AccueilS'enregistrerConnexion

Venez vous faire déclarer et choisir votre armée dans CE SUJET !

Les groupes par armée sont crées ! Si vous n'avez plus de groupe ou pas le bon, il vous sera demandé de vous rendre dans le sujet ci-après rapidement.


Partagez | 
 

 Lenka, c'est moi =D [Sans blague o_O']

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
AnonymousInvité
Invité



Lenka, c'est moi =D [Sans blague o_O'] _
MessageSujet: Lenka, c'est moi =D [Sans blague o_O']   Lenka, c'est moi =D [Sans blague o_O'] I_icon_minitimeMar 29 Jan - 19:47

RPG :


Nom :
//

Prénom :
Lenka

Surnom éventuel :
Aucun pour le moment.

Age :
12 ans

Race [/humain/elfe/ nain/ombre...]:
Humaine

Dragon/dragonnier :
A mon âge ?

Magie ? :
Non, ou accidentellement alors ^^’

Physique du personnage ( 3 lignes complètes) :
Lenka est une jeune fille de taille moyenne pour son âge. Elle a les cheveux d’un noir jais et ses yeux sont de la même couleur. Cela lui donne un air froid mais le fait que ses yeux soient bridés lui donne un aspect plus sympathique. Cependant, quand elle ne sourit pas, son visage s’assombrit, ce qui lui permet de passer inaperçue dans n’importe quelle situation. Elle a la talle fine et presque aucune forme, elle est jeune de toute façon.

Caractère du personnage ( 2 lignes complètes) :
Lenka est une personne méfiante. Tel un chat sauvage, elle est capable de griffer, de mordre, de cracher, mais quand elle est en confiance, elle se laisse facilement apprivoiser. C’est une bonne comparaison d’après elle. De plus, la petite femme est très lunatique et gourmande. Malgré ces défauts, Lenka est très proche de la nature et elle aime aider les gens qui sont dans le besoin. Mais elle n’est pas bonne poire non plus… Loin de là. Elle possède un caractère bien trempé.

Histoire (6 lignes complètes) :
Allongée au milieu d’un champ de blé, une petite fille tentait de respirer lentement et de se remettre du choc. Elle se souvint d’une odeur de brûlé, de cris, d’un éboulement, encore des cris, de quelqu’un qui la lançait, d’une pierre qui tombe sur sa tête… Des images confuses, sans queue ni tête…
La petite se releva. Elle ne paraissait pas avoir plus de six ou sept ans. Elle était maintenant assise, les mains posées sur la terre qui était légèrement humide. La jeune fille était dans un mauvais état. Elle était sale, pleine de terre et de paille, dans les cheveux comme dans les habits, elle avait mal aux jambes et il lui était impossible de bouger les doigts de sa main droite. Il avait dû pleuvoir car ses vêtements étaient mouillés. Voilà sa situation pensa-t-elle… Être sale et ne pas savoir qui on est… En faisant extrêmement attention, la fillette se mit debout pour regarder autour d’elle. Elle ne vit que du blé et une colline vers sa droite. D’ailleurs, il y avait un point noir dessus, sûrement un village… Mais pourquoi y avait-il une énorme fumée noire qui s’en échappait ? La petite fille eut un mauvais pressentiment et elle tourna le dos aux lieux d’habitations. Elle posa sa main sur son cœur car elle avait très, voir trop, mal. L’enfant se pencha en avant et rendit à la terre ce qu’elle avait dans l’estomac. Elle s’essuya la bouche avec ses mains pleines de terre mais l’enfant préférait un goût de terre qu’un goût de vomit dans sa bouche. Elle courut, toujours le village dans le dos, se cacher dans un bois qu’elle avait aperçu. Il devait ne pas être trop loin mais l’enfant courut pendant ce qui lui semblait être des heures, la petite fille n’avait plus de force… Arrivée à l’orée de la petite forêt, la fillette s’évanouit.
Maintenant, c’était le soir. Il faisait nuit noire et on n’entendait quasiment rien sauf quelques oiseaux qui ne dormaient pas encore. La fillette venait de reprendre conscience. Tout d’abord, elle n’ouvrit pas les yeux, par manque de force et par manque d’envie aussi. Elle se contentait d’écouter les bruits. Bizarrement, l’enfant avait l’ouïe fine. Elle entendit un serpent glisser, un oiseau voler, le râle d’un cheval, un aboiement de chien et un feu. Un feu ? En l’espace d’une seconde, la fillette ouvrit les yeux, se leva, cria, reçu un coup sur la tête et se ré-évanouie. Avant de reperdre encore sa conscience, elle mémorisa deux choses : un feu de camp et une ombre noire.
Quand elle reprit connaissance, elle ne fit qu’ouvrir ses yeux, sans bouger et en faisant attention à ne pas respirer trop fort. Heureusement pour elle, la fillette voyait le feu, le cheval et l’ombre d’où elle était. L’ombre en question ne bougeait pas, elle était assise et semblait regarder le feu sans vraiment le voir. La petite fille tourna légèrement la tête vers la gauche pour voir les deux animaux. Le cheval était noir, le chien avait une couleur marron foncée. Elle reporta son regard sur l’ombre. La fillette vit que l’ombre n’était pas vraiment une mais que c’était un homme. Il n’avait pas l’air méchant ni très vieux. Une vingtaine d’année tout au plus. Malgré son âge, il avait une grande ride au milieu du front. L’enfant se dit qu’il réfléchissait, mais la fille n’en était pas sûre…
Tout à coup, l’homme tourna son visage vers la fillette. Elle remit rapidement son drap sur sa tête car elle avait eu peur. Elle entendit le chien s’approcher et la renifler à travers la couverture. La jeune fille ne bougeait pas, pas par peur, du moins, elle essayait de s’en convaincre. Puis, elle entendit une voix :

« N’aie pas peur. Je ne suis ni un Urgal, ni un Ogre. Tu peux t’approcher si tu as faim… »

Alléchée par les derniers mots de l’homme, elle enleva la couverture qui la protégeait pour se lever. Le chien avait reculé mais il suivit la petite quand elle s’approcha de l’homme, tout en restant à une distance respectueuse du feu. Le chien rejoignit son maître et ce dernier dit :

« J’ai un peu de lapin grillé. En veux-tu ? »

La jeune fille fit oui de la tête. Elle était pourtant derrière le jeune homme mais, comme s’il l’avait vu à travers sa capuche, il tendit un morceau de viande à la jeune fille. Elle s’approcha, prit le morceau, elle s’assit à gauche de ce qu’elle croyait être l’ombre et elle engloutit la viande. Puis, elle regarda le feu. Elle se rendit comte qu’elle ne savait rien : ni son âge, ni son nom, ni le visage de ses parents… Rien. Elle laissa des larmes couler sur ses joues sans dire un mot. L’homme attendit qu’elle sèche ses larmes pour lui demander qui elle était. Elle ne répondit rien, préférant se murer dans le silence. Il lui demanda aussi pourquoi elle était dans un si mauvais état, pourquoi elle était dehors et pas dans sa maison. Voyant qu’il n’obtenait pas de réponses, le jeune homme lui dit qu’il l’avait soignée et que ça faisait trois jours qu’elle avait perdu connaissance. En effet, la petite se sentait pleine d’énergie et elle n’avait plus mal nul part. De plus, elle pouvait bouger ses doigts ! Elle sourit à l’étranger. L’homme laissa échapper sa surprise en haussant des sourcils, il se reprit en disant que ce n’était rien. Elle n’était pas gravement blessée. Il lui proposa à boire, la petite bu.

« Puisque tu ne veux pas me dire ton nom, je t’appellerais Lenka. D’accord ? »

La fillette accepta. Le jeune homme était intrigué mais il ne le montra pas. Il s’appelait Hei et après l’avoir bien regardé, Lenka trouvait qu’il lui ressemblait un peu. Il avait les cheveux noirs et ses yeux étaient de la même couleur et de la même forme que ceux de la petite fille. Mais la ressemblance s’arrêtait là. Il paraissait fort, elle était faible, il était grand et il avait comme une aura de sympathie, Lenka ressemblait plutôt à un tas de haillons qu’on avait envie de jeter avec des cheveux… Après s’être restauré, Hei se leva et il prépara son cheval, comme s’il allait partir bientôt. En effet, il expliqua à Lenka qu’ils devaient changer de campement tous les jours car, il ne savait pas pourquoi, des gens en armure avec des arcs les cherchaient… Le jeune homme prit la petite pour la poser sur la selle, il monta derrière elle et le cheval partit de la clairière avec ses deux cavaliers. Le chien ouvrait la route, montrant le passage à l’étalon.
Le temps passa, les années aussi. La fillette avait grandi, elle ne paraissait plus avoir six ans à peine, mais elle entrait dans l’adolescence. Du moins, c’est ce qu’Hei pensait. Il avait appris beaucoup de choses à la fillette depuis leur rencontre. Lenka savait reconnaître une plante comestible d’une baie empoisonnée, elle savait lancer le poignard et le manier (mais pas parfaitement, à son grand regret…),… Il était fier d’elle, d’ailleurs, ils étaient comme frère et sœur maintenant. Le jeune homme était devenu un homme et il trouvait que plus le temps passait, plus la fille lui ressemblait. Certes, elle était jeune mais elle avait les mêmes yeux, les mêmes cheveux, les mêmes mimiques que lui… Un soir, pendant qu’Hei lisait une lettre, Lenka demanda où ils iraient le lendemain. Elle lui dit que le chien était malade donc ils ne devaient pas partir ni trop tôt ni trop loin. Hei leva la tête pour la regarder s’occuper de l’animal puis il remit son nez dans la lettre, passionné par ce qu’il découvrait. La lettre lui apportait une mauvaise nouvelle (avait pu avoir la lettre grâce à un ami qui s’occupait de recevoir le courrier du jeune homme, Hei était passé chez cet ami peu de temps avant) : le corps de sa petite sœur était introuvable.
En effet, sept ans avant, Hei avait quitté la maison familiale pour vivre à Teirm. Il était revenu un an après pour voir sa famille, ses parents, ses grands-parents et sa petite sœur qui avait sûrement grandi. Mais au lieu de trouver un foyer accueillant en arrivant dans le village de son enfance, il découvrit un camp de ruines en feu. Il était impossible de s’approcher car en plus de la fournaise, une odeur de putréfaction se dégageait du brasier. Hei avait alors fait demi-tour pour alerter les villages environnants quand il aperçut une petite forme noire au pied d’un arbre, près du sentier qu’avait emprunté le jeune et ses deux animaux. Il était descendu de cheval pour voir ce que c’était et il vit que ce n’était qu’un enfant. Il vit du sang couler de la tête du petit en haillons et il décida de le prendre pour le guérir, puis le ramener au village auquel il appartenait. Il fit un camp de fortune et il nettoya les plaies de l’enfant qui se révélait être une petite fille. Elle avait, vraisemblablement, perdu connaissance car elle n’avait pas bougé quand il lui avait remit le bras en place (les doigts de la petite reprirent vie peu après). Le lendemain, des chevaliers en armure étaient passés près de la clairière dans laquelle c’était installé le jeune homme et la petite. Malheureusement, la fillette, sans aucune raison apparente, avait crié. Ce cri, les chevaliers l’avait entendu et Hei avait eu juste le temps de taper la fillette sur la tête pour qu’elle se taise et qu’il puisse lui mettre une couverture dessus pour la cacher. Les hommes en armure étaient apparus deux secondes après.
« Bonjour jeune homme, n’avez-vous pas aperçut une fillette de l’âge de six ans ?
- Non, pourquoi ?
- Parce qu’elle s’est enfuie de la maison et j’aimerais qu’elle rentre le plus vite possible…
- Non, désolé… J’espère que vous la retrouverez vite, dit Hei, mais j’ai cru entendre un cri venant de la colline qui est un peu plus au Nord, ajouta-t-il.
- Merci mon ami mais alerte le Seigneur Framon si tu l’aperçoit. Elle est petite, brune et ses yeux sont bridés. Il y a une grosse récompense à la clef, ajouta le chevalier en faisant un clin d’œil au jeune homme »

Pendant ce temps là, les trois autres compères avaient regardé autour d’eux, comme s’ils cherchaient quelques chose. Ils partirent tous les quatre, en laissant Hei tranquille. Le jeune homme avait passé les jours suivants à se demander pourquoi ils cherchaient la petite qu’il avait guéri.
C’était ces gens que lui et Lenka fuyaient depuis bientôt six ans… Hei lui avait donné le prénom de sa petite sœur qui était sûrement morte dans le brasier de son village. Mais, grâce à des habitants d’autres villages, les corps de ses parents furent retrouvés, en très mauvais état. Tout le monde était mort à cause d’un incendie et le corps de la petite Lenka était introuvable. Ce ne fut que six ans après qu’Hei fit la relation entre les deux. Il avait retrouvé sa sœur !!! Il se dit qu’il était tellement bête qu’il ne l’avait pas reconnu, qu’il n’avait pas reconnu cette petite chose si attachante… Il ne dit rien à Lenka, préférant attendre qu’elle lui pose des questions sur sa vie. Bizarrement, elle était amnésique. Impossible pour elle de se souvenir de ce qu’il s’était passé avant le jour où Hei la vit. Elle ne s’en plaignait pas et elle ne souhaitait pas vraiment savoir ce qu’il s’était passé avant…

Mais un jour, un drame arriva.

Sur leurs deux chevaux, Hei avait pu acheter une jument noire à Lenka quelques années avant, les cavaliers suivaient un sentier au milieu d’une forêt, dans les montagnes du Beor. Tout se passa vite. Un cerf à droite, une flèche dans le cou d’Hei, un chasseur à gauche, des cris, encore des cris, des pleurs, des explications confuses du coupable, un coup de poignard dans son cœur, encore des cris. Lenka était ivre de rage. Elle venait de tuer le chasseur qui avait mal tiré sa flèche. Cette flèche était enfoncée dans le cou d’Hei qui était mort sur le coup. Elle pleura pendant des jours et des jours, refusant de s’alimenter. Mais, elle se reprit en main. Elle fouilla les poches de celui qu’elle considérait comme son frère pour y découvrir une bourse pleine et des lettres. Pendant la lecture de ces parchemins, Lenka apprit qu’elle était la vraie petite sœur d’Hei, qu’elle était poursuivie par des gens qui ne lui voulaient pas vraiment du bien mais qu’ils avaient abandonnés leurs recherches depuis trois ans. Après avoir tout lu, elle se savait en sécurité mais le cœur lourd. Elle venait de perdre la seule personne qu’elle connaissait…

Avant l’arrivée des loups qui mangeraient les corps, Lenka partit avec sa jument vers le Surda pour commencer une nouvelle vie. Le vieil étalon et le chien malade restèrent près du corps de leur maître pour mourir avec lui…

Elle n’avait que douze ans et Lenka espérait ne plus être responsable de la mort du peu de personne qu’elle connaissait.

Objet particulier : Un poignard et des trucs pour survivre (genre une gourde avec de l’eau…)




Hors RPG :


Prénom : Chloé

Age : O_O 57-41 Razz

Avez vous lu le règlement ? Oui =D



PS : qui ont été les fous à avoir tout lu ? ^^'
Revenir en haut Aller en bas
MelnorMelnor



Masculin
Nombre de messages : 878
Race : Elfe
Date d'inscription : 22/11/2006

Feuille de personnage
Song thème:
Relation(s): Yuna, Findel, Valinor, Elix, Esbrouffe, Kadaj, Kenren, Illadon, Laelyan et sûrement d'autres que j'ai oubliés. J'ai la mémoire courte >.>

Lenka, c'est moi =D [Sans blague o_O'] _
MessageSujet: Re: Lenka, c'est moi =D [Sans blague o_O']   Lenka, c'est moi =D [Sans blague o_O'] I_icon_minitimeMar 29 Jan - 20:30

Bienvenue!

Bravo, j'ai rien à redire =D Très jolie présentation :D

Validée!
Revenir en haut Aller en bas
 

Lenka, c'est moi =D [Sans blague o_O']

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: - :: LE REGISTRE :: présentations :: validées-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit