambre, ne passant pas par l'entrée principale, et se dirigea directement vers la salle de bain, afin de satisfaire son besoin d'hygiène. Elle fit couler de l'eau dans une cuve, avant de chauffer celle-ci, prenant garde à ne pas en faire trop, son énergie n'étant pas à même de la porter. Elle prit un short en coton blanc dans sa commode, ainsi qu'un léger débardeur de la même couleur et matière que son bas et se glissa dans l'eau, soupirant d'aise. Tous ses muscles criaient de protestations et bientôt, celles-ci furent tût, bâillonnées par le confort. Hellah s'empressa de s'immerger, lorsque derrière elle, la porte s'ouvrait doucement et elle vit Camyl, une jeune elfe qu'elle avait accepté d'accueil chez elle, provisoirement. Avec étonnement, Hellah la considéra une minute et demanda dans sa langue maternelle


    Excuse-moi, je ne t'ai pas réveillé j'espère ?
    Non, quelqu'un d'autre s'en est chargé à ta place ...


    Hellah fronça les sourcils, confuse. Que voulait-elle dire par là ? Comprenant qu'elle ne saisissait pas où elle voulait en venir, Camyl poursuivit

    Il y a un homme ivre, qui a débarqué il y a une demi-heure et qui baragouine des choses ... étranges.
    Attends deux secondes. Grand, brun, yeux marrons, séduisant, mais un peu chiant sur les bords ?


    Elle acquiesça et Hellah passa une main sur son front. Qu'est-ce que Eragon faisait ici ? Et ivre, en plus de ça.

    J'arrive tous de suite.


    Alors que Camyl s'éclipsait dans la pièce voisine, Hellah quitta son bain à regret, et noua ses cheveux dans son dos pour que ceux-ci ne mouillent pas ses vêtements de nuit. Elle les enfila rapidement avant de vider l'eau et se sentant plus détendue, elle se rendit d'abord dans sa chambre, et but du faelnirv, ce qui la revigora. Puis, elle passa la porte de sa chambre et vit allongé sur le dos, Eragon qui parlait, se mélangeant dans ses mots ... ivre. Hellah ne se permit pas de soupirer, et bientôt elle saisit l'homme par le bras et dit doucement ;

    Allez viens, laisse Camyl tranquille un peu ...

    Elle le fit se relever et l'entraîna de force vers sa chambre, histoire de ne pas perturber sa colocataire de passage plus longtemps. Elle le lâcha une fois dans la pièce, et ferma soigneusement la porte, alors qu'Eragon titubait. Hellah le surveilla, histoire qu'il ne perde pas équilibre et lâcha


    Mais qu'est-ce que tu fais là ? Et complètement ivre mort, en plus de ça ....
Revenir en haut Aller en bas
avatarEragon
Membre du Staff


Masculin
Nombre de messages : 2848
Age : 34
Race : Dragonnier/Humain
Armes : Epée/Arc/Magie
Ville : Bien
Date d'inscription : 12/03/2006

Feuille de personnage
Song thème: Hurricane 30 s to mars
Relation(s):

MessageSujet: Re: Chapitre 3: Le dragonnier & l'elfe   Dim 21 Nov - 21:17

    Monsieur qui se sent détruit, parce qu'une elfe a refusé ses avances ? Ce fut ses mots et la journée qui avait ravivé une foule d’émotions négative chez lui et qui l’avait poussé à boire jusqu’à l’ivresse. Il avait longtemps été triste à cause d’Arya, c’était son grand premier amours qui c’était très mal finis. Hellah avait compris à cause du souvenir qu’en effet l’histoire inexistence avec Arya l’avait détruit. Même si cela daté de plusieurs années désormais,Eragon ne pouvait pas s’empêcher d’y pensés quelques fois. Allongé sur le lit, quelqu’un l’empoigna avec force, quelqu’un parla, Hellah probablement. Eragon baragouina quelques mots puis chanta:


    - Mon petit oiseau, a pris sa volé! A pris sa! A la volette! A pris sa ! A la volette! Hein dit elle et bien ma chanson? Qui est-tu? Hellah? C’est toi?


    On l’emmena dans une chambre voisine avant qu’il ne percute une chaise et bureau d’un pas chancelant. Hellah lui demanda ce qu’il venait faire ici et Eragon éclata de rire.

    -Je suis venir chanter! Non, en faîte je me demandais si tu aurait l’obligeance de dépanné un dragonnier comme moi, il me faudrait toutes les bouteilles d’hydromel que tu a chez toi...Ne prend surtout pas cela pour des avances ou sinon je risque encore d’essuyer un refus!

    Il éclata d’un rire hilare et roula au sol en se tordant le ventre de douleur. La minutes d’après il se releva et répéta:

    -Ou suis-je? Ha Hellah! Que fait tu chez moi? Tu viens encore m’embêter? J’épsère que tu a pensé aux bouteilles! J’ai grand soif! Passe moi la gourdasse l’elfe!


    Il tituba et retomba une nouvelle fois sur une chaise avant se relever.

    -Bon je m’en vais! J’ai pleins de choses à faire! Il faut que je trouve d’autres bouteilles! Après Eragon le dragonnier voici Eragon le poivrot! Venez tous chez moi je fait une faite ce soir! Hey Hellah ! Viens avec ta copine ! Je vais aller chercher mon amis Orik! Mais j’éspère qu’une de vous deux et branché nains de jardin parcequ’il est tout p’tit mon pote! Hahahah! Mais il a une grosse hache! C’est pratique pour l’hiver quand sa caille! TAC! Tu l’appelle, il te coupe ton bois! Et voilà le travail!

    Il tituba une nouvelle fois vers Hellah et s’empresa de prendre la direction de la sortie, il avait l’impression qu’il lui fallait de l’air car l’alcool lui donné mal au ventre.

    -Bon la fête commence dans 10 minutes! Précis, amenez des bouteilles, des sucreries et surtout pas de vos plantes merdique à la guigne!


    Il éclata une nouvelle fois de rire et tomba sur Hellah avant de se redresser.

    -Oups désolé! Allez viens chez moi! On chantera des chansons toute la nuit! Elle c’est chanter ta copine Camylou? Dé fois je chante avec Saphira, mais bon elle chante mieux que moi mais c’est pas grave!
Revenir en haut Aller en bas
avatarHellah



Féminin
Nombre de messages : 387
Age : 22
Race : Elfe
Armes : Une rapiére elfique nommée Felagund deux poignads Illya & Faëra, un arc,carquois remplis de 50 fléches et sa magie
Ville : Bon
Date d'inscription : 24/02/2008

Feuille de personnage
Song thème:
Relation(s): C'est Novembre dehors, le soleil est blanc et glacé, c'est Novembre dans mon corps et mon coeur est vide et lassé de tous les signes de la vie autour de toi alors j'emmure mes sentiments pour qu'hiberne ce qui reste d'amour, que je renaisse le jour où tes doigts reviendront caresser mes joues jusqu'au sang. Il faudra bien que ce soit à ce point pour me faire oublier toutes ces saisons, du cauchemar de notre séparation ; mon dieu, Eragon, dis-moi que tu n'iras plus jamais si loin. Et si les mots sont les mêmes, je te dirais je t'aime ♥ Islanzadi ma tante qui m'a acceuillit près d'elle et m'a enfin permis d'être. À Calia, mon amie disparue, ma soeur, celle qui restera toujours à l'intérieur de mon coeur et qui continura d'y vivre, par-delà sa mort. Helen & Will ♥

MessageSujet: Re: Chapitre 3: Le dragonnier & l'elfe   Dim 21 Nov - 21:59

    Hellah leva les yeux au ciel lorsqu'Eragon commença à chanter une chanson, sans queue ni tête et bientôt, elle l'empoignait de force pour l'entraîner vers sa chambre, songeant que Camyl devait déjà se demander d'où elle connaissait un type pareil. Les elfes sont généralement coincés, et si Hellah ne l'était pas autant qu'eux, c'était sûrement dû au fait qu'elle avait vécu hors de la communauté elfique pendant une bonne partie de sa vie. Ce qui n'empêchait pas le fait, qu'elle soit une elfe, elle aussi. Elle referma soigneusement la porte derrière elle, alors qu'Eragon s'avançait en titubant dans la pièce. Il percuta une chaise et chancela et Hellah lui évita de s'étaler de tous son long sur le sol en le rattrapant par le bras, alors qu'elle lui demandait ce qu'il faisait ici. Il éclata de rire, ce qui permit à Hellah de mesurer le nombre de bouteilles qu'il avait bu ; à savoir une de trop. Ah, il était venu pour prendre de l'hydromel, ici ? Il y avait plus meilleur endroit qu'ici, pour chercher de l'alcool, honnêtement.

    Il n'y a aucun alcool ici ...

    Remarque inutile, puisqu'il éclata de rire, avant de s'étaler sur le sol, sans qu'elle ne puisse cette fois-ci le retenir. Il se roula à ses pieds une bonne dizaine de secondes, avant de se relever, pour la dévisager étrangement. Dieu, qu'elle n'aimait pas lorsqu'il était dans cet état ... mais alors, pas du tout. Il se mélangeait dans ses mots, et ce qu'il disait n'avait aucun sens. Il voulait rester, puis partir. Il parlait d'une fête qu'il souhaitait organisée, dans le DuWeldenvarden, chez lui. Avait-il ne serait-ce qu'un peu conscience que les elfes se trouvant ici n'avaient pas vraiment l'esprit de fête ? Surtout depuis ces derniers temps. Mais il était trop ivre pour se rendre compte de l'absurdité de ses paroles. Alors qu'il prenait la direction de la sortie, tout en la contournant, il déclara que la fête commencerait bientôt et bientôt, il perdait son équilibre une nouvelle fois, a la plus grande exaspération d'Hellah. Chanter ? Sérieusement ... il avait touché le fond.


    J'ai une meilleure idée Eragon, tu sais ce que tu vas faire ? T'allonger dans le lit, arrêter de dire des conneries, et cuver.

    La jeune elfe le saisit une nouvelle fois par le bras et elle savait déjà qu'il allait se débattre, comme s'il allait gentiment se laisser conduire. Elle n'était pas dupe. Bientôt, elle l'entraînait de force jusqu'au lit qu'elle occupait habituellement et le força à s'y asseoir avant d'ajouter aux paroles qu'elle avait prononcé quelques instants plus tôt.

    Tu arrives même pas à tenir debout, alors doué comme tu es, tu devrais même pas survivre à la descente de cette arbre. Eragon qui meurt en tombant d'une branche, ça serait bête, n'est-ce pas ?

    Elle lui fit un petit sourire, celui qu'elle se réserve habituellement lorsqu'ils se taquinent, et c'était ce qu'elle était en train de faire à cet instant, bien que la recommandation voilait celle-ci. Elle le regarda un instant, alors qu'il s'agitait et sans le quitter des yeux, elle recula vers sa table. Elle prit une tasse propre et y versa de l'eau brûlante à laquelle elle mélangea quelques herbes dont les propriétés semblait vouloir rendre la lucidité à un esprit embrumé par l'alcool et bientôt, elle lui apportait .. avant de se rendre compte qu'il ne se tenait plus sur le lit, mais au bord de la fenêtre. Avec un pincement de lèvre, Hellah lança


    Je suppose que je vais devoir user de la force pour te faire boire ça, c'est ça ? demanda-t-elle, d'une voix légèrement ironique.

    Elle ne voyait pas le visage du jeune dragonnier et ne savait donc pas à quoi il pouvait bien penser à cet instant. Allait-il encore lui sortir une ânerie, ou pas ?
Revenir en haut Aller en bas
avatarEragon
Membre du Staff


Masculin
Nombre de messages : 2848
Age : 34
Race : Dragonnier/Humain
Armes : Epée/Arc/Magie
Ville : Bien
Date d'inscription : 12/03/2006

Feuille de personnage
Song thème: Hurricane 30 s to mars
Relation(s):

MessageSujet: Re: Chapitre 3: Le dragonnier & l'elfe   Mar 23 Nov - 17:56

    Il n'y a aucun alcool ici ... Il n'y a aucun alcool ici ... Les mots résonnait dans son crâne alors qu’il titubait dangereusement debout. Si il n’y à rien à boire ici rentre chez toi Eragon! Lui disait sa conscience,pas assez fort visiblement. Ou allons chez Orik! Lui oui a des bouteilles dans sa maison. Un sourire béa se dessina sur son visage à cette idée. Hellah tenta de l’allonger mais Eragon refusa.

    -Je m’allonge? Pour qui faire? Non chante moi une chanson !

    Il fredonna alors une chanson grossière typiquement humaines que l’elfe ne devait pas connaitre. Elle le força alors à s’asseoir sur le lit et Eragon se mis à bougonner. Lorsqu’elle parla qu’il était pas dans l’état de rentrer dans sa maison , il pris aussitôt une voix criarde et imita l’elfe avec de grosse mimiques ridicules.

    -Tu arrives même pas à tenir debout, alors doué comme tu es, tu devrais même pas survivre à la descente de cette arbre. Eragon qui meurt en tombant d'une branche, ça serait bête, n'est-ce pas Gnagnagna...

    Il fit mine de se recoiffé tel une femme à longue chevelure puis répondit de sa voix grave.

    -Cela te plairait n’est-ce pas que je m’écrase comme une vieille chaussette en grimpant dans l’arbre pas vrai?

    Il fronça les sourcils puis tira la langue à l’elfe comme un gamin de six ans. Elle lui tourna alors le dos 5 minutes et Eragon en profita pour se rendre à la fenêtre. L’air frais lui fit énormément de bien. Il se tourna soudain vers Hellah et regarda son liquide entre ses mains.

    -Pouaa qu’est-ce que sait que cette horreur? Bois pas ça tu va te transformer en boule de merdasse! Viens plutôt avec moi chez Orik ! Sa maison est pleine de bouteilles, c’est un vrai pictons!

    Il tituba une nouvelle fois au bord de la fenêtre et manqua de tombé à la renverse.

    -Elle est haute cette fenêtre? Sinon on passe par la ! C’est plus drôle! Pas vrai Hellounette!

    Il tomba alors de la fenêtre et se rendit compte que la fenêtre était assez haute, Il déplaça alors une branches d'arbres dans sa mains par magie lors de sa chute et se balança avec comme un singe idiot. Soudain il tomba et la chute fut moins haute grâce à la branche. Arrivé au sol, il éclata d'un grand rire sonore avant de reprendre sa route dans le noir, oubliant totalement Hellah au passage...
Revenir en haut Aller en bas
avatarHellah



Féminin
Nombre de messages : 387
Age : 22
Race : Elfe
Armes : Une rapiére elfique nommée Felagund deux poignads Illya & Faëra, un arc,carquois remplis de 50 fléches et sa magie
Ville : Bon
Date d'inscription : 24/02/2008

Feuille de personnage
Song thème:
Relation(s): C'est Novembre dehors, le soleil est blanc et glacé, c'est Novembre dans mon corps et mon coeur est vide et lassé de tous les signes de la vie autour de toi alors j'emmure mes sentiments pour qu'hiberne ce qui reste d'amour, que je renaisse le jour où tes doigts reviendront caresser mes joues jusqu'au sang. Il faudra bien que ce soit à ce point pour me faire oublier toutes ces saisons, du cauchemar de notre séparation ; mon dieu, Eragon, dis-moi que tu n'iras plus jamais si loin. Et si les mots sont les mêmes, je te dirais je t'aime ♥ Islanzadi ma tante qui m'a acceuillit près d'elle et m'a enfin permis d'être. À Calia, mon amie disparue, ma soeur, celle qui restera toujours à l'intérieur de mon coeur et qui continura d'y vivre, par-delà sa mort. Helen & Will ♥

MessageSujet: Re: Chapitre 3: Le dragonnier & l'elfe   Mar 23 Nov - 20:20

    Hellah conserva son entière attention sur Eragon, alors qu'elle préparait une infusion de l'autre côté de la pièce. Seulement, elle devait être sérieusement distraite, puisque lorsqu'elle se retourna, Eragon ne se trouvait plus là où elle l'avait laissé, mais au bord de la fenêtre. Dangereusement au bord. Au nom de la lune, mais qu'est-ce qui pouvait pousser le jeune homme à se moquer d'elle ainsi ? Premièrement, en imitant d'une manière peu flatteuse les recommandations qu'elle tentait de lui faire part. Ça encore, elle pouvait laisser passer dans la mesure où Eragon n'était pas vraiment maître de son attitude. Deuxièmement, il semblait qu'il prenait un malin plaisir à lui faire des remarques du genre ' t'aimerais bien que je meurs hein, ça te ferait des vacances, avoue '. Elle pouvait la prendre avec humour, mais enfaîte, de ce côté-là la jeune elfe n'éprouvait pas le moindre amusement à plaisanter. C'est pourquoi lorsqu'il lui avait lancé ça, Hellah s'était écartée, tête baissée pour préparer la mixture. Et voilà qu'à présent, le jeune dragonnier se penchait dangereusement au-dessus du vide, mettant les nerfs d'Hellah à rude épreuve. Lorsqu'il remarqua la tasse qu'elle avait entre les mains, le dragonnier ne manqua pas de marquer son opposition à ce qu'il - ou plutôt elle - avale ce truc. Avec un sourire, il avait titubé et l'estomac d'Hellah se serra alors qu'elle esquissait un pas en avant, conservant la tasse, serrant celle-ci entre ses doigts fins tellement l'angoisse qu'il tombe l'horrifiait. Il ajouta quelques mots qui auraient pu la faire sourire en temps normaux, puis d'un seul coup il tomba en arrière et avec un cri, Hellah laissa tomber l'objet qu'elle portait et fonça vers la fenêtre, les muscles tendus à l'extrême alors que ses yeux à la vue perçante cherchait déjà - avec anxiété - un corps, voire même un cadavre à cause d'une mauvaise réception et ... Elle trouva Eragon, perché à une branche. Elle allait soupirer, seulement ce soupir resta coincé dans sa gorge alors qu'elle le voyait chuter vers le sol, sans pouvoir faire quoi que ce soit.

    ERAGON !

    Le cris d'Hellah se perdit dans les bruissements d'ailes des oiseaux qu'elle venait de déranger et qui prenaient leurs envols, espérant trouver un nid plus silencieux. Hellah enjamba sa fenêtre et de là, observa le jeune homme qui éclatait de rire. Elle espérait qu'il n'avait rien et allait le rejoindre, lorsqu'elle vit le jeune homme se relever, puis reprendre son chemin, comme s'il n'était pas tombé, comme s'il avait juste chancelé. Il ne se retourna même pas, et Hellah hésita à le suivre. Ce fut Camyl qui la retint ... - de toutes manières, Hellah n'allait pas sortir si peu vêtue. En effet, la jeune elfe c'était introduite dans sa chambre et lui délivrait un renseignement.

    J'ai attendu que ton ami soit parti pour te le dire, mais aux premières heures de l'aube, tu dois prendre un message et le délivré à la capitale du Surda.
    Tu es sûre ? Je viens à peine de rentrer ...
    C'est ce que l'on m'a dit de te dire ...


    Hellah laissa un soupir de lassitude quitter ses lèvres. À présent, elle ne pouvait pas même songer suivre le jeune homme pour vérifier s'il se tiendrait bien pour la nuit. Ses obligations envers l'armée des elfes et donc envers Islanzadi étaient bien trop importantes pour qu'elle puisse les négliger, même si elle aurait préféré ne pas en avoir, au moins ce soir-là. Hellah congédia Camyl, qui retourna se coucher et encore hésitante, Hellah éteignit toutes les lumières de sa chambre et se glissa dans les draps de son lit. Sa conscience n'était pas tranquille. Et s'il arrivait malheur à Eragon ? Elle ne pourrait pas l'aider, cette fois-ci ... Et si ... Hellah se laissa aller à un sommeil agité, où des cauchemars ayant principalement un certain dragonnier pris au piège venait la hanter ...

    Hellah enfila un pantalon noir moulant, ainsi qu'une tunique de la même teinte, avant d'enfiler des bottes en cuir souple et de jeter sur ses frêles épaules un cape chaude. Elle plaça ses dagues sur ses hanches, et un couteau effilé contre son mollet, avant de brosser sa chevelure brune et de sortir de la maison, son sac de voyage sur le dos. Elle eut le déplaisir de ne pas voir Alhem arriver - elle apprit plus tard que sa jument c'était blessée sur le chemin du retour, et qu'il était préférable qu'elle se repose un peu. C'est pourquoi Hellah emprunta un cheval dont elle n'avait pas réellement cure, avant d'aller prendre le message à l'endroit indiqué. Elle voulait prendre la route, le plus tôt possible. Elle aurait souhaité passer par la maison d'Eragon avant de partir ... mais pensa au dernier moment que cela devait être une mauvaise idée. Il avait sûrement très peu envie de la voir ... c'était une évidence. Le cœur lourd, elle quitta Ellesméra, espérant revoir la capitale de si tôt.

    Alors qu'elle quittait le Du Weldenvarden, Hellah galopait les yeux fixés sur ses pensées, incapable de songer à autres choses que la veille. Elle aurait dû au moins vérifier qu'Eragon était bien de retour chez lui ... cela aurait été la moindre des choses. Mais, hantée par ses démons, la jeune elfe n'avait pas eu le courage de ne serait-ce qu'essayer. Elle savait d'ores et déjà comment cela se serait terminé ... en dispute. Et dieu seul sait qu'elle déteste entamer une confrontation. Enfin, pas avec le dragonnier du moins. Elle se rendait compte que cela faisait peu de temps qu'elle le connaissait ... seulement il en connaissait déjà beaucoup trop sur elle, plus qu'Islanzadi elle-même ! C'était peut-être un peu trop dangereux pour lui. Ou pour l'elfe, qui décidément, ne se faisait pas à cette proximité. Hellah flatta l'encolure de sa monture, qui continuait son avancée. Elle avait dans l'idée de contourner le Hadarac, ne souhaitant pas effectuer une traversée de celui-ci - il était devenu une de ses hantises. Quelques jours plus tard, Hellah arrivait aux environs de Marna, une haute montagne qui était généralement un excellent point de repère pour la jeune elfe. Ce qui expliquait qu'elle pouvait descendre vers Bullridge, pour faire le plein de provisions. Habituellement, Hellah n'empruntait pas les routes, surtout lorsqu'elle entrait dans l'Empire. Seulement, elle devait bien se ravitailler. Peut-être aurait-elle dû s'arrêter ailleurs, un autre jour ... elle arrivait aux abords de la ville, légèrement lasse. À cet instant, elle pensait sérieusement à un repas chaud, avant de reprendre la route. Lorsqu'elle s'aperçut que le silence était trop profond. Elle regarda autour d'elle, mettant en œuvre sa vision elfique spectaculairement aiguisée et repéra des silhouettes, dissimulées dans le couvert des arbres. Avec agacement, Hellah lança Jhumö en avant, et elle entendit un bruit de course. Bientôt, elle laissait sa cape et le dos de sa monture et se laissait tomber au sol, conservant son sac et ses armes et se jeta à l'abri, alors qu'une dizaine d'hommes passaient devant elle, à la poursuite d'un cheval sans cavalier. Hellah patienta longuement, ne voulant pas se faire prendre par une personne plus patiente qu'elle. Sans qu'elle ne s'en aperçoive cependant, quelqu'un de très silencieux - trop même pour être un simple humain - c'était glissé dans son dos et le coup qu'elle reçut à l'arrière du crâne eu raison d'elle, la plongeant dans l'inconscience.

    Lorsqu'elle se réveilla, Hellah était suspendue par les bras au-dessus du sol. Elle remarqua instantanément que ses armes n'étaient plus sur elle et qu'on lui avait retiré la majorité de ses vêtements, les remplaçants par un short et une brassière toute simple, détail qui l'agaça, mais pas autant que la posture dans laquelle elle se trouvait. La douleur que celle-ci lui prodiguait était omniprésente dans tout ses muscles, puisqu'elle ne tenait plus qu'à la force de ses poignets ligotés. Mais bon dieu, que faisait-elle ici ? Elle releva légèrement la tête, sa vision était trouble et une jeune femme blonde se trouvait face à elle, sans qu'Hellah ne la voit réellement. Sa voix cependant, murmurait à sa mémoire ... et ne pas reconnaître l'énervait. Elle n'entendit pas non plus ce qu'elle lui dit, comme si elle lui parlait une langue inconnue et n'ayant pas la moindre réponse à lui donner, Hellah sentie une main toucher la peau de son ventre plat et une vive douleur - comme si l'on passait de l'électricité dans son corps. Elle se mordit violemment la lèvre, faisant saigner celle-ci, pour ne pas crier tandis que son corps s'agitait de spasmes incontrôlables, et bientôt, n'entendant plus rien, seulement une porte claquée - lui semblait-il - Hellah s'agita, ce qui ne fit qu'accentuer ses douleurs. Pendue comme un morceau de viande. Elle n'arrivait pas même à réfléchir ... elle en oubliait presque qui elle était. Était-elle droguée ? Elle n'arrivait même pas à formuler cette interrogation dans son esprit ... tous s'embrouillait ... puis, elle sombra une nouvelle fois, ne s'étant pas même aperçu, dans la souffrance qui l'habitait, du nombre de contusions qui barrait son corps, et des hématomes qui s'étalaient sur sa peau, faisant un contraste impressionnant avec son teint de lait ...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chapitre 3: Le dragonnier & l'elfe   

Revenir en haut Aller en bas
 

Chapitre 3: Le dragonnier & l'elfe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: - :: L'EMPIRE :: daret-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit